logo Seine-Saint-Denis, le Département

Le budget 2020 du Département

Le 12 décembre 2019, l’Assemblée départementale a adopté son budget pour l’année 2020. L’expression en actes d’une volonté de réduire la fracture sociale, d’investir pour l’avenir et de faire face à l’urgence climatique. Avec une nouveauté, le lancement d’un budget participatif.

« Le budget est comme toujours, un exercice d’équilibriste (…) à cause des contraintes que continue de faire peser sur nous l’Etat, sourd à nos exigences d’égalité et de justice territoriale. » Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis ouvrait ainsi cette séance consacrée au budget primitif principal 2020. Il poursuivait en rappelant qu’au titre des seules dépenses de solidarité, (Revenu de Solidarité Active (R.S.A.), Aide aux Personnes Âgées (A.P.A.), Prestation de Compensation du Handicap (P.C.H.) l’Etat doit à la Seine-Saint-Denis 348 millions d’euros. Autant de moins pour mener des projets utiles aux habitants de la Seine-Saint-Denis, des projets pour lesquels le Département doit faire preuve de pugnacité pour pouvoir les mettre en œuvre. C’est le cas du FS2I, ce Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, voulu par les Départements de notre région et qui devait doter la Seine-Saint-Denis de 20 millions d’euros pour soutenir des projets utiles aux habitants (collèges en REP, PMI, transports, hébergements de personnes porteuses de handicap, etc…). Ce texte qui a subi tout d’abord un véto du gouvernement, a été finalement débloqué in extremis le 29 novembre, suite à la mobilisation de l’ensemble de l’assemblée départementale et des autres départements.

Mais le président Stéphane Troussel prévenait qu’il reste à combattre une nouvelle offensive de l’Etat : un amendement dans le cadre du projet de loi de finances 2020 vise à ponctionner une partie des DMTO (droits de mutation à titre onéreux) des Départements franciliens pour un montant de 75M€, pour « financer la Société du Grand Paris ».Retour ligne automatique
D’autres inégalités pour notre département restent à combattre, comme le fait d’avoir à supporter seul la charge des mineurs non accompagnés, qui devrait pourtant être endossé par la solidarité nationale.

Malgré cela, et en appliquant des règles strictes d’économie de gestion, le Département continue d’investir pour l’avenir. En construisant des collèges, pour accueillir les élèves du département le plus jeune de France, en soutenant la poursuite de la ligne 1 du tramway et du bus à haut niveau de service sur l’ex Rn3. Il s’implique également pour la limitation du réchauffement climatique et innove avec un budget participatif. Dans chaque canton, un appel à projet sera lancé à la population pour promouvoir des actions en faveur de l’environnement. Le climat, c’est l’affaire de tous !

Budget 2020 de la Seine-Saint-Denis :

Rapport sur le budget primitif 2020 :

Informations financieres Jointes au budget primitif 2020 :


mis à jour le 8 janvier 2020

À lire aussi

  • {{reponse._source.titre}}

    {{reponse._source.chapo}}

    index =  {{reponse._index}}
    id =  {{reponse._id}}
    date_redaction = {{reponse._source.date_redaction}}
    score = {{reponse._score}}
    boost = {{reponse._source.boost}}
    name = {{reponse.matched_queries}}
    type_objet ={{reponse._source.type_objet}}
                    

Dans le magazine

              {{reponses_meme_sujet_mag}}
            
  • {{reponse._source.titre}}

    {{reponse._source.chapo}}

    index =  {{reponse._index}}
    id =  {{reponse._id}}
    date_redaction = {{reponse._source.date_redaction}}
    score = {{reponse._score}}
    boost = {{reponse._source.boost}}
    name = {{reponse.matched_queries}}
    type_objet ={{reponse._source.type_objet}}
                    
picto plus orange