Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

le 12 novembre 2019

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.

Alors qu’entre 6 000 et 10 000 mineur.e.s seraient prostituées aujourd’hui en France - en majorité des filles entre 13 et 16 ans - l’étude dirigée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis entend mieux connaître afin de mieux protéger les victimes. Elle se focalise ainsi sur les parcours de vie des mineur.e.s en situation de prostitution ou en risque de l’être, pour relever des facteurs de risques prostitutionnels afin d’apporter ces informations aux professionnel.le.s de l’enfance et de l’adolescence, dans une perspective de prévention de l’entrée dans la prostitution des mineur.e.s. Même si le terrain d’étude est celui-ci de la Seine-Saint-Denis, cette étude apporte ainsi des résultats parfaitement pertinents pour le traitement de cette problématique au niveau national.

Fait inédit, cette étude est par ailleurs la première à s’appuyer sur les dossiers issus des Juges pour enfants. 19 cas ont ainsi pu être étudiés par 4 étudiantes de l’Université de Nanterre avec le concours du Tribunal de Grande Instance de Bobigny. 41 autres l’ont été par une chercheuse de l’Observatoire du 93, via les dossiers de la Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis. Il s’agit très majoritairement de filles, dont l’âge médian se situe autour de 15 ans.

Un passé marqué par la violence pour la plupart des mineur.e.s prostitué.e.s

Principal enseignement de l’étude, la place des violences subies par le passé est majeure dans le parcours vers la prostitution des mineur.e.s. La moitié des mineur.e.s en risque d’être prostitué.e.s a déjà souffert de violences sexistes, physiques, psychologiques ou sexuelles par le passé. Un chiffre qui s’élève à 89% pour les mineur.e.s en situation de prostitution. L’influence du foyer familial, qu’il soit la source des violences subies ou de violences constatées par les mineur.e.s prostitué.e.s, est également surreprésentée.

L’étude menée par le Département de Seine-Saint-Denis souligne par ailleurs que les faits de fugue ou de déscolarisation sont particulièrement présents dans le parcours des victimes. 60% des mineur.e.s en situation de prostitution sont ainsi déscolarisées. De même, les faits de nudité sur les réseaux sociaux apparaissent clairement comme un potentiel facteur de danger pour la prostitution des mineur.e.s. Une donnée cruciale au regard du fait que les réseaux sociaux (Snapchat, Instagram, Facebook, Tik Tok) représentent 50% des lieux d’approche des clients de prostitution, pour les cas étudiés.

La nécessité de mieux déceler et prendre en charge les facteurs de risques prostitutionnels

Elément marquant, dans 72% des cas étudiés, les faits de violences dénoncés aux autorités compétentes n’ont pas fait l’objet de suites judiciaires. Dans ses préconisations l’étude met donc en avant la nécessité absolue de mieux déceler mais aussi de mieux prendre en charge les personnes victimes ou en situation de le devenir. Les préconisations formulées sont les suivantes :

  1. Mieux prendre en compte les violences sexuelles révélées par les victimes de la prostitution, notamment dès la révélation.
  • Former les professionnel.le.s pour une prise en charge spécifique sur la prostitution des mineur.e.s : policier.e.s, magistrat.e.s, travailleurs sociaux et travailleuses sociales, professionnel.le.s de l’éducation (plus de la moitié des informations préoccupantes proviennent de l’Éducation nationale).
  • Améliorer la prise en charge sanitaire et psychotraumatique.
  • Mettre en place des structures spécifiques pour l’accueil et l’orientation des mineur.e.s victimes de prostitution.
  • Faire une meilleure publicité à destination des juges et des jeunes de la possibilité pour une personne majeure ou mineure émancipée éprouvant de graves difficultés d’insertion sociale de demander au juge ou à la juge des enfants la prolongation ou l’organisation d’une action de protection judiciaire, jusqu’à l’âge de 21 ans.
  • Accroitre la surveillance des réseaux sociaux, notamment par la mise en place de cyberpatrouilles, effectuées par des policier.e.s et des gendarmes spécifiquement formé.e.s et habilité.e.s à la recherche et la constatation d’infractions commises sur le réseau d’Internet.
  • Renforcer les obligations auxquelles sont tenus les sites Internet, notamment concernant la diffusion de contenus à caractère pornographique.
  • Mieux réprimer les proxénètes, notamment les hôtelier.e.s favorisant la prostitution des mineur.e.s, et les client.e.s de la prostitution.

Des solutions déjà existantes en Seine-Saint-Denis

En pointe sur ce sujet depuis la création de son Observatoire des violences envers les femmes en 2002 (le premier en France) le Département de Seine-Saint-Denis profite de cette étude pour rappeler l’existence de solutions sur son territoire. Très récemment, le Département de Seine-Saint-Denis a ainsi été à l’initiative de l’ouverture du premier lieu d’accueil de France pour les jeunes filles de 15 à 25 ans victimes de violences, avec l’Etat et la Ville de Paris. Géré par l’association FIT : Une femme un toit, ce lieu accompagne notamment les personnes en situation de prostitution. Par ailleurs, le dispositif « Jeunes contre le sexisme » propose chaque année de sensibiliser, au sein d’un collège tous les élèves d’un même niveau de classes (3ème ou 4ème), avec en 2019/2020 30 collèges du Département inscrits dans la démarche.

« Alors que les résultats du Grenelle national sur les violences conjugales seront connus dans deux semaines, l’étude portée par le Département et son Observatoire montre la nécessité de mieux agir contre la prostitution des mineur.e.s aujourd’hui véritable angle mort des politiques publiques. Elle rappelle aussi à quel point il est essentiel que la lutte contre les violences faites aux femmes, qu’il s’agisse de prostitution ou non, soit menée dès le plus jeune âge. A ce titre, le Département de Seine-Saint-Denis, impliqué de longue date sur cette question, a pu tirer des enseignements et expérimenter nombre de dispositifs d’aide dont nous espérons avec Pascale Labbé, Conseillère chargée de l’égalité femmes-hommes, qu’ils pourront servir ailleurs en France. » Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis

Télécharger la synthèse des études ici https://seinesaintdenis.fr/IMG/pdf/synthese_etudes_sur_la_prostitution_des_mineures_en_ssd-2.pdf*]


Contact presse
Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis
Grégoire Larrieu / glarrieu@seinesaintdenis.fr / 06 35 84 13 82

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Au nom de l’égalité, la Seine-Saint-Denis présente la facture à l’Etat.

Aujourd’hui, en séance du Conseil départemental, Stéphane Troussel a inscrit en urgence une délibération l’autorisant à émettre des titres de recettes à l’encontre de l’État afin de rétablir la solidarité nationale. Elle a été votée à l’unanimité. Nous enverrons bien une facture à l’État pour réclamer ce qui nous est dû, à savoir près de 347 millions d’euros pour 2018.


JOP 2024 : le Département de la Seine-Saint-Denis et Plaine Commune invitent leurs partenaires à un Forum pour construire des Jeux inclusifs et solidaires en présence de grands témoins internationaux

Le 26 novembre, Patrick Braouezec, Président de Plaine Commune et Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, ont rencontré des élu.e.s et des acteurs.rices locaux.ales impliqué.e.s dans l’organisation des Jeux d’été de 1992. Souvent cités en exemple, les Jeux de Barcelone ont profondément transformé l’aire métropolitaine barcelonaise, son urbanisme et ses infrastructures. Mais ils ont aussi permis une mobilisation de la société civile et laissé un héritage, notamment social et sportif, à plusieurs villes de la métropole. A cette occasion, les Présidents du Département de Seine-Saint-Denis et de Plaine Commune ont annoncé l’organisation d’un Forum pour construire des jeux inclusifs et solidaires en présence de grands témoins internationaux. Comment permettre aux habitant.e.s du département de s’approprier cet évènement planétaire, d’en faire une véritable fête populaire et une source de fierté ?


Deux innovations au service de la lutte contre les violences faites aux femmes

Les Rencontres "Femmes du Monde" de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, dont la quatorzième édition s’ouvre le jeudi 15 novembre 2018, sont un lieu de réflexion et d’échanges privilégié sur la lutte contre les violences faites aux femmes. L’édition 2018 a donné lieu à des annonces particulièrement intéressantes, avec l’ouverture prochaine d’un Lieu d’accueil de jour des jeunes femmes de quinze à vingt-cinq ans et l’extension du dispositif "Un toit pour elles".


Relations État/Départements : pourquoi je n’approuve pas la motion de l’ADF.

Face à l’urgence auxquelles nos collectivités doivent faire face, l’heure n’est pas au filet d’eau tiède ou à la diplomatie policée. La motion de l’ADF, qui se contenter de souligner poliment toutes les insuffisances de l’État mais qui ne traduit pas la colère de bon nombre de départements, me semble être en décalage complet avec les exigences que portent beaucoup d’élus locaux : renouer enfin avec une décentralisation digne de ce nom, dans laquelle les collectivités ont les moyens de mener les missions qui sont les leurs.


Réaction de Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, à la tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny

Une tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny, co-publiée ce matin par Le Monde et France Inter, dénonce des "délais de prise en charge inacceptables en matière de protection de l’enfance" dans le département de la petite couronne. Elle en impute la responsabilité au "manque flagrant de personnel, lié aux restrictions budgétaires, dans un contexte où la dégradation des conditions du travail éducatif et social en Seine-Saint-Denis". Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a souhaité y réagir.


Interdiction des contrôles d’identité lors des sorties scolaires Stéphane Troussel soutient la demande de circulaire

Lundi 22 octobre prochain, je serai au Tribunal de Grande Instance de Paris pour soutenir la démarche d’une professeure de Seine-Saint-Denis et de ses anciens élèves qui ont porté plainte pour "discrimination raciale" suite à un contrôle de police survenu au retour d’un voyage de classe. Je soutiens également leur demande de circulaire interdisant les contrôles d’identité pendant les sorties scolaires.


Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

Julien Denormandie sera cet après-midi dans un collège du département. Le tourisme ministériel en Seine-Saint-Denis continue ! Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département. Le sujet est pourtant important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt, et sur laquelle le Département est déjà très engagé avec la plateforme de stages qu’il a mise en place dès 2013.


Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l’unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.


Le Département engagé dans la lutte contre les inondations et pour la reconquête de la qualité de l’eau

Stéphane Troussel sera présent lors de la grande rencontre « La reconquête de la qualité de l’eau et la baignade en milieu naturel » organisée à Paris le 18 octobre 2018.


Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

Depuis douze ans, avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes. Nous avons accumulé tellement de petites vidéos produites dans ce cadre par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme ». Rendez-vous pour l’ouverture du festival lundi 8 octobre à 13h30 au Magic Cinéma à Bobigny, ainsi que dans les treize cinémas partenaires qui organiseront des soirées "Jeunes contre le sexisme" pendant plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis !
lundi 8 octobre à 13h30

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 420