Plan de Rattrapage des Équipements Sportifs

le 18 avril 2013

Une nouvelle ambition pour le sport en Seine-Saint-Denis.

Lors de la séance du 18 avril, les élus de l’Assemblée départementale ont adopté la délibération relative à l’aide à l’investissement du Département dans le cadre du Plan de rattrapage des Équipements Sportifs (P.R.E.S) en Seine-Saint-Denis.

La Seine-Saint-Denis occupe en effet la 3ème place des départements les moins bien dotés en équipements sportifs publics par habitant (16,2 équipements pour 10 000 habitants en Seine-Saint-Denis, 25 en Ile-de-France et 49,6 en France). A cette pénurie, s’ajoutent de fortes inégalités en termes d’accès à la pratique sportive.

Le P.R.E.S, initié par l’État, constitue une formidable opportunité pour remédier au vieillissement du patrimoine sportif existant et rééquilibrer la répartition des équipements sur l’ensemble du territoire. L’objectif est d’améliorer les conditions de pratique pour tous les publics et d’intensifier l’usage de certains espaces sportifs existants.

Élaboré conjointement par les services de l’Etat, le Département et le mouvement sportif séquano-dionysien, le P.R.E.S est constitué de 74 projets, portés par 34 communes.

Concrètement, il prévoit :

  • la couverture de 40 courts de tennis ;
  • la réalisation de 30 terrains en gazon synthétique (dont 3 de rugby et 2 mixtes football-rugby) ;
  • la rénovation de 23 gymnases, notamment dans la partie Est du Département aux fins de rééquilibrage.

Un engagement exceptionnel de 12,5 millions d’euros

Stéphane Troussel, Président du Conseil général, avait obtenu par Valérie Fourneyron, Ministre en charge des Sports, la confirmation que le P.R.E.S, d’un coût total de 72 M€, serait financé par l’État à hauteur de 15 M€.
Malgré un contexte budgétaire difficile, l’engagement exceptionnel du Conseil général s’élèvera à 12.5M€. Le mouvement sportif participera également au financement de ce plan, ainsi que la Région Ile-de-France. Cet effort s’ajoute à la réalisation de 24 équipements sportifs intégrés au Plan Exceptionnel d’Investissement en faveur des collèges.

Un effort ciblé vis à vis des communes les plus en difficulté

Afin d’aider les communes les plus en difficulté à réaliser leurs projets, le Département a fait le choix de majorer son intervention pour 12 communes : Aubervilliers, Bondy, Drancy, Épinay-sur-Seine, Livry-Gargan, Montfermeil, Noisy-le-Sec, Pantin, Pierrefitte-sur-Seine, Sevran et Stains. Les critères retenus pour élaborer la liste des communes concernées par ces mesures dérogatoires prennent en compte le potentiel financier par habitant, le revenu médian des ménages des communes et le ratio d’équipements sportifs pour 10 000 habitants.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380