Stéphane Troussel place l’État face à ses responsabilités

le 15 novembre 2012

Stéphane Troussel a adressé une lettre ouverte au Premier ministre, en date du 14 novembre, déplorant que le gouvernement ait choisi de repousser l’adoption de mesures d’égalité et de justice territoriale proposées par de nombreux parlementaires

Monsieur le Premier ministre,

Lors de la discussion du projet de loi de finances, mardi 13 novembre et mercredi 14 novembre 2012, le gouvernement a choisi de repousser l’adoption de mesures d’égalité et de justice territoriale proposées par de nombreux parlementaires, notamment de Seine Saint-Denis, dont l’objet était de répondre aux attentes de notre département.

Je ne peux que déplorer ce renoncement et souhaite que le gouvernement reconsidère sa position.

Depuis mon élection à la présidence du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, je n’ai cessé de vous alerter sur la gravité de l’impasse financière à laquelle est confronté ce département.

L’accroissement des dépenses sociales obligatoires provoqué par la crise (augmentation de 6% du nombre de bénéficiaires du RSA en 2012 notamment) et l’absence de compensation par l’État de cette solidarité nationale, les critères de dotation et de péréquation absurdes qui continuent de faire passer la Seine-Saint-Denis pour un département riche sans tenir compte de la réalité de sa faible autonomie fiscale, provoquent un étranglement financier. Les mesures d’économie que nous menons depuis 2008, et que je suis résolu à poursuivre, ne permettront pas de le surmonter.

Aujourd’hui, il y a urgence : si rien n’est fait, et sans présager des réformes profondes du financement de la solidarité nationale, c’est dès 2013 que le Département risque de se trouver dans une impasse, en dépit des efforts de gestion et de rationalisation déjà entrepris.

Préférant au coup d’éclat médiatique la voie démocratique et parlementaire, nous avons élaboré des propositions qui ont été déposées sous forme d’amendements au PLF par plusieurs députés de Seine-Saint-Denis. Ils relayaient les différents courriers que j’ai envoyés au gouvernement, restés sans réponse précise à ce jour.

Le premier de ces amendements proposait de permettre aux conseils généraux de retrouver un peu d’autonomie fiscale en autorisant ceux qui en ressentait la nécessité de porter le taux de droits de mutations à titre onéreux à 4,94%. Cette mesure pèse sur les transactions immobilières dans l’ancien pour ne pas pénaliser la construction de logements. Elle est parfaitement conforme à un objectif constitutionnel de libre administration et d’autonomie financière des collectivités.

L’autre amendement suggérait la création, pour les départements de Paris et de la petite couronne, d’un fonds de péréquation alimenté par un taux additionnel de DMTO sur les biens immobiliers de luxe (supérieur à 10 000 euros/m²) pour corriger les grandes inégalités qui existent sur cette zone dense de la métropole parisienne.

Il est regrettable que le gouvernement ait choisi de repousser ces amendements alors qu’ils ne pèsent pas sur le budget de l’État, et ne font qu’introduire un peu d’autonomie fiscale pour les départements et un peu de redistribution entre les départements de la région la plus riche d’Europe, sans diminuer en quelque façon les ressources de chacun.

Ces deux amendements ont été déposés par le groupe socialiste de l’Assemblée nationale.

Si les changements du printemps dernier n’ont pas effacé la dette de l’État à l’égard de la Seine-Saint-Denis, au moins faudrait-il éviter que celle-ci ne se creuse davantage à l’avenir.

Lors des débats parlementaires, j’ai de nouveau entendu la bonne volonté du gouvernement et la promesse réitérée que des mesures seront prises avant la fin de l’année 2012 pour être effectives dès 2013. Il est maintenant urgent de sortir des déclarations d’intention : le gouvernement doit prendre ses responsabilités et agir dès à présent pour faire adopter dans la loi de finances des mesures d’égalité et de justice territoriales.

A l’heure où l’on évoque la création d’une nouvelle structure en Île-de-France, Pôle Métropolitain ou autre, que certains souhaitent voir dotée de compétences et de financements propres, n’est-il pas plus urgent de remédier aux injustices et de donner les moyens aux collectivités existantes d’assurer leurs missions ?

J’ai posé la question sans détour dans une récente tribune publiée dans le quotidien Libération : « qui veut tuer la Seine-Saint-Denis ? ». Je préférerais ne pas avoir à y répondre dans les jours qui viennent.

Au moment où j’écris ces lignes, le budget 2013 du département est toujours dans l’impasse.
Si rien n’est fait, je n’aurais donc d’autre choix que de présenter un budget en déséquilibre pour placer l’État face à ses responsabilités. L’État assumera alors lui-même face aux habitants de notre département les conséquences des inégalités qui perdurent depuis trop longtemps.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma très haute considération.

PNG - 5.7 ko


Stéphane Troussel
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

« Ma santé 2022 » : un plan qui ne soigne pas l’hôpital public ! Des sparadraps pour soigner une hémorragie

Ce matin, Emmanuel Macron a annoncé son plan pour la santé, dévoilé pour grande partie dès hier. Au-delà de la disparition du numérus clausus en 2020, ce plan santé semble s’orienter vers une adaptation de la carte hospitalière plutôt que vers un vrai remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.


Stratégie pauvreté - Et maintenant, des paroles aux actes !

Depuis maintenant plusieurs mois, 19 Départements proposent de tester le revenu de base en le rendant automatique et ouvert aux jeunes. Le président de la République propose aujourd’hui un revenu universel d’activité. Nous sommes prêts et nous voulons même l’ouvrir aux jeunes ; cela s’appelle le revenu de base ! Et cela suppose de considérablement modifier le financement des allocations de solidarités qui repose sur les plus pauvres.


Semaine de la mobilité : "La Seine-Saint-Denis engagée pour les mobilités de demain !"

C’est la semaine de la mobilité ! Plan de mobilité pour les agent.es du Département, contribution au budget du STIF, participation aux différents projets de transports ainsi qu’à la consultation internationale sur le devenir des autoroutes urbaines, aide à l’achat du titre Imagin’R pour les collégiens et à un forfait Améthyste pour nos séniors en difficulté... Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis s’engage et investit pour le développement de tous les modes de déplacement, car nous savons que la mobilité de demain sera multimodale.


Semaine de la mobilité 2018

la Seine-Saint-Denis engagée pour les mobilités de demain !


Stratégie pauvreté : Vraie ambition, cache-sexe social ou coup d’épée dans l’eau ?

Le Département de la Seine-Saint-Denis pourrait être l’un des dix « territoires démonstrateurs » pour la stratégie pauvreté du président de la République. Si nous partageons les objectifs de cette stratégie et sommes prêts à nous y engager, afin d’offrir aux habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis des politiques sociales toujours plus innovantes, nous posons néanmoins nos conditions. La « stratégie pauvreté » n’exonère notamment pas le gouvernement d’apporter les réponses indispensables à la compensation des allocations individuelles de solidarité ou à l’accueil digne des mineurs étrangers non accompagnés. Alors que ce dernier nous a habitués à une politique pas franchement favorable - c’est un euphémisme - à la réduction des inégalités sociales, nous gardons une distance prudente ainsi qu’une approche critique de tout ce qui pourrait être mis en œuvre.


Les Présidents des sept Départements d’Ile-de-France refusent de participer à l’élection du Président du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris

L’annonce par l’État du report du Grand Paris Express constituait déjà un recul majeur, caractérisé par un manque flagrant de transparence et de démocratie. Il en va de même de l’élection du nouveau Président de la Société du Grand Paris, en charge du projet, pour laquelle l’État multiplie depuis des mois les manœuvres pour inventer une candidature à sa convenance. Dans ces conditions, les Présidents des sept départements d’Ile-de-France ont décidé de ne pas participer à cette élection mascarade.


Enjeux de la présidence du Conseil de surveillance de la SGP : redonner au Grand Paris Express son ambition et faire primer les intérêts des habitant.e.s sur les arguties financières

Créé sous un gouvernement de droite en 2010, le Grand Paris Express avait « survécu » au changement de majorité présidentielle avec le quinquennat Hollande parce qu’il a été conçu et porté par l’ensemble des élu.es au-delà des clivages politiques. La concertation, l’écoute, la prise en compte des besoins des territoires avaient créé l’unanimité derrière ce projet et fait sa force. Il aura fallu un Gouvernement qui se dit « ni de droite, ni de gauche » pour le remettre en cause.


RENTRÉE 2018 l’éducation 100% concrète

Compétence essentielle des départements, l’Éducation reste plus que jamais la priorité du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis.


Parcoursup : le Président de la Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits

Face au maintien d’un système jugé opaque, et suite aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Conseil départemental, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a décidé de saisir ce jour le Défenseur des droits au sujet de la plateforme Parcoursup. Il s’agit de vérifier que le lycée d’origine ne constitue pas un critère discriminant pour les universités dans le choix de leurs étudiant-e-s.


Stratégie pauvreté : le « oui mais... » de la Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis a été sollicité pour devenir « territoire démonstrateur » sur la stratégie de lutte contre la pauvreté du gouvernement, malheureusement repoussée à la rentrée. Si les thématiques abordées rejoignent nos engagements en faveur de politiques sociales efficaces et tournées vers l’avenir, nous voulons profiter du passage de la Ministre Agnès Buzyn en Seine-Saint-Denis pour lever certaines de nos inquiétudes concernant les moyens dédiés et les modalités de mise en œuvre de cette stratégie.

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 410