COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien

Réforme des retraites : réaction de Stéphane Troussel

le 11 décembre 2019

Le Premier Ministre a déployé mercredi midi beaucoup d’énergie pour tenter de faire passer la pilule de la réforme des retraites, mais la réalité c’est que, contrairement à sa volonté proclamée de vouloir rassembler les Français.es, il ne cesse de les opposer. Il oppose les générations entre elles tout comme il oppose les salariés du privé et ceux du public.

Il n’y a pas besoin d’être énarque pour comprendre l’arnaque. La tentative de repousser l’application de sa réforme (si elle est si bonne, pourquoi doit-il s’engager à l’appliquer plus tard ?) ou de faire de petits cadeaux cache mal la réalité :

• Les Français.es vont devoir travailler plus longtemps : l’âge de départ à la retraite est reporté à 64 ans, contrairement à l’engagement de campagne du président de la République ;
• Leurs pensions vont baisser : si on calcule leurs retraites sur la totalité de la carrière plutôt que sur les 25 meilleures années ou sur les 6 derniers mois, le niveau des pensions va mathématiquement baisser.

Le Premier Ministre a par ailleurs continué de répéter que cette réforme est plus juste et plus équitable. Mais l’équité, soyons clair, ça n’est pas comme il l’a dit de traiter de la même manière le ministre et la caissière. L’équité c’est de traiter mieux la caissière qui a eu un métier pénible. Or, force est de constater que la question de la pénibilité est la grande absente de la réforme voulue par le gouvernement. Cela n’est pas étonnant quand on sait par exemple que le gouvernement s’est empressé dès son arrivée au pouvoir de vider de sa substance le compte personnel de prévention de la pénibilité.

Pour faire renoncer le gouvernement, il faut maintenir la pression sociale et politique et ne pas se laisser endormir.


Contact presse
Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis
Grégoire Larrieu / glarrieu@seinesaintdenis.fr / 06 35 84 13 82

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 440