RSA : oui à la renationalisation, mais au juste prix !

le 26 février 2016

Les annonces faites par le Premier ministre marquent un certain nombre d’avancées dont je me félicite, notamment la préservation de ressources dynamiques et la volonté réaffirmée de renationaliser le RSA que nous demandons depuis de nombreuses années. Il s’agit de sortir la Seine-Saint-Denis du piège financier dans lequel les lois Raffarin l’ont placée en faisant assumer les dépenses de solidarité nationale par les habitants les plus pauvres.

Les annonces faites par le Premier ministre marquent un certain nombre d’avancées dont je me félicite, notamment la préservation de ressources dynamiques et la volonté réaffirmée de renationaliser le RSA que nous demandons depuis de nombreuses années. Il s’agit de sortir la Seine-Saint-Denis du piège financier dans lequel les lois Raffarin l’ont placée en faisant assumer les dépenses de solidarité nationale par les habitants les plus pauvres.

Mais les modalités d’application ne peuvent pas avoir pour conséquence de figer les inégalités territoriales que nous combattons.

Aussi, je rappelle les exigences que nous posons pour que cette renationalisation soit une vraie mesure de justice :
- l’année de référence ne peut pas être celle d’un pic en matière de dépenses de RSA comme 2016. Pour mémoire, nous n’inscrirons dans notre budget 2016 que les dépenses déjà inscrites en 2015 car les habitants de la Seine-Saint-Denis ne peuvent plus payer à la place de l’État l’augmentation des dépenses de solidarité nationale.
- un fonds d’urgence doit être prévu dès 2016 pour les départements les plus en difficulté. Je rappelle à ce titre que l’impasse budgétaire sur le RSA qui était de 5 millions en 2015 pourrait avoisiner les 40 millions en 2016 pour la Seine-Saint-Denis.
- enfin, le transfert de ressources vers l’Etat doit tenir compte des réalités et des inégalités qui existent déjà face aux dépenses de RSA.

Le niveau du reste à charge doit ainsi être pris en compte sous peine de graver dans le marbre le scandale qui fait que les habitants de Seine-Saint-Denis paient 152 euros de leur poche pour un RSA mensuel de 525 euros, quand ceux des Hauts de Seine n’en versent que 75 euros.

Je serai particulièrement mobilisé dans les discussions que l’ADF et le gouvernement poursuivront pour parvenir à un accord afin que ces exigences soient bien prises en compte.

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Les 20 ans de l’unité équestre police de la Seine-Saint-Denis

Cérémonie vendredi 11 avril à 15 heures au Parc Georges-Valbon, Centre équestre UCPA, à La Courneuve.


Une nouvelle victoire contre les emprunts toxiques : la Seine-Saint-Denis fait condamner DEPFA

Le Tribunal de Grande Instance de Paris vient aujourd’hui de donner raison au Département de la Seine-Saint-Denis dans son action contre la banque DEPFA au sujet d’un emprunt toxique d’un montant de 10 millions dont le taux a atteint plus de 30%.


Rencontre départementale de l’Observatoire des violences envers les femmes

Prévenir, détecter, agir pour lutter contre le fléau des violences envers les femmes, le vendredi 7 mars à la Bourse départementale du Travail de Bobigny.


Le Département encourage le droit d’entreprendre au féminin

Samedi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, organise une table-ronde intitulée "Devenir cheffe d’entreprise en Seine-Saint-Denis, parcours de créatrices et repreneuses d’entreprises : motivations, difficultés et réussite".


Lancement du schéma territorial de service aux familles en Seine-Saint-Denis

Visite de Dominique Bertinotti à la crèche départementale Jean-Jaurès aux côtés de Stéphane Troussel le jeudi 27 février à 9h30.


Le prolongement du T1 déclaré d’utilité publique

C’est avec une immense satisfaction que Stéphane Troussel a appris l’annonce de la signature officielle, le 17 février 2014, de la déclaration d’utilité publique du projet de prolongement du tramway T1 de Bobigny à Val de Fontenay.


Les conditions de transport sur le T1 nécessitent une action rapide et concertée

Ces derniers mois, les usagers du T1 sur le tronçon Bobigny/Saint-Denis ont vu leurs conditions de transport se dégrader : problèmes techniques récurrents, accroissement des intervalles entre deux rames, rames surchargées. L’exploitation de cette ligne n’est plus satisfaisante et l’exaspération gagne chaque jour un peu plus les milliers de voyageurs qui l’utilisent.


Inauguration de la RD 28 à Pierrefitte-sur-Seine

Vendredi 7 février, Stéphane Troussel a inauguré la requalification des rues d’Amiens et Émile-Zola réalisée dans le cadre de l’aménagement de la RD28 à l’Est et de l’ex-RN1.


Mobilisation pour l’emploi dans les quartiers populaires

Le 7 février, Stéphane Troussel, Président du Conseil général et François Lamy, Ministre délégué à la Ville, invitent les entreprises à participer à la rencontre « Emploi et développement économique dans les quartiers populaires : les entreprises s’engagent ».


Inauguration du Relais à Pantin

Vendredi 31 janvier 2014, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, participera à l’inauguration du Relais, restaurant d’insertion situé à Pantin.

0 | ... | 300 | 310 | 320 | 330 | 340 | 350 | 360 | 370 | 380 | ... | 420