Stéphane Troussel réagit aux annonces du Président de la République

le 21 octobre 2015

Le 20 octobre dernier lors de sa visite en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, François Hollande, a rappelé de façon forte les valeurs d’égalité républicaine, et notre besoin commun d’égalité territoriale.

10 ans après la mort de Zyed et Bouna à Clichy, et les événements qui ont suivi, ces paroles de la part du chef de l’État sont nécessaires. Les citoyens des quartiers populaires n’en peuvent plus des déclarations irrespectueuses ou insultantes dont ils sont trop souvent la cible.

Lors de ce discours, le président a également annoncé la création de l’Agence France Entrepreneur, agence dont le but est le développement économique des quartiers populaires.

Avec 15 000 créations d’entreprises par an, la Seine-Saint-Denis était, en 2014, le premier territoire créateur d’entreprises. Les quartiers populaires ont toujours été très dynamiques.
Pourtant, il y a plus de freins dans ces quartiers : moins d’accès aux banques et aux financement ou manque de réseaux, et trop souvent les créateurs d’entreprises des quartiers populaires souffrent d’à priori négatifs, voire de discriminations.

L’annonce du président de la République de la création de cette agence est une bonne nouvelle pour l’économie et les habitants de Seine-Saint-Denis et pour tous les talents de notre département qui ne demandent qu’à s’exprimer.
Mais également pour l’ensemble du milieu économique français car c’est ici qu’il y a le plus de forces à mettre en mouvement : c’est donc aussi dans les quartiers populaires que se joue le redressement économique et social du pays.

L’installation de cette agence en Seine-Saint-Denis serait un encouragement fort envoyé aux habitants de notre département, et un espoir pour l’ensemble des chercheurs d’emplois du département de voir leur situation enfin s’améliorer.
Pour réussir et avoir un véritable effet, cette agence doit avoir la même envergure au niveau économique que l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine pour la rénovation urbaine. La transformation physique des quartiers a largement commencée avec l’ANRU, le développement économique des quartiers populaires nécessite le même investissement.
Logement, emploi et services publics, c’est le triptyque gagnant pour permettre aux habitants des quartiers populaires de réussir.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 400