Relations État/Départements : pourquoi je n’approuve pas la motion de l’ADF.

le 9 novembre 2018

Depuis plusieurs années, les Départements financent à la place de l’État les dépenses de solidarité nationale que représentent les allocations individuelles de solidarité (RSA, PCH, APA). Ce système injuste et absurde conduit à la fois à faire peser sur les Départements les plus pauvres le coût de la solidarité et à asphyxier continuellement, méthodiquement, leur capacité à porter des politiques publiques efficaces ou à investir.

Au gré des gouvernements, se succèdent petites avancées et grandes reculades, sans que jamais un financement pérenne et juste de la solidarité nationale ne soit mis sur la table pour sortir de cette situation ubuesque.

Aujourd’hui, en Seine-Saint-Denis, la situation devient intenable pour le Département, alors même que tous les rapports y pointent les défaillances et les manquements de l’État.

A la veille du Congrès de l’ADF, le gouvernement, qui avait brutalement mis fin à tout dialogue en guise de punition à notre refus de signer des « contrats » aux airs de diktat financier, a royalement mis sur la table un fonds d’urgence de 115 millions d’euros, là où les Départements assument à sa place plus de 9 milliards d’euros. Rien qu’en Seine-Saint-Denis, ce sont près de 300 millions qui seront assumés en 2018 par le Département à la place de l’État. Cette énième aumône n’est pas à la hauteur des enjeux structurels : il suffit pour s’en convaincre de se rappeler que sous le gouvernement Cazeneuve, un fonds similaire avait été voté de 200 millions d’euros.

De même, on prétend faire de la péréquation entre départements mais sans y affecter aucune ressource supplémentaire, alors même qu’on observe depuis trois mois sur le terrain un retournement brutal de conjoncture sur les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), dont la croissance a été depuis des années la seule bouée de sauvetage des départements. Va-t-on désormais nous demander de nous répartir entre nous une baisse de recettes pour améliorer nos finances ?

Enfin, même chose sur les MNA, où on ne peut pas prétendre avoir réglé le problème quand l’État compense tout juste 10% des financements nécessaires à un accueil digne pour ces mineurs en danger.

Comment imaginer rétablir le dialogue et la confiance avec de telles propositions qui ne sont même pas à la hauteur de celles qui existaient avant l’été ou à la rentrée de septembre et que l’ADF avait à juste titre… refusées ? Comment imaginer que les Départements puissent dans ces conditions s’engager sereinement dans des actions nouvelles pour lutter contre la pauvreté, et qui sont pourtant absolument nécessaires, en particulier dans les quartiers populaires urbains ou ruraux en difficultés ?

Face à l’urgence auxquelles nos collectivités doivent faire face, l’heure n’est pas au filet d’eau tiède ou à la diplomatie policée. Nous ne mendions pas une aumône. Une motion de l’ADF qui certes souligne poliment toutes ces insuffisances mais qui ne traduit pas la colère de bon nombre de départements me semble être en décalage complet avec les exigences que portent beaucoup d’élus locaux : renouer enfin avec une décentralisation digne de ce nom, dans laquelle les collectivités ont les moyens de mener les missions qui sont les leurs.


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.


La Seine-Saint-Denis ouvre le bassin du Rouailler, infrastructure majeure pour l’assainissement et la « baignabilité » du canal de l’Ourcq et de la Seine

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, Bélaïde Bedreddine, Vice-président en charge de l’écologie urbaine, Paticia Blanc, Directrice Générale de l’Agence Seine-Normandie, et Pierre-Yves Martin, Maire de Livry-Gargan, ont inauguré mercredi 9 octobre à Livry-Gargan (93190) le bassin du Rouailler. Cette immense infrastructure de rétention et de filtrage des eaux marque une avancée majeure pour la lutte contre les inondations dont peuvent être victimes les riverain.e.s, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de l’eau du canal de l’Ourcq et de la Seine.


Le Département de Seine-Saint-Denis et l’Education Nationale forment les personnels de collèges à la lutte contre le sexisme

Mardi 8 octobre avait lieu à Bobigny une journée de formation à la lutte contre le sexisme à destination des professionnel.le.s des collèges de Seine-Saint-Denis. Organisée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes, en partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale de Seine-Saint-Denis (DSDEN), cette journée a permis de donner au personnel des collèges des clés de compréhension et des outils d’aide à destination du public jeune qu’ils encadrent.


Création de la carte Ikaria, pour un accès privilégié à la culture et aux loisirs des seniors en Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, s’est rendu vendredi 4 octobre au Nouveau Théâtre de Montreuil à l’occasion du lancement de la carte Ikaria. Cette carte, accessible à l’ensemble des personnes de plus 60 ans résidant en Seine-Saint-Denis, donnera accès à de nombreux avantages au sein des lieux culturels et de loisirs du département.


La Seine-Saint-Denis se dote d’un nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes

Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a voté jeudi 3 octobre à l’unanimité le nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.


La Seine-Saint-Denis devient le premier département « Territoire accueillant »

La Seine-Saint-Denis est le premier département à rejoindre l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA), fondée en septembre 2018 par le Maire de Grande Synthe Damien Carême. En s’engageant dans cette démarche, la Seine-Saint-Denis réaffirme sa mobilisation en faveur d’un accueil digne sur son territoire des personnes migrantes, et notamment des Mineur.e.s Non Accompagné.e.s (MNA).


« Logement d’abord » : une expérimentation utile mais qui doit être confortée dans la durée pour le Département de Seine-Saint-Denis

Alors que se tient aujourd’hui mardi 1er octobre à Aubervilliers une journée autour du « Logement d’abord », en partenariat avec Interlogement93, Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, a interpellé l’État sur la nécessité d’agir de manière plus cohérente et globale en faveur du logement des personnes précaires.


Emmaüs Défi, les artistes du 6B et le Département de Seine-Saint-Denis réunis pour rendre l’art accessible aux plus démuni.es

Le Département de la Seine-Saint-Denis et Emmaüs Défi ont dévoilé vendredi 27 septembre les œuvres d’art mises à la vente au sein de la Banque Solidaire de l’Equipement (BSE) d’Aubervilliers. Cette initiative inédite, réalisée grâce aux artistes du 6B avec l’aide du « IN Seine-Saint-Denis », la marque territoriale du Département, permet de rendre l’art accessible aux foyers les plus modestes.


Action Logement et le Département de la Seine-Saint-Denis s’engagent pour le logement des salarié.e.s et le développement de la Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, et Jean-Jacques Perot, Vice-président du Comité régional d’Action Logement Île-de-France, ont signé mardi 24 septembre, à l’occasion du Congrès HLM de l’Union Sociale pour l’Habitat (USH) qui se tient actuellement à Paris, un protocole de préfiguration de partenariat pour le logement des salariés et le développement de la Seine-Saint-Denis.


Le Département de la Seine-Saint-Denis prend un arrêté d’interdiction de l’usage de pesticides sur son territoire

Le Département de la Seine-Saint-Denis, représenté par son Président Stéphane Troussel et son Vice-président chargé de l’écologie urbaine Bélaïde Bedreddine, a signé mercredi 18 septembre un arrêté interdisant l’usage de pesticides sur son territoire. Cet engagement vient soutenir et renforcer les décisions déjà prises en ce sens par plusieurs villes de France et par le Département du Val de Marne.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410