Réaction de Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, à la tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny

le 5 novembre 2018

Une tribune des juges pour enfants du TGI de Bobigny, co-publiée ce matin par Le Monde et France Inter, dénonce des "délais de prise en charge inacceptables en matière de protection de l’enfance" dans le département de la petite couronne. Elle en impute la responsabilité au "manque flagrant de personnel, lié aux restrictions budgétaires, dans un contexte où la dégradation des conditions du travail éducatif et social en Seine-Saint-Denis".

La tribune des juges pour enfants est l’expression d’une réalité douloureuse et complexe que nul ne saurait nier. Oui, les juges ont raison de pointer du doigt les difficultés qui concernent au premier chef les enfants et leurs familles. Oui, les délais d’application des mesures de justice sont parfois trop longs. Oui, la question des moyens humains et financiers est primordiale, comme l’est tout autant celle d’une meilleure coordination entre tou-te-s les acteurs-rices de la protection de l’enfance. Les attentes sont grandes, notamment à l’égard du Conseil départemental, chef de file des politiques publiques de protection de l’enfance.

Les juges ont en partie raison : il y a un problème pour l’enfance en danger, et ce malgré les moyens importants que le Département consacre à l’aide sociale à l’enfance (ASE).

La vérité, c’est que le budget de l’ASE en Seine-Saint-Denis est le plus gros budget d’Île-de-France (hors Paris) et que nous l’avons encore fortement augmenté ces derniers mois : il passera de 253 millions d’euros en 2018 à 273 millions d’euros en 2019. D’ailleurs, la Cour des Comptes a noté que les dépenses sociales "indirectes" (c’est-à-dire principalement l’ASE) avaient augmenté de 20% en Seine-Saint-Denis d’une année sur l’autre ; c’est de loin un record dans le pays.

La vérité, c’est que la Seine-Saint-Denis assume déjà à la place de l’Etat une large part de la solidarité nationale. Nous accueillons et prenons en charge les mineur-e-s étranger-e-s non accompagné-e-s (MNA), dont le nombre a triplé depuis 2015. Pour ces jeunes, qui ont droit à une protection, seules 10% de nos dépenses sont compensées. Nous accueillons aussi les enfants de retour de Syrie - pas forcément originaires de la Seine-Saint-Denis - car ils arrivent par l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, lequel relève du tribunal de Bobigny. Pour ce qui représente 2,8 millions de budget, l’État nous compense royalement à hauteur de 250 000 euros.

La vérité, c’est que derrière ces chiffres vertigineux, il y a une réalité très concrète, celle de ces enfants et familles qui sont les victimes directes des contraintes financières toujours plus fortes pesant sur les collectivités.
En Seine-Saint-Denis, ce sont 300 millions d’aides sociales que nous finançons à la place de l’État. Ceci alors que, dans le même temps, le gouvernement nous impose toujours plus d’économies ! Se défausser sans cesse sur les collectivités alors qu’on ne leur donne pas les moyens d’assumer correctement les missions qu’on leur confie, cela s’appelle faire la politique de l’autruche.

On ne peut pas avoir d’un côté des décisions qui sont prises, sans se préoccuper de l’autre des capacités réelles à les mettre en œuvre.
Il s’agit d’une part de donner les moyens à la justice et au Département d’agir, mais également de renforcer le travail partenarial entre tous les acteurs. En Seine-Saint-Denis, nous avons déjà commencé. En lien avec les services de justice, nous sommes notamment en pointe sur la recherche des solutions préventives et alternatives au placement : services d’accueil de jour, accueils de 72 heures pour éviter les placements durables, accueil et écoute des adolescents en difficulté (Etap-ados)...

Mais pour aller plus loin, et continuer d’améliorer ce travail, nous aurons besoin d’un soutien de l’État autrement plus important que des accusations ou des déclarations d’intention sur les antennes radio.

Tous les rapports, toutes les études le pointent inlassablement : en Seine-Saint-Denis, il y a un État défaillant. Sur le sujet de la protection de l’enfance, comme sur tant d’autres, tant qu’il n’y aura pas de volonté massive et durable de rattrapage en Seine-Saint-Denis, croire que les collectivités y feront face seules relève au mieux du leurre, au pire du cynisme.


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.


Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis : lancement de l’Atelier des Villes en présence de Stéphane Troussel et de Tony Estanguet

La Fabrique des Jeux a tenu hier son premier Atelier des Villes, réunissant toutes les communes de Seine-Saint-Denis. Ce projet avait été proposé à l’occasion du lancement de la Fabrique, le 13 juin dernier, pour engager l’ensemble des territoires du département dans la dynamique des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.


Débat à l’Assemblée nationale sur le revenu de base : Stéphane Troussel présent pour défendre l’expérimentation

L’Assemblée nationale débattra le 31 janvier prochain d’une proposition de loi d’expérimentation du revenu de base.


Les deux grands oubliés de la stratégie de protection de l’enfance du gouvernement : les moyens et les mineurs étrangers non accompagnés

Ce lundi, le gouvernement a annoncé par la voix du secrétaire d’État fraîchement nommé sa stratégie pour la protection de l’enfance, promise de longue date et repoussée régulièrement. Les axes évoqués dans cette stratégie sont certes louables, pleins de bonnes intentions, mais ils occultent largement la question des moyens et oublient les mineur.e.s non-accompagné.e.s. Nous ne pouvons plus nous contenter de bonnes intentions et de belles paroles, pour protéger les enfants, tous les enfants, il faut aussi des moyens.


Nomination d’Adrien Taquet, secrétaire d’état en charge de la protection de l’enfance - « Monsieur le ministre, il n’y a pas de temps à perdre, je vous invite en Seine Saint Denis pour prendre la mesure de votre nouveau job. »

Après des mois de tergiversations, des alertes de l’ensemble des acteurs.rices de la protection de l’enfance et de la justice, un secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance a enfin été nommé. Il est temps que l’État s’engage et donne les moyens aux collectivités de mettre en œuvre la Loi de 2016 qui instaure le projet de l’enfant. Il est temps aussi qu’il s’appuie sur les acteurs.rices locaux.ales très engagé.e.s, et sorte de l’immobilisme technocratique dans lequel il est plongé. La protection de l’enfance doit être une grande cause nationale.



Drame de Saint-Denis : il y a urgence à faire de la lutte contre l’habitat insalubre une grande cause nationale

Le 24 décembre au soir, le mal-logement et l’insalubrité ont a nouveau frappé notre département avec l’incendie d’un appartement d’un immeuble situé au 77 avenue Wilson à Saint-Denis. Mes pensées vont au 13 personnes blessées, aux services de secours qui ont agit avec célérité et efficacité, mais aussi aux élu.e.s et services municipaux qui luttent sans relâche contre ce fléau que constitue le logement insalubre. Pour que cette litanie mortifère s’arrête enfin, la lutte contre l’habitat indigne et l’accès pour toutes et tous à un logement décent doivent être déclarées « grandes causes nationales » par le gouvernement, afin que des objectifs de résorption soient fixés et des moyens d’actions déployés.


La Seine-Saint-Denis et la SNCF partenaires pour l’égalité

Vendredi 21 décembre, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis et Stéphane Volant, Secrétaire Général du Groupe SNCF ont renouvelé leur partenariat par la signature de la charte « Seine-Saint-Denis Égalité ».


Pendant que la Seine-Saint-Denis vote et réclame un « budget de l’égalité », le gouvernement et la majorité En Marche s’opposent à une plus grande solidarité en Ile-de-France.

Après avoir mené hier une action « coup de poing » en déversant devant l’Assemblée nationale les 347 millions d’euros que la Seine-Saint-Denis paie chaque année à la place de l’État, le Département a adopté aujourd’hui en séance son budget pour 2019 ainsi qu’un « budget de l’égalité » symbolique. Si l’État nous payait les 347 millions qu’il nous doit, nous pourrions renforcer les solidarités, mieux répondre à l’urgence écologique, investir davantage pour la jeunesse et nous désendetter plus vite.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 420