Réaction de Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, au plan de déconfinement annoncé par le Premier Ministre

Réaction de Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, au plan de déconfinement annoncé par le Premier Ministre

Le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi 28 avril la stratégie de déconfinement par territoire envisagée par le gouvernement à partir du 11 mai.

Compte-tenu de l’aspect particulièrement tardif de ces annonces, je suis soulagé que le Département de la Seine-Saint-Denis ait pu déjà anticiper un certain nombre de besoins essentiels au déconfinement à venir. Je pense au marché que nous avons passé pour obtenir jusqu’à 1 million de masques en tissu lavables qui viendront équiper les agent.e.s du Département, les personnel.le.s qui travaillent auprès de publics fragiles (résidences autonomies, services d’aides à la personne, crèches…) mais aussi pour nos élèves des collèges publics et privés de la Seine-Saint-Denis. Le remboursement par l’Etat à hauteur de 50% des achats de masques faits par les collectivités est à ce titre bienvenu. Je pense également à la participation depuis la semaine dernière à Aubervilliers de nos agent.e.s au dispositif COVISAN imaginé par l’AP-HP afin d’identifier et d’isoler les personnes infectées par le Covid-19, et que le gouvernement reprend sous le terme de « brigades » d’enquêtes épidémiologiques dans sa stratégie « protéger/tester/isoler ».

Mais à l’évidence les collectivités ne peuvent pas continuer de tout anticiper et de tout prévoir à la place de l’Etat. La maladie ayant affecté différemment les territoires, une stratégie de déconfinement territorialisé paraît de bon sens, mais ne sera pleinement applicable et efficace que si le gouvernement fait enfin preuve de la plus grande transparence et d’une coordination permanente avec les collectivités. Cela passe par un dialogue approfondi entre les Préfet.e.s et les élu.e.s, qui ont déjà l’habitude de bien travailler ensemble. Les hésitations et décisions hâtives du début ne pourront pas être la règle, face à l’enjeu majeur qui est maintenant de redonner confiance aux Françaises et Français, aux territoires, et aux élu.e.s.

Compte tenu de l’impact de l’épidémie en Seine-Saint-Denis, je m’attends à ce que le déconfinement y soit plus long et plus strict. Des clarifications doivent là-aussi avoir lieu sur les règles qui concerneront nos territoires voisins, et où beaucoup d’habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis exercent chaque jour leur activité. En tant que Président du Département, je veillerai également à ce que le Conseil Départemental poursuive ses efforts pour soutenir l’ensemble de la population et notamment les publics les plus fragiles durement touchés par cette crise. Mais là aussi il faudra que l’Etat, en matière de logement ou d’aide alimentaire par exemple, poursuive et renforce ses aides, car la crise sociale ne s’arrêtera pas au 11 mai. Les récentes aides annoncées par le gouvernement restent à ce titre encore trop temporaires et trop faibles.

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis


À lire aussi

Dans le magazine