Plan de Rattrapage des Équipements Sportifs

le 18 avril 2013

Une nouvelle ambition pour le sport en Seine-Saint-Denis.

Lors de la séance du 18 avril, les élus de l’Assemblée départementale ont adopté la délibération relative à l’aide à l’investissement du Département dans le cadre du Plan de rattrapage des Équipements Sportifs (P.R.E.S) en Seine-Saint-Denis.

La Seine-Saint-Denis occupe en effet la 3ème place des départements les moins bien dotés en équipements sportifs publics par habitant (16,2 équipements pour 10 000 habitants en Seine-Saint-Denis, 25 en Ile-de-France et 49,6 en France). A cette pénurie, s’ajoutent de fortes inégalités en termes d’accès à la pratique sportive.

Le P.R.E.S, initié par l’État, constitue une formidable opportunité pour remédier au vieillissement du patrimoine sportif existant et rééquilibrer la répartition des équipements sur l’ensemble du territoire. L’objectif est d’améliorer les conditions de pratique pour tous les publics et d’intensifier l’usage de certains espaces sportifs existants.

Élaboré conjointement par les services de l’Etat, le Département et le mouvement sportif séquano-dionysien, le P.R.E.S est constitué de 74 projets, portés par 34 communes.

Concrètement, il prévoit :

  • la couverture de 40 courts de tennis ;
  • la réalisation de 30 terrains en gazon synthétique (dont 3 de rugby et 2 mixtes football-rugby) ;
  • la rénovation de 23 gymnases, notamment dans la partie Est du Département aux fins de rééquilibrage.

Un engagement exceptionnel de 12,5 millions d’euros

Stéphane Troussel, Président du Conseil général, avait obtenu par Valérie Fourneyron, Ministre en charge des Sports, la confirmation que le P.R.E.S, d’un coût total de 72 M€, serait financé par l’État à hauteur de 15 M€.
Malgré un contexte budgétaire difficile, l’engagement exceptionnel du Conseil général s’élèvera à 12.5M€. Le mouvement sportif participera également au financement de ce plan, ainsi que la Région Ile-de-France. Cet effort s’ajoute à la réalisation de 24 équipements sportifs intégrés au Plan Exceptionnel d’Investissement en faveur des collèges.

Un effort ciblé vis à vis des communes les plus en difficulté

Afin d’aider les communes les plus en difficulté à réaliser leurs projets, le Département a fait le choix de majorer son intervention pour 12 communes : Aubervilliers, Bondy, Drancy, Épinay-sur-Seine, Livry-Gargan, Montfermeil, Noisy-le-Sec, Pantin, Pierrefitte-sur-Seine, Sevran et Stains. Les critères retenus pour élaborer la liste des communes concernées par ces mesures dérogatoires prennent en compte le potentiel financier par habitant, le revenu médian des ménages des communes et le ratio d’équipements sportifs pour 10 000 habitants.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse




Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.


Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.


Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis : lancement de l’Atelier des Villes en présence de Stéphane Troussel et de Tony Estanguet

La Fabrique des Jeux a tenu hier son premier Atelier des Villes, réunissant toutes les communes de Seine-Saint-Denis. Ce projet avait été proposé à l’occasion du lancement de la Fabrique, le 13 juin dernier, pour engager l’ensemble des territoires du département dans la dynamique des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.


Débat à l’Assemblée nationale sur le revenu de base : Stéphane Troussel présent pour défendre l’expérimentation

L’Assemblée nationale débattra le 31 janvier prochain d’une proposition de loi d’expérimentation du revenu de base.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410