Protection de l’enfance, l’affaire de tous !

le 19 mars 2019

En accompagnant plus de 8500 jeunes et avec un budget de près de 273 millions d’euros, soit 20 millions de plus que l’année dernière, le Département est fortement engagé pour la protection de l’enfance, aux côtés de tous les acteurs. C’est le plus haut niveau de dépense par habitant de France au service de la protection de l’enfance.

En dépit d’un contexte budgétaire difficile et des forts manquements de l’Etat sur ses propres compétences, la Seine-Saint-Denis agit pour répondre aux besoins des enfants. Alors que depuis quelques mois la protection de l’enfance est sous les feux des projecteurs, le Département en a fait de longue date une priorité départementale, mais il est urgent qu’elle devienne maintenant une réelle priorité nationale, et que les moyens qui nous sont accordés pour remplir nos missions soient à la mesure de nos besoins et de notre ambition.

Dans le cadre de la journée de mobilisation sur la protection de l’enfance organisée par les organisations syndicales, j’ai rencontré, avec Frédéric Molossi, Vice-Président en charge de l’enfance et de la famille, des représentants de l’intersyndicale.

A l’occasion de ce temps d’échange constructif, j’ai annoncé que le Département de la Seine-Saint-Denis particulièrement engagé et mobilisé sur la protection de l’enfance consacrerait encore de nouveaux moyens pour répondre aux besoins de notre territoire.

Nous engageons un plan d’investissement de 20 millions d’ici 2022 pour moderniser les bâtiments publics et améliorer les conditions d’accueil des enfants. Afin de répondre à l’urgence, j’ai annoncé la création immédiate de 30 places supplémentaires d’hébergement d’urgence. Des mesures en faveur des assistantes familiales seront mises en place pour améliorer les conditions de prise en charge de certains frais inhérents à l’accueil des enfants.

J’ai aussi souhaité qu’un bilan du fonctionnement des circonscriptions ASE soit effectué par les services départementaux pour évaluer les besoins en matière notamment de prévention.

La Seine Saint Denis s’engage aussi dans une politique publique innovante qui vise à prévenir les placements, développer l’accueil familial, créer une pouponnière et des lieux d’accueil pour les fratries, favoriser l’autonomie avec plus de 1000 contrats jeunes majeurs. Par ailleurs, afin d’accueillir les Mineurs non Accompagnés dans des conditions adaptées, 800 places dédiées sont en cours d’ouverture.

Néanmoins, dans ce domaine comme dans bien d’autres nous ne pouvons jouer systématiquement le rôle d’amortisseur et toujours être solidaires pour deux notamment quand les services publics se retirent ou lorsque les compensations financières de l’Etat se tarissent.

Parce que la protection de l’enfance est l’affaire de tous, nous avons décidé d’organiser des Etats généraux de la protection de l’enfance le 7 mai prochain avec l’ensemble des acteurs.

En Seine-Saint-Denis, avec nos partenaires, les associations, nous ne manquons pas d’idées nouvelles pour faire encore davantage pour la protection de l’enfance et nous entendons prendre toute notre part pour peser dans l’élaboration de la feuille de route du gouvernement annoncé avant l’été par le nouveau secrétaire d’Etat.


Contact presse :
Cabinet de la présidence du département de la Seine-Saint-Denis / Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 400