Stratégie pauvreté - Et maintenant, des paroles aux actes !

Depuis maintenant plusieurs mois, 19 Départements proposent de tester le revenu de base en le rendant automatique et ouvert aux jeunes. Le président de la République propose aujourd’hui un revenu universel d’activité. Nous sommes prêts et nous voulons même l’ouvrir aux jeunes ; cela s’appelle le revenu de base ! Et cela suppose de considérablement modifier le financement des allocations de solidarités qui repose sur les plus pauvres.

Pour le reste, rien de nouveau sous le soleil. La plupart des mesures proposées, nous les faisons déjà : plan petite enfance, contrat jeunes majeurs, accompagnement des allocataires du RSA vers l’emploi. La question, c’est la gestion du nombre, et pour cela, il nous faut des moyens supplémentaires afin de renverser la tendance. Emmanuel Macron découvre que l’accompagnement social et professionnel des bénéficiaires du RSA doit être la priorité. Mais aujourd’hui, les Départements ne se contentent pas de verser le RSA : la Seine-Saint-Denis met 20 millions par an dans la politique d’insertion !

Alors même si je dis "banco" pour développer et mettre un coup d’accélérateur à ces mesures sur l’insertion ou l’enfance, j’attends de savoir ce qu’il y a sur la table en termes de moyens. Car comme dit le dicton, "chat échaudé craint l’eau froide".

8 milliards sur 4 ans sont annoncés, cela peut paraître beaucoup. Mais en comparaison, ce que les Départements paient à la place de l’État en matière de RSA, c’est près de 5 milliards chaque année ! Or, on parle de 200 millions pour les 10 territoires démonstrateurs. Surtout, où sera la cohérence si Bercy prend aux collectivités d’une main, ce que Agnès Buzyn leur donne de l’autre ? Et quelle cohérence encore si les mesures du plan pauvreté sont financées par les citoyens modestes via la baisse des APL, la hausse de la CSG, la désindexation des allocations ou la suppression de l’ISF… ?


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse





Agir contre les violences faites aux femmes au quotidien

Aujourd’hui, jeudi 23 novembre, Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a introduit les 13ème rencontres organisées par l’observatoire départementale, dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.


Non à une revoyure du Grand Paris Express qui serait une atteinte au rééquilibrage territorial en faveur des territoires populaires.

"Si je suis signataire de cet appel pour le maintien du Grand Paris Express dans sa forme comme dans son calendrier de réalisation, c’est parce que je suis inquiet."


Agir contre les violences faites aux femmes au quotidien.

Jeudi 23 novembre 2017 à 9h, Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis introduira les 13ème rencontres Femmes du Monde en Seine-Saint-Denis, dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.


Nouvelle hausse du versement transports pour le 93 et le 94 : un coup bas pour les entreprises et l’emploi !

Communiqué de presse commun du département de la Seine-Saint-Denis et du département du Val de Marne.


0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 370