Restitution de la résidence In situ, « Musique à Ouïr », au collège Raymond-Poincaré à La Courneuve

Vendredi 27 juin à 14 heures, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, participera à la restitution d’une des 10 résidences IN SITU, « Musiques à Ouïr » aux côtés de l’artiste, Denis Charolles, de l’équipe éducative et des élèves qui donneront à cette occasion un concert.

En septembre dernier, pendant 2 jours, Denis Charolles et ses musiciens ont fait des « Irrup’sons » dans une dizaine de classes, le principe étant d’entrer de manière inattendue dans les classes pendant les cours et de jouer/improviser différents morceaux du répertoire de la compagnie, pendant une quinzaine de minutes. A l’issue de ces deux jours, un concert surprise s’est déroulé dans la cours de récréation.

Puis tout au long de l’année, Denis Charolles a travaillé avec la classe de 6ème5 tous les lundis, pour mener sa résidence autour d’une adaptation de l’œuvre de Maurice Ravel, L’enfant et les sortilèges, à partir du livret de Colette et à travers une réorchestration aux sonorités à la fois électriques et acoustiques et une scénographie originale.

In situ, résidences d’artistes dans les collèges

Depuis septembre 2007, le Conseil général invite un artiste (ou un collectif) en résidence dans 10 collèges du département, le temps d’une année scolaire, en lien avec une structure culturelle. Les artistes sont accueillis pour mener un travail artistique personnel. Tous les champs de la création artistique contemporaine sont concernés. La résidence s’échelonne sur une durée minimale d’un semestre, de l’arrivée de l’artiste jusqu’à la présentation finale des travaux, sous la forme d’une présence régulière et pour un total cumulé de 30 à 40 jours.

IN SITU, les chiffres clés

Budget annuel de In Situ pour le Département : 250.000 euros
60 artistes et collectifs ont participé à In Situ depuis 5 ans
20 domaines artistiques ont été représentés
45 collèges ont accueilli des résidences, dans 30 villes du département

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Deux innovations au service de la lutte contre les violences faites aux femmes

Les Rencontres "Femmes du Monde" de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, dont la quatorzième édition s’ouvre le jeudi 15 novembre 2018, sont un lieu de réflexion et d’échanges privilégié sur la lutte contre les violences faites aux femmes. L’édition 2018 a donné lieu à des annonces particulièrement intéressantes, avec l’ouverture prochaine d’un Lieu d’accueil de jour des jeunes femmes de quinze à vingt-cinq ans et l’extension du dispositif "Un toit pour elles".


Relations État/Départements : pourquoi je n’approuve pas la motion de l’ADF.

Face à l’urgence auxquelles nos collectivités doivent faire face, l’heure n’est pas au filet d’eau tiède ou à la diplomatie policée. La motion de l’ADF, qui se contenter de souligner poliment toutes les insuffisances de l’État mais qui ne traduit pas la colère de bon nombre de départements, me semble être en décalage complet avec les exigences que portent beaucoup d’élus locaux : renouer enfin avec une décentralisation digne de ce nom, dans laquelle les collectivités ont les moyens de mener les missions qui sont les leurs.


Réaction de Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, à la tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny

Une tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny, co-publiée ce matin par Le Monde et France Inter, dénonce des "délais de prise en charge inacceptables en matière de protection de l’enfance" dans le département de la petite couronne. Elle en impute la responsabilité au "manque flagrant de personnel, lié aux restrictions budgétaires, dans un contexte où la dégradation des conditions du travail éducatif et social en Seine-Saint-Denis". Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a souhaité y réagir.


Interdiction des contrôles d’identité lors des sorties scolaires Stéphane Troussel soutient la demande de circulaire

Lundi 22 octobre prochain, je serai au Tribunal de Grande Instance de Paris pour soutenir la démarche d’une professeure de Seine-Saint-Denis et de ses anciens élèves qui ont porté plainte pour "discrimination raciale" suite à un contrôle de police survenu au retour d’un voyage de classe. Je soutiens également leur demande de circulaire interdisant les contrôles d’identité pendant les sorties scolaires.


Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

Julien Denormandie sera cet après-midi dans un collège du département. Le tourisme ministériel en Seine-Saint-Denis continue ! Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département. Le sujet est pourtant important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt, et sur laquelle le Département est déjà très engagé avec la plateforme de stages qu’il a mise en place dès 2013.


Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l’unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.


Le Département engagé dans la lutte contre les inondations et pour la reconquête de la qualité de l’eau

Stéphane Troussel sera présent lors de la grande rencontre « La reconquête de la qualité de l’eau et la baignade en milieu naturel » organisée à Paris le 18 octobre 2018.


Lancement du festival de films « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis

Depuis douze ans, avons lancé le dispositif « Jeunes contre le sexisme » en Seine-Saint-Denis, avec notre Observatoire départemental des violences envers les femmes. Nous avons accumulé tellement de petites vidéos produites dans ce cadre par des collégiennes et collégiens au fil des années que nous organisons, pour la deuxième année consécutive, un festival de films « Jeunes contre le sexisme ». Rendez-vous pour l’ouverture du festival lundi 8 octobre à 13h30 au Magic Cinéma à Bobigny, ainsi que dans les treize cinémas partenaires qui organiseront des soirées "Jeunes contre le sexisme" pendant plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis !
lundi 8 octobre à 13h30


Invitation conférence de presse

Solidarité territoriale en Ile-de-France : Les Départements créent un Établissement Public Interdépartemental pour la mise en œuvre du fond de solidarité et d’investissement interdépartemental. Rendez-vous mardi 2 octobre 2018 à 12h à l’Assemblée des Départements de France.


Plan de mobilisation JOP 2024 du Département de la Seine-Saint-Denis

Le Conseil départemental a adopté un Plan de mobilisation de la Seine-Saint-Denis sur les JOP 2024, pour préparer au mieux l’arrivée des Jeux sur notre territoire. Le Département a également lancé le site de la Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis, un outil qui offre un cadre de travail et d’échanges aux différents acteurs.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 350