Suppression des subventions aux PLAI par la Région

le 17 mars 2016

Derrière une idéologie, un désengagement du logement social.

Valérie Pécresse entend mettre fin au financement régional du PLAI — Prêt Locatif Aidé d’Intégration — dans les communes qui dépassent 30 % de logement social. Par cette mesure, la région cache son désengagement de la politique du logement derrière une idéologie dont l’argumentation laisse perplexe.

Si la région veut mettre fin aux ghettos de riches et aux ghettos de pauvres, elle aura mon soutien. Pour cela, nous connaissons les mesures nécessaires. Mais supprimer des financements à ceux qui construisent pour résoudre la crise du logement dans notre région, et permettent à tous d’avoir accès au logement, n’a aucun sens. Il faut au contraire imposer à ceux qui ne construisent pas de logements sociaux, de combler leur retard. Il faut cesser de subventionner les équipements culturels et sportifs dans les villes qui n’ont pas atteint leur obligation SRU.

Il est trop facile de montrer du doigt les villes qui ont beaucoup de logements sociaux et accueillent les populations les plus pauvres. Comme certains habitants du 16ème arrondissements l’ont montré récemment, le choix de l’entre soi vient aussi des ghettos de riches.

En Seine-Saint-Denis, cette suppression des crédits Région sur le PLAI dans les communes à plus de 30% de logement social correspond à environ 1500 logements construits en moins par an, 22 communes vont être punies par cette mesure.

Alors que les défis que nous devons relever en Ile-de-France en matière de construction sont toujours aussi importants. Les villes qui construisaient ne seront plus soutenues, celles qui ne construisaient pas n’ont toujours pas de raison de le faire. La crise du logement en Ile-de-France et la crise qui a touché le secteur du bâtiment, nécessitent des mesures incitatives, voir contraignantes, et non punitives envers ceux qui construisent.

Cette décision révèle une méconnaissance de la situation et masque mal le désengagement de la Région de la politique du logement social. Elle risque surtout de diminuer encore plus le périmètre de logement accessible au plus grand nombre.

Stéphane Troussel, Président de la Seine-Saint-Denis et Nadège Abomangoli, Vice-présidente chargée de la politique de l’habitat et de la sécurité se rendront demain dans un logement lauréat clé de l’Habitat durable et construit grâce au PLAI, à 15h30 au 8 Rue Maria Leonor

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 400