Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez les dernières informations à jour en suivant ce lien

Les Présidents des Départements de Meurthe-et-Moselle et de Seine-Saint-Denis plaident pour un retour au collège des élèves en décrochage

le 22 mai 2020

Mathieu Klein et Stéphane Troussel, Présidents des Départements de Meurthe-et-Moselle et de Seine-Saint-Denis, plaident pour un retour au collège des élèves en décrochage

Gratuite, laïque et…obligatoire.
Voilà ce qu’était la devise de l’école publique jusqu’au 18 mai 2020.

Pour une durée indéterminée, les départements classés « rouges » sur la carte de France du Covid-19, et notamment ceux que nous présidons, voient se profiler une crise éducative qui s’ajoute à la crise sanitaire et sociale.

Selon une enquête SynLab menée en ligne du 25 au 28 avril auprès de 1 001 enseignant.e.s d’établissements primaires et secondaires, 12% des élèves n’ont pas eu d’échange avec eux.elle depuis le début du confinement. Pour les enseignant.e.s de collèges des REP (réseaux d’éducation prioritaire) ce taux monte à 26%.

Autre chiffre inquiétant : celui des élèves qui "paraissent désengagé.e.s de leur scolarité" : ils.elles seraient en moyenne 19% selon les enseignant.e.s répondants.
Dans cette catégorie, un taux maximum est atteint en REP, dont les enseignant.e.s estiment à 32% le nombre des élèves désengagé.e.s.

Si la période de confinement a contribué à creuser les inégalités scolaires, le « dé confinement » en ordre dispersé qui s’amorce renforce notre inquiétude à l’endroit des enfants déjà éloigné.e.s de l’école dont les familles sont aussi les plus réticentes au retour progressif et volontaire à l’école, notamment par crainte pour leur sécurité.
Nous sommes aussi inquiets des conséquences pour les enfants suivi.e.s par l’Aide sociale à l’enfance ou même pour celles et ceux pour qui l’Ecole est un capteur de leurs difficultés à la maison.

Nous ne pouvons pas nous résoudre à voir se rapprocher le 2 juin, sans savoir s’il ne se transformera pas en 2 septembre. Pour certain.e.s élèves, 5 mois et demi sans collège sera une fracture impossible à résorber.

C’est pourquoi nous avons proposé, dès le début du confinement, d’organiser dans nos départements un accompagnement personnalisé des élèves les plus en difficulté, sur la base de petits groupes encadrés par des enseignant.e.s et des intervenant.e.s volontaires, au sein des pôles qui accueillent depuis mars les enfants des personnels soignants.

Réponse négative, l’Etat ferme la porte.

Bien entendu la priorité que nous partageons, c’est la sécurité sanitaire des élèves et des personnels des établissements scolaires.

Mais parce que nous n’avons pas pour habitude de nous cacher derrière notre petit doigt, ni de renoncer à notre ambition éducative, nos Départements ont pris des engagements :

  • Un protocole sanitaire respectant scrupuleusement les recommandations nationales,
  • des agent.e.s techniques de retour dans les établissements pour se former aux nouveaux gestes et les appliquer,
  • des masques pour les élèves et les agent.e.s du Département,
  • une restauration adaptée pour enrayer la précarité alimentaire qui s’est considérablement accrue ces 2 derniers mois,
  • des transports scolaires « cousus-main », opérationnels et respectant scrupuleusement les règles de distanciation physique.
  • des actions à engager pour proposer des contenus artistiques, culturels, sportifs et ludiques en appui aux équipes éducatives avec des partenaires de l’Éducation.

Aujourd’hui, nous sommes prêts, nous n’attendons qu’une chose : que l’État fasse du décrochage scolaire sa priorité éducative et s’en donne les moyens.

Oui les professeur.e.s doivent être équipé.e.s de masques et de tous les équipements de protection individuels nécessaires.
Oui, les emplois du temps doivent être refondus.
Oui les apprentissages doivent être adaptés.
Oui, de nombreux.ses enseignant.e.s sont volontaires pour assurer cette mission première.
Oui les équipes pédagogiques ont déjà posé les constats.

L’idée n’est pas de renvoyer 100% des collégien.ne.s, le même jour dans tous les collèges, mais de permettre un retour pour des petits groupes d’élèves prioritaires, dont celles et ceux qui sont décroché.e.s, et qui, pour des raisons sociales et éducatives, en ont le plus besoin.

Dans ces conditions, et en appliquant les gestes barrières, s’il est possible de rouvrir les écoles, nous avons non seulement la capacité mais aussi le devoir de rouvrir les collèges pour les enfants qui en ont le plus besoin !

C’est pour cette raison que nous plaidons pour qu’un retour au collège ciblé et progressif soit envisagé dès maintenant dans TOUS les départements, verts ou rouges.

Aujourd’hui, de nombreuses voix en plus de nôtres s’élèvent pour réclamer un retour à l’école : des pédiatres notamment alertent sur les risques sociaux et psychologiques de plusieurs mois sans école. Il est temps de répondre.

Au-delà de l’urgence actuelle, il faudra aussi que nous nous penchions collectivement sur la suite : quels sont les moyens pour la rentrée 2020-2021 ? Nous ne voyons rien venir, et pourtant nous serons tôt ou tard confronté.e.s aux conséquences sociales et éducatives du confinement.

Qu’attendons-nous pour nous préparer ?


Contact Presse
Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Grégoire Larrieu – glarrieu@seinesaintdenis.fr – 06 35 84 13 82

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Coup d’envoi de la 3ème saison du concours d’idées « Go In Seine-Saint-Denis »

In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale initiée par le Département, lance ce mercredi 3 juin la 3ème saison de son concours d’idées « Go In Seine-Saint-Denis ». Du 3 juin au 31 août 2020, les participant.e.s pourront envoyer leur projet et ainsi espérer être soutenu.e.s dans sa concrétisation par le In Seine-Saint-Denis et son réseau d’ambassadeur.rice.s.


Le Département permet la réouverture des 130 collèges publics de la Seine-Saint-Denis

Ce matin, Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, s’est rendu au collège Gustave Courbet à Pierrefitte-sur-Seine pour rencontrer le principal de l’établissement, l’équipe pédagogique et les agent.e.s départementaux.ales qui ont œuvré activement pour permettre la réouverture du collège dès aujourd’hui


Réouverture des 8 parcs départementaux de la Seine-Saint-Denis à partir du samedi 30 mai

Faisant suite aux dernières annonces gouvernementales concernant les règles du déconfinement, le Département de la Seine-Saint-Denis rouvrira à compter du samedi 30 mai l’ensemble de ses 8 parcs départementaux.


Réaction de Stéphane Troussel au rapport de l’Institut Montaigne sur l’Emploi et l’insertion en Seine-Saint-Denis

Alors que l’Institut Montaigne publie ce mercredi 27 mai un rapport sur l’Emploi et l’insertion en Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, tient à rappeler que la question de la « gouvernance » des dispositifs ne saurait servir à évacuer à peu de frais la question du manque de moyens.


Les Présidents des Départements de Meurthe-et-Moselle et de Seine-Saint-Denis plaident pour un retour au collège des élèves en décrochage

Mathieu Klein et Stéphane Troussel, Présidents des Départements de Meurthe-et-Moselle et de Seine-Saint-Denis, plaident pour un retour au collège des élèves en décrochage


BNP Paribas Personal Finance et le Département de la Seine-Saint-Denis s’engagent pour l’inclusion numérique des enfants

Dès cette semaine, 800 ordinateurs seront distribués à des collégiens et lycéens sans équipement dont 300 ordinateurs et 61 cartes SIM destinés aux enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) de Seine-Saint-Denis. Une initiative du Département de la Seine-Saint-Denis et de BNP Paribas Personal Finance engagés ensemble en faveur de l’inclusion numérique et de la continuité pédagogique.


Le Préfet de la Seine-Saint-Denis autorise la réouverture du Parc départemental Georges Valbon

Le Préfet de la Seine-Saint-Denis a informé mardi soir par courrier Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, de l’autorisation de réouverture du Parc Georges Valbon à partir de jeudi 14 mai, à titre expérimental.


Le Département de la Seine-Saint-Denis demande la réouverture des parcs départementaux dès le 11 mai

Alors que la Seine-Saint-Denis fera très probablement partie des territoires en « rouge » le 11 mai prochain, le Conseil Départemental demande à l’Etat de permettre de nouveau l’accès de la population aux parcs départementaux de la Seine-Saint-Denis.


Réaction de Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, au plan de déconfinement annoncé par le Premier Ministre

Réaction de Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, au plan de déconfinement annoncé par le Premier Ministre


Masques « grand public » : l’après 11 mai

Le Département de la Seine-Saint-Denis a passé un marché qui lui garantit de pouvoir acheter 1 million de masques « grand public » en tissu lavables 50 fois

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 460