Politique du Logement : Réaction de Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

le 18 septembre 2017

Pour le Président du Département, le Gouvernement entretient un flou volontaire et inquiétant sur ce que sera sa politique du logement pendant 5 ans.

Le Gouvernement entretient un flou volontaire et inquiétant sur ce que sera sa politique du logement pendant 5 ans. Plan logement reculé d’une semaine, ballons d’essai lancés sur les APL, baisse des réglementations sociales et environnementales... Les locataires, les bailleurs sociaux, les maires et l’ensemble des acteurs de l’habitat et de la solidarité sont inquiets de ce nouveau moins-disant social. Les dépenses sociales payent les cadeaux faits à d’autres pour boucler le budget 2018 de l’État.

J’entends que les locataires des logements sociaux verraient leur APL baisser de 60 euros, mais que les bailleurs seraient invités à baisser les loyers pour le compenser. J’entends également que pour construire plus il faut détruire les règles telles que celles liées à la performance énergétique alors que nous devons massivement développer un habitat durable, bientôt deux ans après la COP21.

Je comprends que pour baisser les APL, on va placer ceux qui construisent des logements sociaux dans une équation financière impossible à résoudre. En effet, les compensations annoncées via le gel du taux du Livret A, sont un écran de fumée car elles ne génèrent aucune ressource supplémentaire pour les bailleurs. Je comprends que pour permettre des économies aux promoteurs immobiliers, on va proposer aux habitants de la Seine-Saint-Denis qui vivent déjà dans 75% de logements "passoires énergétiques", de reporter sur leur facture EDF ces bénéfices.

Derrière ce flou, il y a des pistes qui ne seront ni efficaces pour construire des logements ni justes pour permettre l’accès à tous à des logements de qualité. Le gouvernement doit revoir sa copie.

Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

$
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370