Remise des diplômes aux assistantes maternelles

Intervention de Stéphane Troussel Président du Conseil général le samedi 23 mars lors de la remise des diplôme aux assistances maternelles.

Mesdames les assistantes maternelles,
Mesdames et Messieurs,
Chers enfants,

C’est un très grand plaisir que de vous retrouver toutes et tous en ce début de week-end, pour cette occasion désormais annuelle de remise des diplômes. Cette année, nous avons le plaisir d’accueillir celles d’entre vous qui avez terminé votre formation obligatoire en 2011.

Pour nous, élus du Conseil général, cette cérémonie constitue un moment privilégié pour vous rencontrer, un moment privilégié pour vous manifester notre soutien et notre confiance, pour vous dire combien votre contribution à la vie des familles, à la liberté et à la sérénité des parents de Seine-Saint-Denis est essentielle dans le cadre de nos politiques publiques de la petite enfance. Je dois dire, par ailleurs, que j’éprouve un plaisir tout particulier à être avec vous ce matin, car c’est ma première cérémonie de remise des attestations de formations aux assistantes maternelles en tant que Président du Conseil général.

Dans cette nouvelle fonction qui est la mienne depuis septembre dernier, je mesure encore davantage ce dont mes expériences comme élu municipal à la petite enfance, mais comme conseiller général aux côtés de Claude Bartolone, m’avaient déjà instruit : dans notre département à la population si jeune, les parents, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, qu’ils soient aisés ou issus des milieux populaires, qu’ils habitent Clichy-sous-Bois, La Courneuve, Saint-Denis ou Villemomble, ont besoin de se rendre à leur travail sans inquiétude pour leur enfant. Ils ont besoin d’avoir le cœur aussi léger que possible, pour concilier les exigences de la vie privée et de la vie professionnelle. Votre mission est d’autant plus essentielle que le nombre de places d’accueil n’est clairement pas suffisant en Ile-de-France, et en particulier en Seine-Saint-Denis, malgré l’investissement et l’engagement de vos Villes, du Conseil général, et de la CAF.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a fait de l’accueil de la petite enfance une priorité nationale, nous ne pouvons que souscrire à cet objectif, et contribuer à sa réalisation.

Mesdames les assistantes maternelles,
Nous avons coutume de dire que la Seine-Saint-Denis est le département le plus pauvre, mais aussi le plus jeune de France.
Trop souvent, on réduit notre département au premier de ces deux traits. Pour ma part, par amour pour ce département, par optimisme politique et par fierté d’y vivre depuis toujours, je préfère mettre en avant la jeunesse plutôt que la pauvreté. Je préfère mettre en avant notre richesse, notre diversité, notre espoir, nos tout-petits qui sont notre avenir.

Depuis 2008 la petite enfance est et n’a cessé d’être une priorité pour la majorité départementale.
Pendant cinq ans, nous avons considérablement augmenté le nombre de places d’accueil dans le département, qu’il s’agisse de l’accueil collectif ou de l’accueil individuel.

Nous avons travaillé avec tous les partenaires qui font l’accueil de la petite enfance en Seine-Saint-Denis, à commencer par la Caisse d’Allocations Familiales, dont je tiens à nouveau à saluer la présence ce matin, et les Villes du département. Pas plus tard que mercredi dernier, j’étais aux côtés du Maire du Pré Saint Gervais, Gérard Cosme, pour inaugurer dans sa ville une Maison des Assistantes Maternelles.

Comme je le disais ce soir là, beaucoup reste à faire, c’est vrai, mais il faut dire aussi que nous sommes partis de loin. Il faut rappeler notre formidable natalité, celle qui nous vaut d’avoir en moyenne 90 000 enfants de moins de 3 ans dans notre population. Il faut rappeler aussi que les jeunes couples sont de plus en plus nombreux à venir habiter en Seine-Saint-Denis, attirés par le dynamisme et la diversité de ce territoire.

Sans vous, nous n’arriverions pas à faire face à ce dynamisme démographique, à ces nouvelles arrivées. Nous ne pourrions rien faire sans votre précieux travail, sans les 6245 assistantes maternelles du département, sans votre effort et votre dévouement dans ce métier. Sans votre engagement, notre volonté politique serait peu de chose, car au final, c’est à vous qu’il revient d’assumer la belle, mais aussi la plus lourde des responsabilités, d’accompagner les tout-petits dans leur éveil à la vie.
Au travers de son service de PMI, le Conseil général vous accompagne lorsque vous décidez de devenir des assistantes maternelles dans ce département. Nos professionnels de la PMI vous transmettent des savoir-faire, mais aussi des valeurs, ils vous introduisent dans cette galaxie foisonnante qu’est l’accueil de la petite enfance. Aujourd’hui, près de 425 d’entre vous terminez votre formation obligatoire et recevez votre diplôme. Je tiens à vous en féliciter sincèrement.

Au-delà de votre diplôme, je voudrais que vous ayez le sentiment, en quittant ces lieux, que votre travail est reconnu à sa juste valeur par vos élus départementaux.
Aujourd’hui que nous avons considérablement augmenté le nombre de places d’accueil dans le département, que nous varions les modes d’accueil, il me semble que la priorité est devenue de mieux vous connaître, pour pouvoir mieux vous accompagner dans votre quotidien.

Je le sais bien, les assistantes maternelles peuvent parfois avoir le sentiment que leur métier n’est pas apprécié à sa juste valeur. Je sais que beaucoup d’entre vous, comme récompense de votre bon travail, n’attendrez que le respect et la reconnaissance :

  • le respect pour une profession qui reste cachée, discrète socialement, parce que beaucoup d’assistantes maternelles travaillent à domicile et n’ont pas souvent l’occasion de se réunir ; le respect aussi pour une profession difficile, et où la rémunération est souvent un enjeu compliqué avec les parents.
  • le respect disais-je, mais aussi la reconnaissance, parce que pour s’occuper de tout-petits, il faut non seulement des compétences, mais un caractère fort, un sens profond des responsabilités. Nourrir un enfant, le consoler, le calmer, changer ses couches, parler à ses parents et les rassurer, ce ne sont pas là des gestes simples ou évidents.
    Ces deux attentes peuvent amener, chez certaines d’entre vous, à une interrogation : quelle est la place des assistantes maternelles dans la société d’aujourd’hui ?

Pour moi, la réponse est claire : cette place est essentielle.

L’an dernier, nous avions lancé une importante consultation des assistantes maternelles pour mieux connaître vos préoccupations, vos besoins, et vos idées. Depuis, une newsletter vous est régulièrement envoyée, qui vous aide à organiser vos journées avec les tout petits et à connaître les initiatives auxquelles vous pourriez être intéressées dans le département. Formation et information : le Conseil général veut être à vos côtés tout au long de votre parcours.

Mesdames les assistantes maternelles,
Nous avons souhaité partager un moment convivial et solennel avec vous, et puis tout simplement, nous avons voulu vous rencontrer, pour que demain nous continuions de construire ensemble l’accueil de la petite enfance en Seine-Saint-Denis.

Avant que vous n’entamiez une carrière que j’espère heureuse et longue, je veux à nouveau vous dire, Mesdames les assistantes maternelles, que le combat pour une plus grande égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, le combat pour permettre aux femmes d’aller au travail et de construire une famille en même temps, c’est aussi vous qui nous permettez de le mener.

Votre métier, à l’heure où les familles sont de plus en plus nombreuses à voir les deux parents travailler, à l’heure où les horaires de travail sont de plus en plus compliqués, est plus que jamais indispensable

Je vous souhaite une bonne fin de week-end, et vous invite maintenant à vous rapprocher des tables disposées sur la côté du hall, où vous trouverez vos attestations de formations, puis à profiter du cocktail que nous avons souhaité organiser en votre honneur.

Je vous remercie.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

1% artistique : L’exigence culturelle se poursuit en Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis, fort d’un développement démographique et économique exceptionnel, souhaite également accompagner le développement culturel de son territoire. D’ici 2020, ce sont 25 collèges ainsi qu’une Maison des Solidarités qui feront découvrir des œuvres inédites aux élèves et habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis, au titre du dispositif dit du "1% culturel". L’ampleur de ce développement artistique dans notre collectivité, unique en France, reflète notre choix d’une politique culturelle ambitieuse.


« Ma santé 2022 » : un plan qui ne soigne pas l’hôpital public ! Des sparadraps pour soigner une hémorragie

Ce matin, Emmanuel Macron a annoncé son plan pour la santé, dévoilé pour grande partie dès hier. Au-delà de la disparition du numérus clausus en 2020, ce plan santé semble s’orienter vers une adaptation de la carte hospitalière plutôt que vers un vrai remède pour remettre sur pied le système de santé français et son homme malade, l’hôpital public.


Stratégie pauvreté - Et maintenant, des paroles aux actes !

Depuis maintenant plusieurs mois, 19 Départements proposent de tester le revenu de base en le rendant automatique et ouvert aux jeunes. Le président de la République propose aujourd’hui un revenu universel d’activité. Nous sommes prêts et nous voulons même l’ouvrir aux jeunes ; cela s’appelle le revenu de base ! Et cela suppose de considérablement modifier le financement des allocations de solidarités qui repose sur les plus pauvres.


Semaine de la mobilité : "La Seine-Saint-Denis engagée pour les mobilités de demain !"

C’est la semaine de la mobilité ! Plan de mobilité pour les agent.es du Département, contribution au budget du STIF, participation aux différents projets de transports ainsi qu’à la consultation internationale sur le devenir des autoroutes urbaines, aide à l’achat du titre Imagin’R pour les collégiens et à un forfait Améthyste pour nos séniors en difficulté... Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis s’engage et investit pour le développement de tous les modes de déplacement, car nous savons que la mobilité de demain sera multimodale.


Semaine de la mobilité 2018

la Seine-Saint-Denis engagée pour les mobilités de demain !


Stratégie pauvreté : Vraie ambition, cache-sexe social ou coup d’épée dans l’eau ?

Le Département de la Seine-Saint-Denis pourrait être l’un des dix « territoires démonstrateurs » pour la stratégie pauvreté du président de la République. Si nous partageons les objectifs de cette stratégie et sommes prêts à nous y engager, afin d’offrir aux habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis des politiques sociales toujours plus innovantes, nous posons néanmoins nos conditions. La « stratégie pauvreté » n’exonère notamment pas le gouvernement d’apporter les réponses indispensables à la compensation des allocations individuelles de solidarité ou à l’accueil digne des mineurs étrangers non accompagnés. Alors que ce dernier nous a habitués à une politique pas franchement favorable - c’est un euphémisme - à la réduction des inégalités sociales, nous gardons une distance prudente ainsi qu’une approche critique de tout ce qui pourrait être mis en œuvre.


Les Présidents des sept Départements d’Ile-de-France refusent de participer à l’élection du Président du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris

L’annonce par l’État du report du Grand Paris Express constituait déjà un recul majeur, caractérisé par un manque flagrant de transparence et de démocratie. Il en va de même de l’élection du nouveau Président de la Société du Grand Paris, en charge du projet, pour laquelle l’État multiplie depuis des mois les manœuvres pour inventer une candidature à sa convenance. Dans ces conditions, les Présidents des sept départements d’Ile-de-France ont décidé de ne pas participer à cette élection mascarade.


Enjeux de la présidence du Conseil de surveillance de la SGP : redonner au Grand Paris Express son ambition et faire primer les intérêts des habitant.e.s sur les arguties financières

Créé sous un gouvernement de droite en 2010, le Grand Paris Express avait « survécu » au changement de majorité présidentielle avec le quinquennat Hollande parce qu’il a été conçu et porté par l’ensemble des élu.es au-delà des clivages politiques. La concertation, l’écoute, la prise en compte des besoins des territoires avaient créé l’unanimité derrière ce projet et fait sa force. Il aura fallu un Gouvernement qui se dit « ni de droite, ni de gauche » pour le remettre en cause.


RENTRÉE 2018 l’éducation 100% concrète

Compétence essentielle des départements, l’Éducation reste plus que jamais la priorité du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis.


Parcoursup : le Président de la Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits

Face au maintien d’un système jugé opaque, et suite aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Conseil départemental, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a décidé de saisir ce jour le Défenseur des droits au sujet de la plateforme Parcoursup. Il s’agit de vérifier que le lycée d’origine ne constitue pas un critère discriminant pour les universités dans le choix de leurs étudiant-e-s.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340