Pour en finir avec le Central Park

le 2 juillet 2015

Le Département lance une concertation publique pour co-construire un projet d’avenir pour le Parc Georges-Valbon à La Courneuve

Le 1er juillet, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental, a présenté avec Belaïde Bedreddine, Vice-président chargé de l’écologie urbaine, la concertation publique sur l’avenir du Parc Georges-Valbon en présence de membres du Collectif pour la défense et l’extension du Parc.

Clarification bienvenue de Manuel Valls sur les intentions de l’État
Stéphane Troussel a tout d’abord tenu à rendre public le courrier de réponse que lui avait adressé le Premier Ministre suite à son interpellation sur les intentions de l’État s’agissant du Parc.

Dans ce courrier, Manuel Valls apporte les trois clarifications demandées. Tout d’abord, le projet du Central Park n’est pas celui de l’État. Ensuite, la question de l’outil réglementaire (OIN ou autre) ne se posera qu’après avoir construit un projet partagé. Enfin, aucune construction dans le parc ne se fera sans l’accord des élus locaux. Cela permet donc affirmer qu’il n’y aura pas un logement construit dans le Parc Georges-Valbon. À ce jour, aucun élu n’y est favorable et ils tous préserver et mieux valoriser cet espace naturel exceptionnel.

Une concertation publique pour aboutir à un projet partagé
Si le projet Castro clivait par son ampleur et par ses choix, il posait néanmoins des questions qui sont légitimes : le lien du parc à la ville, les articulations entre tissus urbain et naturel, l’amélioration des accès, les usages que nous avons des parcs, la réponse a apporté aux besoins de logements en Seine-Saint-Denis.

Le parc n’est pas un projet figé, il a été aménagé par phases successives. Pour réfléchir a son avenir, le Département a donc souhaité lancer une grande concertation publique auprès des habitants qui débutera dès ce mois de juillet.

Cette concertation se déroulera en deux séquences distinctes. Une première séquence de juillet à septembre devra permettre de partager un diagnostic sur les usages du Parc, son accessibilité, son rapport à la ville. Dans un deuxième temps, il s’agira de proposer à tous les acteurs de cette concertation d’imaginer le Parc de demain : ces nouvelles entrées possibles, l’’introduction éventuelle d’équipements de loisirs et de culture, les manières de relier le Parc à la ville.

Le périmètre et la méthodologie de cette concertation seront discutés et décidés en associant étroitement les élus locaux, les associations, les personnalités qualifiées et, s’ils le souhaitent, les membres du Collectif pour la défense et l’extension du parc. Ce sera un travail sérieux, fouillé, dont les conclusions se dessineront d’ici la fin de l’année.

Courrier de Manuel Valls, Premier ministre

Monsieur le Président,
Vous avez souhaité me faire part de vos inquiétudes concernant l’avenir du Parc Georges-Valbon, à la suite de la publication de différents articles de presse concernant le projet dit de « Central Park à La Courneuve ». Vous le rappelez, ce projet n’est ni celui du Conseil départemental, ni celui des élus locaux. Il n’est pas davantage celui de l’État.
Votre attention pour le Parc Georges-Valbon, et pour l’aménagement de ses franges, est partagée par le gouvernement, comme nous avons eu l’occasion de le réaffirmer lors du Comité interministériel du 14 avril dernier. Nous sommes tous convaincus que ce site exceptionnel, par sa taille, son emplacement, son potentiel, sa valeur environnementale, appelle un projet d’aménagement ambitieux. Il doit pouvoir être mis en œuvre rapidement, pour tirer tout le parti de l’amélioration de sa desserte, mais surtout pour répondre aux attentes des habitants de Seine-Saint-Denis. Ce projet d’aménagement doit être exemplaire de notre ambition de construire le Grand Paris pour améliorer la vie des habitants.
C’est ce travail que l’État souhaite accomplir avec le Conseil départemental, propriétaire du Parc, et bien entendu avec les maires de l’ensemble des communes riveraines, et avec Plaine Commune. Il devra également s’appuyer sur une concertation étroite avec les habitants. Cette concertation, engagée autour du Préfet de département et en lien avec l’Agence foncière et technique de la région parisienne (AFTRP) depuis l’ atelier du Grand Paris du Logement organisé en préfecture le 9 avril, doit se poursuivre pour discuter des potentialités du site, et identifier à partir des projets urbains que portent les communes riveraines du Parc, les moyens de construire un projet d’ensemble.
Je partage les objectifs que vous identifiez pour cet aménagement : faire rentrer le Parc dans la ville, relier les différentes communes au Parc, lutter contre son enclavement, favoriser son accessibilité. Sur tous ces sujets, nous pouvons avancer ensemble. Aussi, je souhaite vous confirmer que notre objectif, dans le respect de l’enveloppe du Parc, est d’aménager en partie ses franges pour y amener davantage d’activité et du logement. Et si, en accord avec les communes, du foncier est mobilisé à l’ intérieur du Parc, ceci devra s’accompagner d’une compensation en sorte de préserver intégralement la richesse écologique.
Je souhaite que cette ambition puisse se traduire rapidement par de nouvelles avancées. C’est pourquoi j ’ai demandé que le calendrier des discussions puisse être accéléré et de disposer dès la fin juillet d’un premier bilan des orientations que nous pourrions engager, à partir de la somme des projets portés aujourd’hui par les communes. Nous devrons retenir le meilleur moyen d’en garantir la cohérence d’ensemble, car, comme vous, je crois que la question de l’outil réglementaire le plus à même de fa ire avancer ce projet ne saurait être un préalable. Ce qui est indispensable, c’ est de construire ce projet avec tous les acteurs locaux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Manuel Valls
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Lancement d’un Budget Participatif « écolo » en Seine-Saint-Denis !

Le Département de Seine-Saint-Denis annonce le lancement de son premier budget participatif, alors que s’ouvrent ce jeudi 6 novembre à Paris les 4èmes rencontres nationales des Budgets Participatifs. Dédié aux enjeux écologiques, ce budget permettra aux citoyen.ne.s de Seine-Saint-Denis de faire émerger dans chaque canton des actions en faveur de l’environnement, financées par le Conseil Départemental.


La « Scène des Fiertés » nouvelle pâtisserie symbole du Département de Seine-Saint-Denis

16 pâtissier.e.s se sont réuni.e.s mercredi 6 septembre à Bobigny au sein des cuisines de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du 93 pour créer LA pâtisserie qui devient un nouveau symbole de la Seine-Saint-Denis. Imaginé par le In Seine-Saint-Denis, la marque territoriale du Département, le concours « Pâtisse ta Seine-Saint-Denis » présidé par Guillaume Gomez, Chef des Cuisines de l’Élysée, a distingué la « Scène des Fiertés ».


Répression du 17 octobre 1961 : Stéphane Troussel demande une journée nationale de commémoration

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, assistera ce matin, jeudi 17 octobre, à l’invitation d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, à l’inauguration d’une stèle commémorative en mémoire des victimes du 17 octobre 1961 à Paris. Il tient à réaffirmer dans ce cadre la nécessité d’aller plus loin dans la reconnaissance par l’État français de ces événements tragiques, en faisant du 17 octobre une journée nationale en hommage aux victimes de la répression.


La Seine-Saint-Denis ouvre le bassin du Rouailler, infrastructure majeure pour l’assainissement et la « baignabilité » du canal de l’Ourcq et de la Seine

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, Bélaïde Bedreddine, Vice-président en charge de l’écologie urbaine, Paticia Blanc, Directrice Générale de l’Agence Seine-Normandie, et Pierre-Yves Martin, Maire de Livry-Gargan, ont inauguré mercredi 9 octobre à Livry-Gargan (93190) le bassin du Rouailler. Cette immense infrastructure de rétention et de filtrage des eaux marque une avancée majeure pour la lutte contre les inondations dont peuvent être victimes les riverain.e.s, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de l’eau du canal de l’Ourcq et de la Seine.


Le Département de Seine-Saint-Denis et l’Education Nationale forment les personnels de collèges à la lutte contre le sexisme

Mardi 8 octobre avait lieu à Bobigny une journée de formation à la lutte contre le sexisme à destination des professionnel.le.s des collèges de Seine-Saint-Denis. Organisée par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes, en partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale de Seine-Saint-Denis (DSDEN), cette journée a permis de donner au personnel des collèges des clés de compréhension et des outils d’aide à destination du public jeune qu’ils encadrent.


Création de la carte Ikaria, pour un accès privilégié à la culture et aux loisirs des seniors en Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, s’est rendu vendredi 4 octobre au Nouveau Théâtre de Montreuil à l’occasion du lancement de la carte Ikaria. Cette carte, accessible à l’ensemble des personnes de plus 60 ans résidant en Seine-Saint-Denis, donnera accès à de nombreux avantages au sein des lieux culturels et de loisirs du département.


La Seine-Saint-Denis se dote d’un nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes

Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a voté jeudi 3 octobre à l’unanimité le nouveau Schéma pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.


La Seine-Saint-Denis devient le premier département « Territoire accueillant »

La Seine-Saint-Denis est le premier département à rejoindre l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants (ANVITA), fondée en septembre 2018 par le Maire de Grande Synthe Damien Carême. En s’engageant dans cette démarche, la Seine-Saint-Denis réaffirme sa mobilisation en faveur d’un accueil digne sur son territoire des personnes migrantes, et notamment des Mineur.e.s Non Accompagné.e.s (MNA).


« Logement d’abord » : une expérimentation utile mais qui doit être confortée dans la durée pour le Département de Seine-Saint-Denis

Alors que se tient aujourd’hui mardi 1er octobre à Aubervilliers une journée autour du « Logement d’abord », en partenariat avec Interlogement93, Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, a interpellé l’État sur la nécessité d’agir de manière plus cohérente et globale en faveur du logement des personnes précaires.


Emmaüs Défi, les artistes du 6B et le Département de Seine-Saint-Denis réunis pour rendre l’art accessible aux plus démuni.es

Le Département de la Seine-Saint-Denis et Emmaüs Défi ont dévoilé vendredi 27 septembre les œuvres d’art mises à la vente au sein de la Banque Solidaire de l’Equipement (BSE) d’Aubervilliers. Cette initiative inédite, réalisée grâce aux artistes du 6B avec l’aide du « IN Seine-Saint-Denis », la marque territoriale du Département, permet de rendre l’art accessible aux foyers les plus modestes.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 420