Paris 2024 et la Seine-Saint-Denis mobilisés pour saisir toutes les opportunités économiques de la candidature

le 13 octobre 2016

Etienne Thobois, Directeur général de Paris 2024, Stéphane Troussel et Patrick Braouezec rencontraient à l’invitation de ce dernier à Plaine Commune hier le Service Brésilien d’Appui aux Micro et Petites Entreprises (SEBRAE) en présence d’une trentaine de tête de réseaux économiques du territoire.

La SEBRAE, représentée par Francisco Marins, a su regrouper, faire monter en compétence et en normes les TPE et PME locales pour qu’elles puissent pleinement bénéficier des Jeux de Rio 2016 avec 2500 fournisseurs concernés, 127 millions d’Euros de chiffre d’affaire soit plus de 10% des marchés.

En France, l’impact économique de Paris 2024 est évalué par une étude du CDES à 10.7 milliards d’euros avec 250 000 emplois principalement dans la construction, le tourisme et l’organisation des Jeux.

Les acteurs économiques qui s’étaient d’ores et déjà fortement mobilisés lors d’un premier atelier de concertation et de mobilisation le 28 juin dernier à Pleyel en présence de Tony Estanguet ont fait part avec les élus de leur vif intérêt pour cette démarche et de leur envie d’avancer en Seine-Saint-Denis dans cette direction :

Patrick Braouezec : « L’expérience brésilienne nous a ouvert des horizons insoupçonnés dont nous devons également nous saisir pour que les jeux profitent aux entreprises et aux actifs du territoire d’accueil »

Stéphane Troussel : "L’expérience de la SEBRAE démontre que nous devons travailler dès maintenant avec les acteurs économiques de la Seine-Saint-Denis et Paris 2024 pour imaginer tous les projets et solutions "In Seine-Saint-Denis" qui permettront à nos entrepreneurs, nos créateurs, nos petites et moyennes entreprises de monter sur le podium et de développer activité et emploi sur le territoire. »

Paris 2024 est un projet qui veut contribuer au développement du territoire. Nous sommes convaincus que les Jeux en France et en particulier en Seine Saint-Denis peuvent contribuer à faire de ce territoire un nouveau poumon économique. Le retour d’expérience de SEBRAE 8 ans avant 2024 est un témoignage riche et plein d’enseignements pour préparer au mieux le tissu économique local » a déclaré Etienne Thobois, Directeur générale de Paris 2024.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410