Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

le 4 mars 2019

La protection de l’enfance, dont les départements sont chefs de file depuis les lois de décentralisation, sort aujourd’hui de « l’invisibilité » grâce notamment à la mobilisation sans relâche d’ancien.ne.s jeunes placé.e.s.

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’État, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.

Depuis de nombreuses années, en Seine-Saint-Denis, nous avons fait le choix de faire de la protection de l’enfance, en lien avec les associations et nos partenaires, une réelle priorité. Nous développons des politiques innovantes pour plus de 8500 jeunes que nous soutenons par une constante augmentation de notre engagement budgétaire, avec près de 273 millions d’euros investis par an. Les compétences qui nous ont été décentralisées sont mobilisées à plein et nous allons même bien au-delà, notamment avec des « contrats jeunes majeur.e.s » visant à éviter que les jeunes sortant de l’ASE à 18 ans ne se retrouvent à la rue, sans toit, sans aide ni perspectives.

En Seine-Saint-Denis, nous ne manquons pas d’idées nouvelles et de solutions pour faire encore davantage et mieux, et nous entendons prendre toute notre part pour peser dans l’élaboration de la feuille de route du gouvernement.

Aussi et au-delà des initiatives volontaristes de certains Départements comme la Seine-Saint-Denis, nous sommes convaincu.e.s que la protection de l’enfance doit être aujourd’hui l’occasion d’une réflexion collective coordonnée avec l’ensemble des acteur.rice.s, associations, collectivités, Etat.

Se retrouver pour évaluer les bonnes – ou moins bonnes - pratiques, partager les expertises, s’appuyer sur les retours d’expériences, élaborer de nouvelles réponses pour être à la hauteur des attentes fortes des enfants, des jeunes et de leur famille, sont autant de pistes que nous devons étudier.

L’État ne peut pas se mettre dans la posture du donneur de leçons lorsqu’il est lui même aux abonnés absents sur une large partie de ses prérogatives, à l’image de celle du logement des jeunes, ou de la prise en charge des handicaps notamment psychique.

C’est dans ce cadre qu’avec Frédéric Molossi, vice-président en charge de l’enfance et de la famille, nous souhaitons engager, dès le mois de mai, des Etats généraux de la protection de l’enfance en Seine-Saint-Denis avec tou.te.s les acteur.rice.s concerné.e.s.

Stéphane Troussel. «  La Seine-Saint-Denis a toujours fait de la protection de l’enfance une priorité. Nous demandons à ce qu’elle soit une vraie priorité nationale. Les attentes sont immenses. Les Etats généraux de la protection de l’enfance que nous organiserons en mai en Seine-Saint-Denis seront l’occasion de construire de nouvelles réponses et de demander à l’Etat de s’engager fortement à nos côtés. Pour tou.te.s ces enfants, la République doit maintenant être au rendez-vous de sa promesse d’égalité !  »


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 430