Stéphane Troussel place l’État face à ses responsabilités

le 15 novembre 2012

Stéphane Troussel a adressé une lettre ouverte au Premier ministre, en date du 14 novembre, déplorant que le gouvernement ait choisi de repousser l’adoption de mesures d’égalité et de justice territoriale proposées par de nombreux parlementaires

Monsieur le Premier ministre,

Lors de la discussion du projet de loi de finances, mardi 13 novembre et mercredi 14 novembre 2012, le gouvernement a choisi de repousser l’adoption de mesures d’égalité et de justice territoriale proposées par de nombreux parlementaires, notamment de Seine Saint-Denis, dont l’objet était de répondre aux attentes de notre département.

Je ne peux que déplorer ce renoncement et souhaite que le gouvernement reconsidère sa position.

Depuis mon élection à la présidence du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, je n’ai cessé de vous alerter sur la gravité de l’impasse financière à laquelle est confronté ce département.

L’accroissement des dépenses sociales obligatoires provoqué par la crise (augmentation de 6% du nombre de bénéficiaires du RSA en 2012 notamment) et l’absence de compensation par l’État de cette solidarité nationale, les critères de dotation et de péréquation absurdes qui continuent de faire passer la Seine-Saint-Denis pour un département riche sans tenir compte de la réalité de sa faible autonomie fiscale, provoquent un étranglement financier. Les mesures d’économie que nous menons depuis 2008, et que je suis résolu à poursuivre, ne permettront pas de le surmonter.

Aujourd’hui, il y a urgence : si rien n’est fait, et sans présager des réformes profondes du financement de la solidarité nationale, c’est dès 2013 que le Département risque de se trouver dans une impasse, en dépit des efforts de gestion et de rationalisation déjà entrepris.

Préférant au coup d’éclat médiatique la voie démocratique et parlementaire, nous avons élaboré des propositions qui ont été déposées sous forme d’amendements au PLF par plusieurs députés de Seine-Saint-Denis. Ils relayaient les différents courriers que j’ai envoyés au gouvernement, restés sans réponse précise à ce jour.

Le premier de ces amendements proposait de permettre aux conseils généraux de retrouver un peu d’autonomie fiscale en autorisant ceux qui en ressentait la nécessité de porter le taux de droits de mutations à titre onéreux à 4,94%. Cette mesure pèse sur les transactions immobilières dans l’ancien pour ne pas pénaliser la construction de logements. Elle est parfaitement conforme à un objectif constitutionnel de libre administration et d’autonomie financière des collectivités.

L’autre amendement suggérait la création, pour les départements de Paris et de la petite couronne, d’un fonds de péréquation alimenté par un taux additionnel de DMTO sur les biens immobiliers de luxe (supérieur à 10 000 euros/m²) pour corriger les grandes inégalités qui existent sur cette zone dense de la métropole parisienne.

Il est regrettable que le gouvernement ait choisi de repousser ces amendements alors qu’ils ne pèsent pas sur le budget de l’État, et ne font qu’introduire un peu d’autonomie fiscale pour les départements et un peu de redistribution entre les départements de la région la plus riche d’Europe, sans diminuer en quelque façon les ressources de chacun.

Ces deux amendements ont été déposés par le groupe socialiste de l’Assemblée nationale.

Si les changements du printemps dernier n’ont pas effacé la dette de l’État à l’égard de la Seine-Saint-Denis, au moins faudrait-il éviter que celle-ci ne se creuse davantage à l’avenir.

Lors des débats parlementaires, j’ai de nouveau entendu la bonne volonté du gouvernement et la promesse réitérée que des mesures seront prises avant la fin de l’année 2012 pour être effectives dès 2013. Il est maintenant urgent de sortir des déclarations d’intention : le gouvernement doit prendre ses responsabilités et agir dès à présent pour faire adopter dans la loi de finances des mesures d’égalité et de justice territoriales.

A l’heure où l’on évoque la création d’une nouvelle structure en Île-de-France, Pôle Métropolitain ou autre, que certains souhaitent voir dotée de compétences et de financements propres, n’est-il pas plus urgent de remédier aux injustices et de donner les moyens aux collectivités existantes d’assurer leurs missions ?

J’ai posé la question sans détour dans une récente tribune publiée dans le quotidien Libération : « qui veut tuer la Seine-Saint-Denis ? ». Je préférerais ne pas avoir à y répondre dans les jours qui viennent.

Au moment où j’écris ces lignes, le budget 2013 du département est toujours dans l’impasse.
Si rien n’est fait, je n’aurais donc d’autre choix que de présenter un budget en déséquilibre pour placer l’État face à ses responsabilités. L’État assumera alors lui-même face aux habitants de notre département les conséquences des inégalités qui perdurent depuis trop longtemps.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma très haute considération.

PNG - 5.7 ko


Stéphane Troussel
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Réforme des retraites : réaction de Stéphane Troussel

Le Premier Ministre a déployé mercredi midi beaucoup d’énergie pour tenter de faire passer la pilule de la réforme des retraites, mais la réalité c’est que, contrairement à sa volonté proclamée de vouloir rassembler les Français.es, il ne cesse de les opposer. Il oppose les générations entre elles tout comme il oppose les salariés du privé et ceux du public.


La Fête de l’Huma reste à La Courneuve en 2020

A l’issue d’un travail technique approfondi avec les équipes de la SOLIDEO pour affiner les calendriers des opérations destinées à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le Département de Seine-Saint-Denis et la direction du journal l’Humanité sont en mesure d’annoncer qu’une dernière édition de ce grand rendez-vous populaire aura lieu à La Courneuve (93120) sur le site actuel de l’Aire des Vents, propriété du Département de Seine-Saint-Denis.


Le Département de Seine-Saint-Denis s’engage auprès de l’association « Vers Paris sans SIDA »

Le Département de Seine-Saint-Denis a annoncé dimanche 1er décembre à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA un partenariat avec l’association « Vers Paris sans SIDA ». Véritable laboratoire d’innovation, reconnu pour ses résultats à Paris, l’association aidera à renforcer les actions de lutte contre le VIH en Seine-Saint-Denis, deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie (derrière Paris).


Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420