Téléphone Grave danger : protéger les femmes en très grand danger

Ce dispositif expérimenté depuis 2009 dans le département a été généralisé au reste de la France en 2014.

Historique

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi du fait de la violence de son compagnon, conjoint, concubin, petit ami ou ex. En Seine-Saint-Denis, l’Observatoire départemental des violences envers les femmes a mis, depuis sa création, l’accent sur la grande dangerosité des hommes violents et la nécessité de mieux protéger les femmes victimes de violences. Pour définir la notion de « femmes en très grand danger », une étude des 24 ‘féminicides’ (homicides volontaires de femmes par conjoint ou ex-conjoint) entre 2005 et 2008 a été effectuée. Les résultats de cette étude faisaient apparaître que certaines de ces femmes auraient pu être mieux protégées. Il a alors été proposé de doter les femmes victimes de violences en très grand danger d’un téléphone portable d’alerte.

Ce téléphone est délivré sur décision du Procureur de la République, après évaluation du danger. Il permet à la bénéficiaire de déclencher l’alerte auprès de Allianz Assistance, qui dans les cas prévu par le dispositif, relaie l’information aux services de police pour intervention. Le téléphone portable d’alerte est un outil qui fait partie d’un dispositif global de protection pour les femmes victimes de violences en grand danger.

Description du téléphone portable d’alerte

Le dispositif fonctionne sur la base du service de téléassistance mobile proposé par Orange. Il s’agit d’un téléphone mobile comprenant un bouton d’appel d’urgence préprogrammé. Si celui-ci est actionné, une mise en relation avec un téléassisteur (Mondial Assistance) se déclenche automatiquement, la victime a alors la possibilité de dialoguer avec les conseillers qui évalueront la situation de danger, et déclencheront si nécessaire, une intervention des forces de police grâce à une ligne dédiée au Centre d’Information et de Commandement de la DTSP 93. Ces téléphones disposent également de 3 numéros pré-programmés afin de pouvoir dialoguer en cas d’inquiétude.

Depuis la mise en place du dispositif de télé protection grave danger en novembre 2009

709 situations ont été étudiées par SOS Victimes 93
399 situations ont été transmises au Parquet pour décision, soit 56% d’entre elles
282 femmes ont été admises au dispositif par la Procureure, soit 70,5% d’entre elles.

Actuellement :

282 femmes ont été admises au dispositif téléphone d’alerte depuis novembre 2009.
34 femmes en très grand danger disposent d’un téléphone portable d’alerte actif ;
16 femmes ont un téléphone réservé en prévision de la sortie de prison de leur agresseur ;
232 femmes ont d’ores et déjà restitué leur téléphone portable d’alerte ;
416 enfants mineurs ont ainsi été concernés par la mise en protection de leur mère.

Le dispositif du téléphone grave danger est très performant : il a permis de rendre exceptionnels les contacts physiques entre la femme victime et son agresseur.

Il procure un sentiment de sécurité pour la victime en lui indiquant que le danger a été pris en compte par la Justice et favorise véritablement le travail d’accompagnement.

Les retours des bénéficiaires sont globalement très positifs sur le sentiment de sécurité que procure le dispositif, l’écoute du téléassisteur, les interventions et la réactivité de la Police.

Les partenaires composant le comité de pilotage de l’expérimentation

Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis via son Observatoire départemental des violences envers les femmes, le Procureur de la République de Bobigny et le Tribunal de Grande Instance de Bobigny, la Direction territoriale de sécurité de proximité du 93 (DTSP 93) ; la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP), la délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité, l’association SOS Victimes 93, l’association SOS Femmes 93, l’association CIDFF 93, Le Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV), Orange, Allianz Assistance avec le soutien du Conseil régional d’Ile-de-France, de la Préfecture et de la Chancellerie.


Mis en œuvre en Seine-Saint-Denis depuis neuf ans, ce dispositif d’urgence permet d’améliorer et de renforcer la protection des femmes victimes de violences conjugales en très grand danger.
JPEG - 44.9 ko

Devant les succès enregistrés en Seine-Saint-Denis, ce dispositif a déjà été étendu aux femmes victimes de viol en grave danger et généralisé à la France entière en 2014 suite à la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

PDF - 50.1 ko
Neuf années de mise en œuvre en Seine-Saint-Denis : bilan
À LIRE AUSSI

Paroles d’invisibles, l’exposition

La maltraitance des personnes âgées et handicapées est une réalité complexe et méconnue, encore peu médiatisée dans notre société. En réalisant une exposition à partir de témoignages, le Conseil départemental donne la parole à ces « invisibles » et souhaite sensibiliser les visiteurs à un sujet encore tabou.



Votre avis sur le revenu de base

13 Départements, dont la Seine-Saint-Denis, ont décidé de s’engager pour étudier la faisabilité du revenu de base. Ils souhaitent recueillir votre avis sur les contours de ce revenu de base.


Tableau de bord de la santé en Seine-Saint-Denis

Fruit de la collaboration entre le Département et l’Observatoire Régional de la Santé d’Île-de-France, ce tableau de bord permet de suivre l’évolution de la situation sanitaire et de ses déterminants en Seine-Saint-Denis.


Schéma en faveur des personnes handicapées

Le Conseil général a adopté le 3ème Schéma départemental en faveur des personnes handicapées

0 | 5 | 10

À LA UNE
Dans  Observatoire des violences envers les femmes

Etude sur l’impact des violences dans le couple sur les enfants dans les informations préoccupantes

L’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a souhaité mener une étude à partir des informations préoccupantes (IP) afin de mettre l’accent sur l’impact des violences dans le couple sur les enfants et adolescent·e·s.



Jeunes contre le sexisme

Depuis 2007, les Rencontres départementales des jeunes contre le sexisme présentent les créations de collégiennes et collégiens destinées à dénoncer les comportements sexistes et les violences faites aux femmes.



Violences conjugales : un livre pour comprendre et avancer.

« Violences conjugales, le droit d’être protégée ». Un livre qui a tout compris des violences conjugales.


14es Rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis

L’Observatoire des violences envers les femmes du Conseil départemental a organisé pour la 14e année consécutive l’événement Femmes du monde en Seine-Saint-Denis. Retrouvez le programme


Le sexisme : les jeunes sont contre !

Le 23 mai, avait lieu la 9ème rencontre « Jeunes contre le sexisme ». Un événement qui a réuni huit collèges de Seine-Saint-Denis volontaires dans la lutte contre le sexisme. Une action lancée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis avec des jeunes de plus en plus à l’aise avec le sujet.


Comment avez-vous su ?

Un guide d’aide à l’entretien avec des femmes victimes de violences.


Observer pour agir et prévenir

14e rencontre professionnelle de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes : elle s’est déroulée en présence du docteur Denis Mukwege, prix Sakharov 2014 et prix Nobel de la paix 2018


Un laboratoire contre les violences envers les femmes

Mardi 17 novembre, les 11èmes rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis se tenaient à la Bourse départementale du travail à Bobigny. Une journée de rencontre, de bilan, de partage d’expérience entre professionnels pour faire reculer les violences envers les femmes.

0 | 10 | 20