Soutenons des jeux olympiques et paralympiques au service des territoires !

A la veille de la remise du rapport d’opportunité relatif à la candidature française aux jeux olympiques et paralympiques, je tiens à déclarer mon soutien à une candidature parisienne et à la place indispensable de la Seine-Saint-Denis dans ce dispositif.

La Seine-Saint-Denis est un département riche de ses équipements sportifs et de sa politique en matière d’accès de toutes et tous aux pratiques et disciplines sportives. Nous savons ici d’expérience, avec le stade de France, combien un évènement de cette ampleur peut être un levier d’action de développement social et territorial.

Oui, la Seine-Saint-Denis a le potentiel et l’envie pour accueillir les jeux olympiques et paralympiques, à la condition que cet évènement et le projet de société qui l’accompagne soit aussi un levier pour elle, sur le long terme, et non un investissement ponctuel et éphémère.

Oui à des jeux respectueux de l’environnement et du développement durable, dont les coûts seront maîtrisés.

Oui à des jeux olympiques du développement et de l’égalité des territoires. Non à des jeux olympiques « éléphant blanc ».

L’enjeu consistera, dès demain, en lien avec le mouvement sportif et les habitants, à mettre les jeux olympiques au service des territoires et non les territoires au service des jeux olympiques.

Je rappellerai lors de la présentation du rapport d’opportunité du Comité français du Sport International, ce 13 février à la mairie de Paris, ma mobilisation pour voir la Seine-Saint-Denis au centre d’un dispositif de candidature responsable et ambitieux.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE