Nouvelle hausse du versement transports pour le 93 et le 94 : un coup bas pour les entreprises et l’emploi !

Communiqué de presse commun du département de la Seine-Saint-Denis et du département du Val de Marne.

Mercredi 15 novembre 2017, en Conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités (ex-STIF), Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île de France et d’IDF Mobilités, présentait le rapport d’orientation budgétaire dans lequel il est proposé d’augmenter à nouveau le taux du versement transports (VT) pour les entreprises de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne.

Après une première hausse de 0.21% en janvier dernier, Madame Pécresse souhaite encore une fois augmenter de 0.21% ce taux de VT uniquement pour ces deux départements.

Au-delà des surcoûts pour les collectivités qui viennent s’ajouter à ceux liés aux augmentations tarifaires et à leur contribution à IDFMobilités, c’est encore une mauvaise nouvelle pour les banlieues populaires et leurs entreprises.

D’autant qu’une députée LREM, Aurelie de Montchalin, ancienne collaboratrice de Madame Pécresse, a déposé un amendement au projet de loi de finances 2018 allant dans ce sens.

Cette mesure contre des départements populaires est inacceptable. Pour rééquilibrer l’emploi en Ile-de-France, il faudrait faire plus contribuer les entreprises de La Défense et des Champs-Elysées.

Pourtant Madame Pécresse, présente lundi à Clichy-sous-Bois lors du déplacement du président de la République, expliquait comment il ne fallait pas oublier les quartiers populaires, comment dans ces quartiers il fallait refuser la ghettoïsation en prônant la mixité.

Oui Madame Pécresse nos territoires ont besoin de mixité et notamment de mixité logements/emplois. Mais cette nouvelle hausse du versement transports pour les entreprises qui font le pari des banlieues populaires, est non seulement un mauvais signal mais surtout injuste et injustifiée. Même si nos territoires sont dynamiques ils n’en restent pas moins très loin derrière Paris et les Hauts de Seine en termes d’installation d’entreprises.

Par ailleurs, si un rattrapage a été engagé en termes de transports sur nos territoires, celui-ci est loin d’être mis en œuvre. Il faudra attendre encore a minima 10 ans avant la mise en service de la totalité du réseau du Grand Paris Express. Il serait injuste de taxer des entreprises pour un service dont elles ne peuvent pas encore bénéficier.

Madame la Présidente, encore une fois vous invoquez l’égalité pour faire passer une mesure parfaitement inégalitaire.

La véritable égalité, c’est, au sein de la Région la plus riche de France mais qui connaît toujours le plus d’inégalités sociales, donner plus à ceux qui en ont le plus besoin. C’est là notre notion de rattrapage.

C’est pourquoi nous vous demandons de revenir sur cette mesure inégalitaire.

Contacts presse :
Cabinet présidence du département de la Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47
Conseil départemental du Val-de-Marne : Patrick Hervy : 01 43 99 70 23
Patrick.hervy@valdemarne.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Parcoursup : le Président de la Seine-Saint-Denis saisit le Défenseur des droits

Face au maintien d’un système jugé opaque, et suite aux retours de témoignages de lycéen-ne-s via la plateforme du Conseil départemental, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, a décidé de saisir ce jour le Défenseur des droits au sujet de la plateforme Parcoursup. Il s’agit de vérifier que le lycée d’origine ne constitue pas un critère discriminant pour les universités dans le choix de leurs étudiant-e-s.


Stratégie pauvreté : le « oui mais... » de la Seine-Saint-Denis

Le Département de la Seine-Saint-Denis a été sollicité pour devenir « territoire démonstrateur » sur la stratégie de lutte contre la pauvreté du gouvernement, malheureusement repoussée à la rentrée. Si les thématiques abordées rejoignent nos engagements en faveur de politiques sociales efficaces et tournées vers l’avenir, nous voulons profiter du passage de la Ministre Agnès Buzyn en Seine-Saint-Denis pour lever certaines de nos inquiétudes concernant les moyens dédiés et les modalités de mise en œuvre de cette stratégie.



Le Département de la Seine-Saint-Denis, la Banque des Territoires et CDC Biodiversité agissent en faveur de la transition écologique, énergétique et de la biodiversité

Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, Marianne Louradour, directrice régionale Ile-de-France de la Banque des Territoires et Jean-Christophe Benoit, directeur du développement et de l’investissement de CDC Biodiversité, ont signé une convention de partenariat en faveur de la performance énergétique du patrimoine public et de la biodiversité en Seine-Saint-Denis.



Lancement d’un espace de témoignages en Seine-Saint-Denis sur Parcoursup

Alors que les examens du baccalauréat se terminent et que la plateforme Parcoursup s’apprête à réouvrir, le Département a décidé de lancer une vaste campagne de témoignages. Sur cette base, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, pourra saisir le Défenseur des Droits pour lui demander de faire toute la lumière sur ce système de sélection aujourd’hui opaque.





La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 330