Nomination d’Adrien Taquet, secrétaire d’état en charge de la protection de l’enfance - « Monsieur le ministre, il n’y a pas de temps à perdre, je vous invite en Seine Saint Denis pour prendre la mesure de votre nouveau job. »

le 25 janvier 2019

Après des mois de tergiversations, des alertes de l’ensemble des acteurs.rices de la protection de l’enfance et de la justice, un reportage TV alarmiste, un secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’enfance a enfin été nommé.

Le Département de la Seine Saint Denis accompagne plus de 8000 jeunes confié.e.s à l’Aide Sociale à l’Enfance. Les professionnel.le.s de la protection de l’enfance accomplissent chaque jour une mission essentielle du service public par un travail de qualité auprès des enfants et de leurs familles, qui sont souvent en situation de grande souffrance. Il s’agit de protéger et d’accompagner ces jeunes dans la durée et avec bienveillance pour leur permettre de se reconstruire et mener leur vie d’adulte en pleine autonomie.

Le budget de l’ASE du Département a augmenté de 20 millions entre 2018 et 2019, alors même qu’avec 195 euros/habitant.e la Seine-Saint-Denis est déjà de loin le Département qui consacre le plus de moyens à la protection de l’enfance. Cette année, nous créons 800 places d’accueil supplémentaires.

Depuis plusieurs années, je n’ai eu de cesse d’interpeller les pouvoirs publics sur les contraintes budgétaires qui sont les nôtres et les incohérences du système qui fait reposer sur la Seine Saint Denis une grande part de la solidarité nationale. Seul 10% des sommes engagées pour accueillir correctement les Mineur.e.s Non Accompagné.e.s (MNA) et les enfants de retour de Syrie sont compensées par l’État. La Seine Saint Denis accueille aujourd’hui 1400 MNA et notre plateforme d’évaluation est complètement saturée.

Pourtant, avec Frédéric Molossi, vice-président en charge de l’enfance et de la famille, nous continuons de faire toujours mieux et plus pour les enfants et leurs familles en développant des mesures innovantes telles que le placement à domicile, les Services d’Accueil de Jour, l’accueil familial, Etap’Ado, les contrats jeunes majeur.e.s….

Il est temps que l’État s’engage et donne les moyens aux collectivités de mettre en œuvre la Loi de 2016 qui instaure le projet de l’enfant. Il est temps aussi qu’il s’appuie sur les acteurs.rices locaux.ales très engagé.e.s, et sorte de l’immobilisme technocratique dans lequel il est plongé.

La protection de l’enfance doit être une grande cause nationale.


Contact presse : Antoine DELANGRE-MARINI , conseiller presse du Président - adelangremarini@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

La Seine-Saint-Denis obtient des garanties et reste mobilisée

A la suite de la publication de rapports des inspections générales qui préconisaient de revenir largement sur les héritages olympiques du dossier de candidature de Paris 2024, j’avais réaffirmé, comme l’ensemble des élus, ma volonté que la Seine-Saint-Denis ne devienne pas la variable d’ajustement et que l’ambition de la candidature que nous avons portée ne soit pas revue au risque de la dénaturer.


Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.


Développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est urgent

Nous sommes plus d’une soixantaine d’élu.e.s de Seine-Saint-Denis, de toutes les couleurs politiques, à signer une lettre destinée au président de la République pour le développement des transports sur notre territoire. Nous ne demandons pas l’aumône ; l’État doit seulement tenir ses engagements. Car développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une triple urgence sociale, économique et environnementale, mais c’est aussi préparer l’avenir et concourir au développement de l’attractivité territoriale.


Semaine du développement durable : la Seine-Saint-Denis engagée

A l’occasion de la semaine du développement durable, avec Belaïde Bedreddine, vice-président en charge de l’Écologie urbaine, nous avons souhaité mettre en exergue plusieurs politiques menées par le Département à destination de ses agent-e-s, mais aussi plus largement à destination de tou-te-s les habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis.





0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 390