Parcoursup : le Président de la Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits !

"Face au maintien d’un système que je juge opaque et aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Département, j’ai décidé de saisir le Défenseur des droits." Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, avait demandé le 25 mai dernier à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de rendre publics les systèmes locaux de sélection des étudiant-e-s utilisés par les universités.

Cette demande de transparence visait à s’assurer que le lycée d’origine n’était pas un critère discriminant permettant aux universités de trier leurs étudiant-e-s en fonction.

Pour seule réponse, Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, avait rappelé les vertus du système. Néanmoins, elle n’avait pas répondu à la seule question posée très clairement : « les lycées d’origine des candidat-e-s sont-ils un critère discriminant pour choisir les étudiant-e-s dans telle ou telle filière, dans telle ou telle université ? ».

Pour Stéphane Troussel, "face au maintien d’un système que je juge opaque et aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Département, j’ai décidé de saisir jeudi 19 juillet 2018 le Défenseur des droits sur deux motifs :

- Discrimination à l’accès aux études supérieures en fonction de critères non publics ;
- Rupture d’égalité : impossibilité de contestation d’une orientation imposée aux étudiants. "

La saisine du Défenseur des droits à télécharger (format. PDF)

PDF - 156.7 ko

La saisine du Défenseur des droits à télécharger (format. html)

HTML - 4.7 ko
JPEG - 385.1 ko

Aidez-nous à faire toute la lumière sur ParcourSup

Lancée en plein milieu de l’année scolaire, la plateforme d’inscriptions post-bac Parcoursup avait fait l’objet de vives critiques. Le Département avait lancé fin juin une campagne de recueil de témoignages. Sur cette base, le Président Stéphane Troussel a décidé de saisir le Défenseur des Droits.

Vous aussi, vous souhaitez témoigner ? N’hésitez pas à laisser votre message via ce formulaire :

Témoignez de votre expérience avec ParcourSup. Aidez-nous à faire toute la lumière sur ParcourSup !

Envoyez-nous votre témoignage. Vous pouvez précisez votre lycée d’origine, vos choix, les réponses obtenues, etc.

Les informations collectées ne seront utilisées que dans le cadre de cette campagne, et nous permettrons de vous tenir informé des évolutions de cette action.
Pour toute demande d’acces ou de suppression, veuillez nous contacter

Témoignages

Nicolas, Les Lilas

Je suis en terminale S, spé maths au Lycée Paul Robert des Lilas. Mes choix s’étaient portés sur 5 Classes préparatoires Maths, une classe préparatoire universitaire, 2 licences de physique et une double licence physique chimie sur des universitaires parisiennes. En effet, sur l’Académie de Créteil , il n’y a qu’une seule université qui propose une licence de physique c’est l’université de Créteil (toutes les autres sont des licences de physique-chimie) Les universités sur Paris qui proposent physique uniquement sont Paris Diderot et Jussieu, soit un temps de parcours pour venir des Lilas de moitié par rapport à Créteil. Je n’ai donc pas demandé de licence dans mon académie.
Je suis un bon élèves dans les 5 premiers de ma classe.

Mon choix préféré était la prépa universitaire. J’avais fait les démarches, rencontre au salon Parcoursup, visite aux portes ouvertes, j’avais montré ma motivation pour cette orientation.

A l’ouverture de Parcoursup, 2 choix étaient refusés : une prépa et la double licence physique-chimie, tous les autres choix en attente. Heureusement au vu des classements, j’étais très bien classé sur mon préféré : 39 sur 2200 dans la liste d’attente. Par contre j’ai été très choqué de voir les classements sur certaines prépas et surtout sur les licences : 1000 sur 2000 pour 150 places , et 2500 sur 6000 pour 500 places.

J’ai été accepté dès le jeudi 24 mai sur mon choix préféré, je l’ai immédiatement validé et j’ai renoncé aux autres choix afin de laisser la place aux autres lycéens en attente.

Mais j’ai été profondément choqué par les classements et surtout en discutant avec mes amis au lycée des incohérences de ces classements.
Pour exemple, un copain avec de moins bonnes notes que moi en maths, qui est en spé SVT mieux placé que moi dans la liste d’attente d’une prépa maths ???

Autre exemple, dans ma classe un copain qui a baissé les bras et qui a des notes catastrophiques depuis la fin du 1er trimestre, demande 4 staps et bien il est accepté partout et une copine excellente aussi en sport et excellente élève (plus de 15 de moyenne générale) a tous ses choix de staps en attente ! Elle a été depuis heureusement acceptée.
Des incohérences comme cela il y a en eu des dizaines.

J’ai validé mon choix immédiatement pour me débarrasser de Parcoursup, tellement j’avais été dégouté, ce sentiment de n’être qu’un numéro et qu’un immense tirage au sort avait été organisé.

J’ai eu l’orientation que je voulais mais je pense que ce n’est pas grâce à Parcoursup mais aux démarches que j’avais effectuées en amont.

Délia, Seine-Saint-Denis

Élève de terminale ES tous mes vœux sont en attente.... et il en est de même pour un grand nombre des mes camarades.
Parcoursup nous a promis une place sûre, or, nous ne sommes pas sûrs d’y avoir une place...

Marion, Seine-Saint-Denis

Je trouve que les gens du 93 sont clairement mis en retrait par rapport à la région Île-de-France et que les listes d’attente sont interminables suite à ça et également le classement.

Zoé, Seine-Saint-Denis
L’an dernier ma fille n’a pas décroché de place en ARTS PLASTIQUES à PARIS 8. Elle s’est inscrite sans motivation dans un autre cursus qu’elle a lâché quelques mois après... Cette année, le 22 mai ma fille était 1000e sur 1800 personnes en attente sur la filière Arts Plastiques de Paris 8 qui offre 300 places. C’est VRAIMENT ce qu’elle veut faire depuis toute petite. Aujourd’hui elle est encore 280e sur la liste d’attente... Elle n’a plus d’espoir. Se renferme. Déprime. On est totalement paumés !
Elle voulait passer une licence, voire un master, avant de se présenter sur un cursus beaucoup plus pointu en école d’art que nous ne pouvons payer sur toute la durée (5 ans à 8000€/an).
On va passer l’été à surveiller les places qui se libèrent sans trop d’espoir. Mais après ? SI pas de place ? Elle fait quoi ???

Raouda, Drancy
Je suis étudiante au lycée Eugène Delacroix à Drancy (93). Comme tous les élèves en terminale je me suis inscrite sur parcoursup afin de pouvoir entrer dans l’enseignement supérieur. J’ai ainsi réalisé plusieurs vœux (le premier étant une licence Sanitaire et Social à université Paris XIII et les autres des BTS dans différents lycées). Lors de la publication des résultats, aucun élève de ma classe n’a eu de réponse positive. Tous nos voeux parisien ont tout simplement été refusés, les autres nous ont mis sur liste d’attente. Vous n’imaginez pas notre détresse à quelques mois du bac. Chaque jour nous nous connections sur l’application parcoursup afin de pouvoir évaluer notre progression dans les listes d’attente. L’attente fut longue mais j’ai enfin eu une réponse positive le 26 juin pour la licence Sanitaire et social de l’université Paris XIII, soit après le passage des examens du bac. Nous avons fait part de notre détresse au proviseur qui nous a simplement dit "il ne fallait pas venir du 93". C’est ça la France d’aujourd’hui ? Parce qu’on étudie dans le 93 on n’a pas le droit à des études supérieures ? Nous, comme tout autre élève de France souhaitons nous élever socialement, travailler afin de subvenir à nos besoins mais on nous met des bâtons dans les roues ! Une partie de ma classe a eu des réponses positives, une autre partie n’aura rien en septembre.
Nous souhaitons connaitre l’algorithme de Parcoursup ! Dites nous pourquoi les parisiens sont privilégiés ? Merci !

Yassine, Livry-Gargan
En terminale S au sein du lycée André Boulloche de Livry-Gargan, mes choix étaient clairs dès le début de l’année : je voulais intégrer le portail MIPI à Jussieu. Mon dossier est bon, voire très bon (aucune remarque négative, 15 de moyenne toute l’année, 17 en Maths et en Physique-chimie). Sur parcoursup j’ai donc entré ce voeux, en plus d’autres licences de maths (Diderot, Descartes), aucun établissement de mon secteur. Résultat : première réponse un mois après (PCGI à Jussieu, cursus que je n’apprécie pas mais qui présente un nombre réduit de demande) J’ai aussi postulé pour des prépas (St-Louis, Henri IV, sans vraiment penser être accepté). J’ai été surpris de voir que, bien que je ne sois pas accepté, des élèves ayant le même profil que moi, avec un nom moins exotique ont été accepté.

Didier, Seine-Saint-Denis
Je suis professeur de lycée public en Seine Saint Denis, mes élèves de terminale ont fait leurs vœux sur Parcoursup et, en même temps, ma fille, lycéenne en terminale dans un lycée public parisien a aussi fait ses vœux sur Parcoursup. Elle a demandé plusieurs universités dans Paris et en banlieue ; toutes étaient indiquées comme dans son secteur ("vous êtes dans le secteur") : Paris Descartes ; Paris Nanterre ; Paris 8 Saint Denis ; Paris 13 Villetaneuse ; Sorbonne Université, Paris 3 Sorbonne nouvelle. Elle a obtenu une réponse favorable pour toutes les universités hors Paris et pour plusieurs universités dans Paris intra muros.

Par contre les vœux de mes élèves pour les universités parisiennes étaient tous considérés comme hors-secteur. Du coup une élève brillante (environ 16 de moyenne générale) qui a demandé exclusivement des universités parisiennes pour une licence de droit n’a eu aucune réponse positive par Parcoursup.

À LA UNE
Dans  L’essentiel du Département

Le Président du Conseil départemental

Stéphane Troussel avait été élu Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis le 4 septembre 2012. Il a été réélu le 2 avril 2015, Président du Conseil départemental.


Le Conseil départemental

L’ Assemblée départementale est désormais composée de 42 conseillers départementaux élus au suffrage universel pour six ans lors des élections départementales.


Le magazine départemental

Les nouveaux magazines mensuels du Conseil départemental sont à retrouver sur lemag.seinesaintdenis.fr


Le Département et les associations

Comment le Département apporte un appui aux associations ? Cet appui peut être financier, mais pas seulement.


Le budget du Département

Les élus du Département ont adopté un budget pour continuer à construire l’avenir tout en limitant l’endettement.


Marchés publics

Le Département a recours aux marchés publics dans le respect des principes de liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures.


Le territoire

Le territoire de la Seine-Saint-Denis compte plus d’1,5 M d’habitants sur 236 km2 dans 40 communes.


Actions et grands projets

Le Conseil départemental met en œuvre des politiques innovantes pour tous, afin de répondre aux besoins d’un département en perpétuel mouvement.


Les politiques départementales

Les politiques du Département s’organisent autour de neuf missions, qui sont chacune mise en œuvre par une ou plusieurs directions.