Mme la Ministre, les transports du quotidien en Seine-Saint-Denis, c’est maintenant qu’on en a besoin !

Madame la Ministre des Transports, vous réaffirmiez ce matin sur France Inter vouloir d’ici la fin du quinquennat permettre à chaque Français d’avoir une alternative à la voiture particulière, aux transports polluants.

Vous indiquiez également vouloir qu’à la fin du quinquennat, plus aucun Français ne se retrouve en situation de refuser un emploi faute de modes de déplacement adéquats.

Ces situations sont courantes en Seine-Saint-Denis. Des quartiers et des villes entières sont enclavés, vécus comme des culs-de-sac, nécessitant parfois deux heures pour rejoindre Paris en transports quand il ne faut que 30 minutes en voiture.

Pourtant rien ne peut plus justifier l’absence d’infrastructures solides et fiables de transport sur un territoire d’1,6 millions d’habitants, d’une densité comparable à celle de grandes capitales européennes.

C’est pourquoi, ce qui n’est qu’un rattrapage a été engagé ces dernières années avec la création de 2 nouvelles lignes de tramways et du tram-train express T11, celle d’une ligne de bus à haut niveau de service reliant Paris aux Pavillons-sous-Bois puis à la Seine et Marne via l’ex-RN3, le prolongement de 3 lignes de métro et de deux lignes de tramway le T1 à l’Est et le T8 au sud. Par ailleurs, la Seine-Saint-Denis accueillera un tiers des gares du Grand Paris Express grâce à la « double boucle ».

Pourtant de nombreux projets inscrits dans le CPER sont au point mort faute de financement, la Région rejetant la faute sur l’État.

Pourtant nous entendons dire qu’une révision du calendrier du Grand Paris Express pourrait être engagée avec pour conséquences un décalage des mises en service des lignes 16, 17 et 15Est qui desservent l’ensemble de la Seine-Saint-Denis.

Pour les Séquano-Dionysiens, un métro, un tram, un bus à haut niveau de service incarne bien plus qu’un simple mode de transports. C’est aussi un levier pour améliorer concrètement et pour le plus grand nombre la qualité de la vie que l’on mène dans les quartiers populaires.

Madame la Ministre, la question de la mobilité des et dans les quartiers ne doit pas être, une fois de plus, une fois de trop, oubliée. La réorientation des investissements de l’État vers les mobilités du quotidien, celles qui comptent vraiment, est un bon signal. Mais je vous le dis, nos territoires ne peuvent être à nouveau la variable d’ajustement de réorientations budgétaires.

Notre exigence est simple : le respect des calendriers annoncés pour l’ensemble des lignes, qui sont attendues impatiemment, car aucune d’elles n’est superflue.

Les transports du quotidien en Seine-Saint-Denis, terre d’accueil de la COP 21 et des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, c’est maintenant qu’on en a besoin ! Les projets sont prêts, il ne reste qu’à les concrétiser.
Madame la Ministre, la Seine-Saint-Denis et les Séquano-Dionysiens vous ont entendue et attendent désormais que vous passiez aux actes.

Cabinet présidence du département : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Les 13 départements ont précisé leur modèle de revenu de base

Les 13 départements* engagés dans la démarche expérimentale autour du revenu de base, en partenariat avec la Fondation Jean-Jaurès, ont dévoilé mercredi 6 juin 2018, lors d’un colloque public à Bordeaux, les résultats des simulations économiques et du questionnaire citoyen pour leur projet d’expérimentation.


"Contrat" entre la Seine-Saint-Denis et l’État : il est urgent de mettre fin à un jacobinisme aveugle, absurde et ravageur

La dernière loi de finances impose aux collectivités territoriales la signature d’un « contrat » avec l’État avant le 30 juin sous peine d’une réduction de leurs dotations futures.


La BEI soutient le « Plan Ambition Collèges » du Département de la Seine-Saint-Denis

Pour la première fois dans son histoire, la Banque Europe d’Investissement s’engage dans un projet de financement avec le Département de la Seine-Saint-Denis. Ce projet d’envergure - à hauteur de 240 millions d’euros - est axé sur la rénovation et la modernisation de 22 collèges du Département, ainsi que sur la mise en œuvre de 14 opérations de transition énergétique visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Par ce projet, qui montre l’engagement du Département pour la rénovation énergétique et les pratiques écologiques de manière générale, on veut également montrer la capacité de l’Europe à aider des projets concrets, capables d’améliorer le quotidien des citoyens, à commencer par les plus jeunes.


Développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est urgent

Nous sommes plus d’une soixantaine d’élu.e.s de Seine-Saint-Denis, de toutes les couleurs politiques, à signer une lettre destinée au président de la République pour le développement des transports sur notre territoire. Nous ne demandons pas l’aumône ; l’État doit seulement tenir ses engagements. Car développer les transports en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une triple urgence sociale, économique et environnementale, mais c’est aussi préparer l’avenir et concourir au développement de l’attractivité territoriale.


Semaine du développement durable : la Seine-Saint-Denis engagée

A l’occasion de la semaine du développement durable, avec Belaïde Bedreddine, vice-président en charge de l’Écologie urbaine, nous avons souhaité mettre en exergue plusieurs politiques menées par le Département à destination de ses agent-e-s, mais aussi plus largement à destination de tou-te-s les habitant-e-s de la Seine-Saint-Denis.






0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 330