Pour en finir avec le Central Park

Le Département lance une concertation publique pour co-construire un projet d’avenir pour le Parc Georges-Valbon à La Courneuve

Le 1er juillet, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental, a présenté avec Belaïde Bedreddine, Vice-président chargé de l’écologie urbaine, la concertation publique sur l’avenir du Parc Georges-Valbon en présence de membres du Collectif pour la défense et l’extension du Parc.

Clarification bienvenue de Manuel Valls sur les intentions de l’État
Stéphane Troussel a tout d’abord tenu à rendre public le courrier de réponse que lui avait adressé le Premier Ministre suite à son interpellation sur les intentions de l’État s’agissant du Parc.

Dans ce courrier, Manuel Valls apporte les trois clarifications demandées. Tout d’abord, le projet du Central Park n’est pas celui de l’État. Ensuite, la question de l’outil réglementaire (OIN ou autre) ne se posera qu’après avoir construit un projet partagé. Enfin, aucune construction dans le parc ne se fera sans l’accord des élus locaux. Cela permet donc affirmer qu’il n’y aura pas un logement construit dans le Parc Georges-Valbon. À ce jour, aucun élu n’y est favorable et ils tous préserver et mieux valoriser cet espace naturel exceptionnel.

Une concertation publique pour aboutir à un projet partagé
Si le projet Castro clivait par son ampleur et par ses choix, il posait néanmoins des questions qui sont légitimes : le lien du parc à la ville, les articulations entre tissus urbain et naturel, l’amélioration des accès, les usages que nous avons des parcs, la réponse a apporté aux besoins de logements en Seine-Saint-Denis.

Le parc n’est pas un projet figé, il a été aménagé par phases successives. Pour réfléchir a son avenir, le Département a donc souhaité lancer une grande concertation publique auprès des habitants qui débutera dès ce mois de juillet.

Cette concertation se déroulera en deux séquences distinctes. Une première séquence de juillet à septembre devra permettre de partager un diagnostic sur les usages du Parc, son accessibilité, son rapport à la ville. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer à tous les acteurs de cette concertation d’imaginer le Parc de demain : ces nouvelles entrées possibles, l’’introduction éventuelle d’équipements de loisirs et de culture, les manières de relier le Parc à la ville.

Le périmètre et la méthodologie de cette concertation seront discutés et décidés en associant étroitement les élus locaux, les associations, les personnalités qualifiées et, s’ils le souhaitent, les membres du Collectif pour la défense et l’extension du parc. Ce sera un travail sérieux, fouillé, dont les conclusions se dessineront d’ici la fin de l’année.

Courrier de Manuel Valls, Premier ministre

Monsieur le Président,
Vous avez souhaité me faire part de vos inquiétudes concernant l’avenir du Parc Georges-Valbon, à la suite de la publication de différents articles de presse concernant le projet dit de « Central Park à La Courneuve ». Vous le rappelez, ce projet n’est ni celui du Conseil départemental, ni celui des élus locaux. Il n’est pas davantage celui de l’État.
Votre attention pour le Parc Georges-Valbon, et pour l’aménagement de ses franges, est partagée par le gouvernement, comme nous avons eu l’occasion de le réaffirmer lors du Comité interministériel du 14 avril dernier. Nous sommes tous convaincus que ce site exceptionnel, par sa taille, son emplacement, son potentiel, sa valeur environnementale, appelle un projet d’aménagement ambitieux. Il doit pouvoir être mis en œuvre rapidement, pour tirer tout le parti de l’amélioration de sa desserte, mais surtout pour répondre aux attentes des habitants de Seine-Saint-Denis. Ce projet d’aménagement doit être exemplaire de notre ambition de construire le Grand Paris pour améliorer la vie des habitants.
C’est ce travail que l’État souhaite accomplir avec le Conseil départemental, propriétaire du Parc, et bien entendu avec les maires de l’ensemble des communes riveraines, et avec Plaine Commune. Il devra également s’appuyer sur une concertation étroite avec les habitants. Cette concertation, engagée autour du Préfet de département et en lien avec l’Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) depuis l’ atelier du Grand Paris du Logement organisé en préfecture le 9 avril, doit se poursuivre pour discuter des potentialités du site, et identifier à partir des projets urbains que portent les communes riveraines du Parc, les moyens de construire un projet d’ensemble.
Je partage les objectifs que vous identifiez pour cet aménagement : faire rentrer le Parc dans la ville, relier les différentes communes au Parc, lutter contre son enclavement, favoriser son accessibilité. Sur tous ces sujets, nous pouvons avancer ensemble. Aussi, je souhaite vous confirmer que notre objectif, dans le respect de l’enveloppe du Parc, est d’aménager en partie ses franges pour y amener davantage d’activité et du logement. Et si, en accord avec les communes, du foncier est mobilisé à l’ intérieur du Parc, ceci devra s’accompagner d’une compensation en sorte de préserver intégralement la richesse écologique.
Je souhaite que cette ambition puisse se traduire rapidement par de nouvelles avancées. C’est pourquoi j ’ai demandé que le calendrier des discussions puisse être accéléré et de disposer dès la fin juillet d’un premier bilan des orientations que nous pourrions engager, à partir de la somme des projets portés aujourd’hui par les communes. Nous devrons retenir le meilleur moyen d’en garantir la cohérence d’ensemble, car, comme vous, je crois que la question de l’outil réglementaire le plus à même de fa ire avancer ce projet ne saurait être un préalable. Ce qui est indispensable, c’ est de construire ce projet avec tous les acteurs locaux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Manuel Valls
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de la Seine-Saint-Denis, la Banque des Territoires et CDC Biodiversité agissent en faveur de la transition écologique, énergétique et de la biodiversité

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, Marianne Louradour, directrice régionale Ile-de-France de la Banque des Territoires et Jean-Christophe Benoit, directeur du développement et de l’investissement de CDC Biodiversité, ont signé une convention de partenariat en faveur de la performance énergétique du patrimoine public et de la biodiversité en Seine-Saint-Denis.



Lancement d’un espace de témoignages en Seine-Saint-Denis sur Parcoursup

Alors que les examens du baccalauréat se terminent et que la plateforme Parcoursup s’apprête à réouvrir, le Département a décidé de lancer une vaste campagne de témoignages. Sur cette base, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, pourra saisir le Défenseur des Droits pour lui demander de faire toute la lumière sur ce système de sélection aujourd’hui opaque.





La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.


Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 340