Stratégie pauvreté : le « oui mais... » de la Seine-Saint-Denis

le 18 juillet 2018

Stéphane Troussel sera présent lors de la visite de la Ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, ce jeudi, à Clichy-sous-Bois. Aux côtés d’Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la pauvreté des enfants et des jeunes, cette visite devrait permettre à la Ministre d’évoquer la stratégie pauvreté du gouvernement malheureusement repoussée à la rentrée.

Le Département de la Seine-Saint-Denis a été sollicité pour devenir « territoire démonstrateur » sur la stratégie. Si les thématiques abordées rejoignent nos engagements (accompagnement des bénéficiaires du RSA et des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance, prévention sous toutes ses formes pour les enfants et leurs familles…), nous avons de grandes inquiétudes sur les moyens dédiés et les modalités de mise en œuvre de cette stratégie.

Ainsi, Stéphane Troussel interpellera la Ministre pour lui demander des éclaircissements sur les points qui permettraient d’engager le Département dans le déploiement local de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté.

- Tout d’abord, le Département de la Seine-Saint-Denis ne pourra s’engager que si les concours de l’État à cette fin ne sont pas pris en compte dans la progression des dépenses de fonctionnement de notre collectivité, dans le cadre la contractualisation mise en place. En effet, les règles - absurdes - de ce contrat que nous avons refusé de signer conduiraient le Département à subir une réfaction des dotations de l’État pour s’être précisément engagé dans ces nouvelles mesures.

- Ensuite, l’effort financier doit être à la hauteur de l’enjeu et ne pas se limiter à un « recyclage » d’autres dispositifs. Par exemple, les orientations de la Convention d’Objectif Globale (COG) que la Ministre serait amenée à signer avec la CNAF prévoient une baisse de 5% des moyens de fonctionnement par an. Cela peut avoir des conséquences sur le développement des solutions d’accueil des jeunes enfants, pourtant indispensable pour les familles. Les objectifs de la nouvelle COG pour créer des nouvelles places en crèches sont largement inférieurs à ceux contenus dans la dernière convention.

- Enfin, les concours proposés par l’État dans le cadre de cette stratégie nationale ne sauraient se substituer aux nécessaires compensations dues au Département au titre des allocations individuelles de solidarité (AIS), pour lesquelles nous n’avons aucune nouvelle positive du gouvernement.

A ces conditions, la Seine-Saint-Denis est prête à s’engager auprès de l’État et à renforcer ses politiques sociales, en les tournant résolument vers l’avenir.

Stéphane Troussel : « Une stratégie de lutte contre la pauvreté qui n’inclurait pas la Seine-Saint-Denis manquerait à l’évidence son objectif. C’est pour cette raison que je souhaite interpeller le gouvernement à l’occasion de cette visite et poser les conditions de notre participation. L’État ne peut pas reprendre d’une main ce qu’il donne de l’autre.  »


Contact presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Lancement d’un espace de témoignages en Seine-Saint-Denis sur Parcoursup

Alors que les examens du baccalauréat se terminent et que la plateforme Parcoursup s’apprête à réouvrir, le Département a décidé de lancer une vaste campagne de témoignages. Sur cette base, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, pourra saisir le Défenseur des Droits pour lui demander de faire toute la lumière sur ce système de sélection aujourd’hui opaque.





La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.


Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.


Développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est urgent

Nous sommes plus d’une soixantaine d’élu.e.s de Seine-Saint-Denis, de toutes les couleurs politiques, à signer une lettre destinée au président de la République pour le développement des transports sur notre territoire. Nous ne demandons pas l’aumône ; l’État doit seulement tenir ses engagements. Car développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une triple urgence sociale, économique et environnementale, mais c’est aussi préparer l’avenir et concourir au développement de l’attractivité territoriale.


Semaine du développement durable : la Seine-Saint-Denis engagée

A l’occasion de la semaine du développement durable, avec Belaïde Bedreddine, vice-président en charge de l’Écologie urbaine, nous avons souhaité mettre en exergue plusieurs politiques menées par le Département à destination de ses agent-e-s, mais aussi plus largement à destination de tou-te-s les habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 380