Propos de Goasguen : syndrome du mépris de la droite pour la Seine-Saint-Denis

le 20 février 2013

Claude Goasguen, député UMP de Paris, a aujourd’hui présenté ses excuses à la Seine-Saint-Denis, qu’il a mise en cause lors d’une dispute avec Rachida Dati.

« Dont acte ! Mais cette insulte n’est pour moi que la énième illustration du mépris de la droite pour la Seine-Saint-Denis, de celui dont Nicolas Sarkozy et ses gouvernements successifs ont fait preuve lorsqu’ils étaient au pouvoir ou celui de Patrick Devedjian qui caricature régulièrement notre département pour mieux refuser de répartir la richesse en Île-de-France.

Pendant 10 ans, la droite au pouvoir n’a cessé de stigmatiser la Seine-Saint-Denis et a fragilisé par ses choix politiques tout le tissu associatif, social et économique de ce territoire. Un jour, le gouvernement de François Fillon privait la Seine-Saint-Denis des aides aux départements en difficulté, un autre il fragilisait gravement l’école en supprimant des postes d’enseignants privant ainsi des centaines de classe de professeurs remplaçants.

Si Monsieur Goasguen a une bien piètre opinion de notre département et cède aux clichés les plus éculés, je m’interroge sur l’association saugrenue entre Rachida Dati, maire du 7ème arrondissement, et la Seine-Saint-Denis.
Que cela signifie-t-il exactement ?

Je ne tolérerai pas que la Seine-Saint-Denis soit la cible collatérale des invectives des élus de droite entre eux. La crise que traverse la France et tout particulièrement la Seine-Saint-Denis impose aux élus quelle que soit leur appartenance, à garder leur sang froid. Il en va de la crédibilité des responsables politiques. »

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380