Pour la reprise du dialogue social, PSA doit donner aux salariés des garanties solides sur leur avenir

le 28 janvier 2013

Alors qu’un mouvement social dure depuis plus de dix jours à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, je mesure l’inquiétude qui peut être celle des salariés du site quant à leur avenir, qu’ils participent ou non à la grève.

Il est évident que l’objectif poursuivi par la direction de PSA doit rester « zéro salarié à Pôle emploi ». C’était l’engagement du groupe, il doit être tenu par de véritables propositions d’emplois.

Les solutions d’emplois qui doivent être proposées, que ce soit par des reclassements internes au groupe PSA ou sur des emplois implantés à Aulnay dans le cadre de la revitalisation, ne peuvent être synonymes d’une dégradation de la situation des salariés.

Les mesures d’accompagnement mises en place par la direction de PSA dans le cadre du plan de sauvegarde pour l’emploi doivent être conséquentes et adaptées : un plan de sauvegarde au rabais ne serait pas acceptable, et les salariés d’Aulnay qui subissent la décision de fermeture du site ont raison d’être vigilants et exigeants.

La gravité des conséquences pour les familles des salariés interdit de céder à la tentation de provocations qui ne conduisent qu’à exacerber les tensions. Le droit de grève doit pouvoir s’exercer dans le respect de la loi qui à la fois le garantit et l’encadre.

Je souhaite que chacun œuvre avec sérénité, dans l’intérêt des salariés, à la reprise du dialogue social.

Stéphane TROUSSEL, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380