Relations État/Départements : pourquoi je n’approuve pas la motion de l’ADF.

le 9 novembre 2018

Depuis plusieurs années, les Départements financent à la place de l’État les dépenses de solidarité nationale que représentent les allocations individuelles de solidarité (RSA, PCH, APA). Ce système injuste et absurde conduit à la fois à faire peser sur les Départements les plus pauvres le coût de la solidarité et à asphyxier continuellement, méthodiquement, leur capacité à porter des politiques publiques efficaces ou à investir.

Au gré des gouvernements, se succèdent petites avancées et grandes reculades, sans que jamais un financement pérenne et juste de la solidarité nationale ne soit mis sur la table pour sortir de cette situation ubuesque.

Aujourd’hui, en Seine-Saint-Denis, la situation devient intenable pour le Département, alors même que tous les rapports y pointent les défaillances et les manquements de l’État.

A la veille du Congrès de l’ADF, le gouvernement, qui avait brutalement mis fin à tout dialogue en guise de punition à notre refus de signer des « contrats » aux airs de diktat financier, a royalement mis sur la table un fonds d’urgence de 115 millions d’euros, là où les Départements assument à sa place plus de 9 milliards d’euros. Rien qu’en Seine-Saint-Denis, ce sont près de 300 millions qui seront assumés en 2018 par le Département à la place de l’État. Cette énième aumône n’est pas à la hauteur des enjeux structurels : il suffit pour s’en convaincre de se rappeler que sous le gouvernement Cazeneuve, un fonds similaire avait été voté de 200 millions d’euros.

De même, on prétend faire de la péréquation entre départements mais sans y affecter aucune ressource supplémentaire, alors même qu’on observe depuis trois mois sur le terrain un retournement brutal de conjoncture sur les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), dont la croissance a été depuis des années la seule bouée de sauvetage des départements. Va-t-on désormais nous demander de nous répartir entre nous une baisse de recettes pour améliorer nos finances ?

Enfin, même chose sur les MNA, où on ne peut pas prétendre avoir réglé le problème quand l’État compense tout juste 10% des financements nécessaires à un accueil digne pour ces mineurs en danger.

Comment imaginer rétablir le dialogue et la confiance avec de telles propositions qui ne sont même pas à la hauteur de celles qui existaient avant l’été ou à la rentrée de septembre et que l’ADF avait à juste titre… refusées ? Comment imaginer que les Départements puissent dans ces conditions s’engager sereinement dans des actions nouvelles pour lutter contre la pauvreté, et qui sont pourtant absolument nécessaires, en particulier dans les quartiers populaires urbains ou ruraux en difficultés ?

Face à l’urgence auxquelles nos collectivités doivent faire face, l’heure n’est pas au filet d’eau tiède ou à la diplomatie policée. Nous ne mendions pas une aumône. Une motion de l’ADF qui certes souligne poliment toutes ces insuffisances mais qui ne traduit pas la colère de bon nombre de départements me semble être en décalage complet avec les exigences que portent beaucoup d’élus locaux : renouer enfin avec une décentralisation digne de ce nom, dans laquelle les collectivités ont les moyens de mener les missions qui sont les leurs.


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de lutte contre le SIDA

Alors qu’a lieu dimanche 1er décembre la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Département de Seine-Saint-Denis lance une campagne de prévention à destination du grand public. Un enjeu de santé essentiel pour le deuxième département de France métropolitaine le plus touché par l’épidémie de VIH.


Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).


Le Département de Seine-Saint-Denis et CRIT signent une charte en faveur de l’emploi local

Stéphane TROUSSEL, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, et Nathalie JAOUI, Présidente Directrice Générale de CRIT, ont signé mardi 19 novembre une charte en faveur de l’emploi, dans le cadre du salon Handiforum qui se tient à la MC93 de Bobigny. En s’associant encore davantage, CRIT et le Département de Seine-Saint-Denis poursuivent ainsi leurs efforts en faveur de l’emploi local.



Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !


Le blocage du FS2I par l’administration d’État cache-t-il un chantage du gouvernement ?

En 2019, les 7 Départements d’Ile-de-France ont décidé de la création d’un outil puissant et inédit de développement et de solidarité : le Fonds d’Investissement Interdépartemental d’Ile-de-France, ou FS2I, qui représente plus de 40 millions d’euros pour la Seine-Saint-Denis en 2019. Aujourd’hui, le fonctionnement du FS2I est bloqué par le gouvernement, au détriment de nombreux projets d’intérêt général sur notre territoire. Cette attitude est inacceptable : on ne peut pas « en même temps » exhorter les collectivités à travailler ensemble, et les bloquer quand elles le font.


Prostitution des mineur.e.s : le Département de Seine-Saint-Denis publie une étude inédite

L’observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis a révélé mardi 12 novembre les résultats d’une étude inédite sur la prostitution des mineur.e.s dans le département. Présentée à l’occasion d’une journée professionnelle contre les violences faites aux femmes à la MC93 de Bobigny, cette étude met en avant les problématiques inhérentes à la prostitution des mineur.e.s, les lacunes dans la prise en charge des victimes, et les pistes pour améliorer cette dernière. Elle rappelle plus globalement l’enjeu essentiel de lutter dès le plus jeune âge contre les violences faites aux femmes, alors que les résultats du Grenelle national contre les violences conjugales seront connus fin novembre.


Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.


La « Scène des Fiertés » nouvelle pâtisserie symbole du Département de Seine-Saint-Denis

16 pâtissier.e.s se sont réuni.e.s mercredi 6 septembre à Bobigny au sein des cuisines de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du 93 pour créer LA pâtisserie qui devient un nouveau symbole de la Seine-Saint-Denis. Imaginé par le In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale du Département, le concours « Pâtisse ta Seine-Saint-Denis » présidé par Guillaume Gomez, Chef des Cuisines de l’Élysée, a distingué la « Scène des Fiertés ».


Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410