seinesaintdenis.fr
https://seinesaintdenis.fr/Soutien-aux-artistes-et-aux-compagnies.html
Soutien aux artistes et aux compagnies
Culture /
vendredi, 7 avril 2017

Le Département soutient de nombreux projets d’artistes et de compagnies dans divers domaines, avec une attention particulière portée à la création contemporaine.

À travers différents dispositifs, le Département offre aux artistes et aux compagnies un accompagnement artistique, administratif, technique, logistique. Ce soutien contribue à la professionnalisation des artistes, à l’existence d’une offre artistique de qualité et répond au souci d’un équilibre territorial.

Résidences artistiques et aide aux projets

Qu’est-ce qu’une résidence ?
Le dispositif de résidence mis en place par le Département constitue son principal outil de soutien direct aux artistes et compagnies. Il se décline dans l’ensemble des champs artistiques, spectacle vivant, arts visuels, cinéma, littérature avec un axe prioritaire consacré à la création contemporaine et aux formes innovantes, qui pour autant n’exclut pas les projets présentant des œuvres du patrimoine et du répertoire.

La résidence est définie de manière concertée entre un artiste, un acteur culturel ou une ville et le Département autour de trois objectifs principaux que sont la création, la diffusion et les actions en direction des publics les plus larges. Ces objectifs sont détaillés dans la charte des résidences que doivent respecter les artistes ou compagnies accueillis en résidence et les acteurs culturels.

D’une durée allant de six mois à trois ans, la résidence permet d’offrir aux artistes un espace-temps et des conditions de production indispensables au travail de création. Pouvant se réaliser dans des lieux aussi divers que des médiathèques, des centres culturels, des théâtres, des scènes de spectacle, certains sites du patrimoine, des centres de loisirs, des structures d’aide sociale à l’enfance ou des festivals, elle est un des outils déterminants de la rencontre des artistes avec les publics.

Le Département soutient également des projets de résidences plus spécifiques en raison de leur lieu d’implantation ou du type de projet concerné, comme par exemple :

PDF - 535.4 ko
Charte des résidences artisitiques (.PDF)

[(Dans le cadre de son action en faveur de la création cinématographique indépendante, le Département soutient l’association Périphérie et son dispositif "Cinéastes en résidence" proposé aux cinéastes documentaristes durant le temps de montage de leurs films. Le dispositif comprend une aide en industrie sous forme d’une mise à disposition de moyens de montage, un accompagnement artistique et technique du projet, une action culturelle autour du travail des réalisateurs accueillis. L’objectif de cette action culturelle est de valoriser le travail des réalisateurs et d’élargir l’intérêt des publics pour le documentaire par un travail important d’accompagnement et de médiation.
www.peripherie.asso.fr

1% artistique

Le Département met en œuvre la procédure de commande d’œuvres d’art dans le cadre du "1% artistique" à l’occasion des constructions départementales, en particulier des collèges. Par là -même, il affirme son soutien à la création contemporaine et l’importance de la présence de l’art dans l’espace public, notamment dans les collèges.

Objectifs :
- permettre aux différents publics en Seine-Saint-Denis de côtoyer quotidiennement et au plus près la création contemporaine
- développer un nouvel axe d’aide à la création et aux artistes issus des arts visuels
- développer cette démarche en convergence avec les dispositifs existants et notamment les résidences d’artistes en collège, "In Situ".

www.culture.gouv.fr

Aide à la création cinématographique

L’Aide au film court en Seine-Saint-Denis
Engagé depuis de nombreuses années en faveur de la création cinématographique et audiovisuelle, le Département met en œuvre depuis 2005 un dispositif de soutien au court métrage, coordonné par l’association Cinémas 93 : www.cinemas93.org

Pour des raisons tant techniques qu’économiques, le court métrage est le premier pas vers la réalisation pour les cinéastes.
La réalisation du court métrage relève encore bien souvent d’un véritable laboratoire, et représente un espace de liberté, d’innovation et de recherche, qui touche à tous les genres et à une multiplicité de formes.

Le dispositif d’Aide au film court en Seine-Saint-Denis s’inscrit dans le cadre d’une convention de développement cinématographique entre l’État (Ministère de la Culture et de la Communication – Direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France – Préfecture de Région d’Île-de-France), le Centre National du Cinéma et de l’image animée, la Région Île-de-France, et le Département de la Seine-Saint-Denis qui en définit les modalités d’intervention. Hors de ce dispositif, le Département ne peut pas intervenir en matière de soutien à la production cinématographique, le cinéma étant un secteur concurrentiel.

D’autres régions, départements et villes sont engagés dans le soutien au court-métrage. Pour en savoir plus, voir le Panorama des interventions territoriales : www.ciclic.fr

Objectifs :

La sélection des œuvres se fait sur visionnement d’un premier montage images du film, en deux temps, par une commission de présélection et par une commission plénière, toutes deux constituées de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et des arts visuels. Ces commissions ont pour mission d’examiner la qualité artistique des œuvres candidates, ainsi que leur faisabilité.

Environ 10 films courts sont soutenus par an sur 200 candidatures en moyenne. Soutien moyen : 15 000 €
Deux sessions sont organisées par an.

Calendrier, modalités d’inscription et règlement sont consultables sur : www.cinemas93.org

De nombreux films ont été soutenus dans ce cadre parmi lesquels :
“C’est plutôt genre Johnny Walker” d’Olivier Babinet (2008)
“Conversations de salon” de Danielle Arbid (2009)
“Hinterland” de Marie Voignier (2009)
“Correspondances” de Laurence Petit-Jouvet (2010)
“La dame au chien” de Damien Manivel (2010)
“Paris Shanghai” de Thomas Cailley (2010)
“Cross” de Maryna Vroda (2011)
“Le marin masqué” de Sophie Letourneur (2011)
“L’inconsolable” de Jean-Marie Straub (2011)
“Fais croquer” de Yassine Qnia (2011)
“Artémis, coeur d’artichaut” d’Hubert Viel (2012)
“Mille soleils” de Mati Diop (2012)
“Dahus” de Joao Nicolau (2013)
“Inupiluk” de Sébastien Betbeder (2013)
“Cambodia 2099” de Davy Chou (2014)

Le Grand Prix Côté court
Le Département attribue au lauréat du Grand prix de la Compétition Fiction du festival Côté court en Seine-Saint-Denis à Pantin une aide de 10 000€ : www.cotecourt.org

Cette aide est destinée aux réalisateurs pour l’écriture ou le développement d’un nouveau projet de court métrage ou de long métrage.

De nombreux cinéastes, aujourd’hui reconnus, ont été soutenus dans ce cadre :
Laurent Cantet, François Ozon, Emmanuel Mouret, Erick Zonca, Alain Guiraudie, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Jacques Maillot, Laetitia Masson, Delphine Gleize, Thierry Jousse, Valérie Mréjen, Agnès Obadia, Philippe Ramos, Laurent Achard, Alain Raoust… .

Le Département dote également le Grand Prix de la Compétition Expérimental-Essai-Art vidéo (3000 € au réalisateur).

Règlement de l’Aide au film court en Seine-Saint-Denis

PDF - 98 ko
Règlement de l’Aide au film court en Seine-Saint-Denis (.PDF)