Stratégie pauvreté : le « oui mais... » de la Seine-Saint-Denis

le 18 juillet 2018

Stéphane Troussel sera présent lors de la visite de la Ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, ce jeudi, à Clichy-sous-Bois. Aux côtés d’Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la pauvreté des enfants et des jeunes, cette visite devrait permettre à la Ministre d’évoquer la stratégie pauvreté du gouvernement malheureusement repoussée à la rentrée.

Le Département de la Seine-Saint-Denis a été sollicité pour devenir « territoire démonstrateur » sur la stratégie. Si les thématiques abordées rejoignent nos engagements (accompagnement des bénéficiaires du RSA et des jeunes confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance, prévention sous toutes ses formes pour les enfants et leurs familles…), nous avons de grandes inquiétudes sur les moyens dédiés et les modalités de mise en œuvre de cette stratégie.

Ainsi, Stéphane Troussel interpellera la Ministre pour lui demander des éclaircissements sur les points qui permettraient d’engager le Département dans le déploiement local de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté.

- Tout d’abord, le Département de la Seine-Saint-Denis ne pourra s’engager que si les concours de l’État à cette fin ne sont pas pris en compte dans la progression des dépenses de fonctionnement de notre collectivité, dans le cadre la contractualisation mise en place. En effet, les règles - absurdes - de ce contrat que nous avons refusé de signer conduiraient le Département à subir une réfaction des dotations de l’État pour s’être précisément engagé dans ces nouvelles mesures.

- Ensuite, l’effort financier doit être à la hauteur de l’enjeu et ne pas se limiter à un « recyclage » d’autres dispositifs. Par exemple, les orientations de la Convention d’Objectif Globale (COG) que la Ministre serait amenée à signer avec la CNAF prévoient une baisse de 5% des moyens de fonctionnement par an. Cela peut avoir des conséquences sur le développement des solutions d’accueil des jeunes enfants, pourtant indispensable pour les familles. Les objectifs de la nouvelle COG pour créer des nouvelles places en crèches sont largement inférieurs à ceux contenus dans la dernière convention.

- Enfin, les concours proposés par l’État dans le cadre de cette stratégie nationale ne sauraient se substituer aux nécessaires compensations dues au Département au titre des allocations individuelles de solidarité (AIS), pour lesquelles nous n’avons aucune nouvelle positive du gouvernement.

A ces conditions, la Seine-Saint-Denis est prête à s’engager auprès de l’État et à renforcer ses politiques sociales, en les tournant résolument vers l’avenir.

Stéphane Troussel : « Une stratégie de lutte contre la pauvreté qui n’inclurait pas la Seine-Saint-Denis manquerait à l’évidence son objectif. C’est pour cette raison que je souhaite interpeller le gouvernement à l’occasion de cette visite et poser les conditions de notre participation. L’État ne peut pas reprendre d’une main ce qu’il donne de l’autre.  »


Contact presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380