Plan logement du Gouvernement

le 21 septembre 2017

Plan logement du Gouvernement : "derrière la grande simplification coups bas sur le logement social à tous les étages".

Le Gouvernement vient d’annoncer officiellement après plusieurs semaines d’approximations son "plan logement". Malgré les alertes des associations, des bailleurs et notamment du courrier de Stéphane Troussel au Ministre de la cohésion des territoires Jacques Mézard, le Gouvernement s’entête à faire peser sans compensation réelle sur le logement social, 1,5 milliard d’euros de diminution du budget des APL. Le modèle du logement social est sacrifié, plaçant les bailleurs dans une équation financière impossible, les empêchant de rénover et de construire de nouveaux logements, d’entretenir leur parc et de mettre en œuvre les programmes de renouvellement urbain. Ce sont les conditions d’habitation des locataires du logement social qui sont sacrifiés par ce gouvernement.

Le maintien des dispositifs d’exonération fiscale de type « Pinel » ou encore l’arrivée d’une nouvelle exonération sur le foncier démontrent clairement que le Gouvernement entend faire payer au logement social l’attractivité des offres et les bénéfices des promoteurs. Les étudiants et les plus précaires vont être placés dans une situation d’insécurité dans l’accès au logement avec l’arrivée du bail mobilité de 1 à 10 mois, au bénéfice des propriétaires qui pourront louer sur Airbnb l’été leur logement.

Ce qui marque enfin ce Plan logement, c’est l’absence totale de proposition en faveur d’un rééquilibrage entre les territoires dans l’effort de construction. L’égalité et la mixité sociales sont sacrifiées sur l’autel du laisser-faire, les ghettos de riches pourront continuer de prospérer et la Seine-Saint-Denis peut attendre longtemps que les Maires de l’Ouest de la région Ile-de-France respectent la loi SRU.

Ce gouvernement joue aux apprentis sorciers avec un secteur fragile et complexe, essentiel pour l’activité économique notamment des entreprises du bâtiment.

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

60 ans du Planning familial : un bilan et de nouvelles perspectives pour la Seine-Saint-Denis

Le Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, s’est rendu au Centre de planification familiale Berthe-Morisot situé à Montfermeil, à l’occasion des 60 ans du Planning familial.




Suppression des subventions aux PLAI par la Région

Derrière une idéologie, un désengagement du logement social.


Disparition de Jacques Salvator

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Jacques Salvator, fidèle et combatif élu socialiste de Seine-Saint-Denis, engagé dans les combats de la gauche depuis plus de 40 ans.


Égalité Femme Homme, la Seine-Saint-Denis mobilisée

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, la Seine-Saint-Denis revient sur son action pour promouvoir l’égalité, lutter contre le sexisme, et toutes les formes d’inégalités et de violences qui s’exercent à l’encontre des femmes.


RSA : oui à la renationalisation, mais au juste prix !

Les annonces faites par le Premier ministre marquent un certain nombre d’avancées dont je me félicite, notamment la préservation de ressources dynamiques et la volonté réaffirmée de renationaliser le RSA que nous demandons depuis de nombreuses années.


RSA : oui à la renationalisation, mais au juste prix !

Pour Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, les modalités d’application de la renationalisation du RSA ne peuvent pas avoir pour conséquence de figer les inégalités territoriales.


TGI de Bobigny : des annonces encourageantes pour la Justice en Seine-Saint-Denis

Alors que la mobilisation des magistrats, des avocats, des greffiers et des fonctionnaires du Tribunal de Grande Instance de Bobigny a récemment montré que le 2ème Tribunal de France était au bord de la rupture, je me félicite des premières annonces d’urgence de Jean-Jacques Urvoas, Ministre de la Justice.


La Seine-Saint-Denis est au cœur du projet de candidature de Paris pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024

Dans le dossier du comité de candidature qui sera transmis au CIO le 17 février prochain, la Seine-Saint-Denis sera officiellement désignée comme terre d’accueil des principales installations du projet de Paris 2024 avec sur son territoire le Stade de France, la piscine olympique et la piscine du water polo, le village olympique, le centre et le village des médias.

0 | ... | 200 | 210 | 220 | 230 | 240 | 250 | 260 | 270 | 280 | ... | 420