Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez les dernières informations à jour en suivant ce lien

Petite enfance : le Département investit pour accueillir plus et mieux

le 20 mai 2016

En Seine-Saint-Denis, département le plus jeune de France, la petite enfance est une priorité bien qu’elle ne fasse pas partie des compétences obligatoires de la collectivité.

Le Département gère 55 crèches départementales, 117 centres de PMI et 121 centres de planification familiale.

Développer et diversifier les modes d’accueil, rénover et améliorer les conditions d’accueil dans nos crèches et PMI, former les assistants maternels : telles sont les ambitions que porte le Département avec son Plan Petite Enfance et Parentalité de 80 millions euros d’investissement.

Ce plan va permettre d’augmenter le nombre de places en développant à la fois des systèmes de garde classiques et des systèmes plus innovants : plus de places en crèches et le développement des Maison d’Assistants Maternels.

Le Département compte près de 6000 assistants maternels, mais certains ne peuvent pas accueillir d’enfant du fait de leur logement inadapté.

Les Maison d’Assistants Maternels (MAM) sont une réponse possible pour les aider à accueillir des enfants en dehors de leur domicile. Cette solution a l’avantage de permettre aux assistants maternels de travailler en équipe et de dynamiser certains pieds d’immeuble, donc la vie de quartier.

Cette solution nécessite des locaux disponibles et adaptés. Dans ce but, le Département et la CAF ont organisé, hier, une réunion réunissant les différents acteurs : villes, bailleurs, CAF et Département. A cette occasion, le Département a présenté son guide des MAM, édité avec la CAF et a mis en relation les bailleurs et les porteurs de projets, pour faciliter la création de nouvelles MAM. Le Département compte actuellement 15 MAM et 40 projets sont en cours.

Ce plan prévoit aussi une série de subvention d’investissement à la création de place en crèche, de rénover et moderniser le patrimoine immobilier du département en matière d’accueil du jeune enfant et des familles.

Vendredi 20 Mai à 17h30, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, Frédéric Molossi, Vice-président du Conseil départemental en charge de l’enfance et de la famille, inaugureront la crèche Léon Blum, 20 Avenue Léon Blum à Bondy.

PDF - 1.7 Mo
Guide complet (.PDF)
À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 460