Mme la Ministre, les transports du quotidien en Seine-Saint-Denis, c’est maintenant qu’on en a besoin !

le 25 octobre 2017

Madame la Ministre des Transports, vous réaffirmiez ce matin sur France Inter vouloir d’ici la fin du quinquennat permettre à chaque Français d’avoir une alternative à la voiture particulière, aux transports polluants.

Vous indiquiez également vouloir qu’à la fin du quinquennat, plus aucun Français ne se retrouve en situation de refuser un emploi faute de modes de déplacement adéquats.

Ces situations sont courantes en Seine-Saint-Denis. Des quartiers et des villes entières sont enclavés, vécus comme des culs-de-sac, nécessitant parfois deux heures pour rejoindre Paris en transports quand il ne faut que 30 minutes en voiture.

Pourtant rien ne peut plus justifier l’absence d’infrastructures solides et fiables de transport sur un territoire d’1,6 millions d’habitants, d’une densité comparable à celle de grandes capitales européennes.

C’est pourquoi, ce qui n’est qu’un rattrapage a été engagé ces dernières années avec la création de 2 nouvelles lignes de tramways et du tram-train express T11, celle d’une ligne de bus à haut niveau de service reliant Paris aux Pavillons-sous-Bois puis à la Seine et Marne via l’ex-RN3, le prolongement de 3 lignes de métro et de deux lignes de tramway le T1 à l’Est et le T8 au sud. Par ailleurs, la Seine-Saint-Denis accueillera un tiers des gares du Grand Paris Express grâce à la « double boucle ».

Pourtant de nombreux projets inscrits dans le CPER sont au point mort faute de financement, la Région rejetant la faute sur l’État.

Pourtant nous entendons dire qu’une révision du calendrier du Grand Paris Express pourrait être engagée avec pour conséquences un décalage des mises en service des lignes 16, 17 et 15Est qui desservent l’ensemble de la Seine-Saint-Denis.

Pour les Séquano-Dionysiens, un métro, un tram, un bus à haut niveau de service incarne bien plus qu’un simple mode de transports. C’est aussi un levier pour améliorer concrètement et pour le plus grand nombre la qualité de la vie que l’on mène dans les quartiers populaires.

Madame la Ministre, la question de la mobilité des et dans les quartiers ne doit pas être, une fois de plus, une fois de trop, oubliée. La réorientation des investissements de l’État vers les mobilités du quotidien, celles qui comptent vraiment, est un bon signal. Mais je vous le dis, nos territoires ne peuvent être à nouveau la variable d’ajustement de réorientations budgétaires.

Notre exigence est simple : le respect des calendriers annoncés pour l’ensemble des lignes, qui sont attendues impatiemment, car aucune d’elles n’est superflue.

Les transports du quotidien en Seine-Saint-Denis, terre d’accueil de la COP 21 et des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, c’est maintenant qu’on en a besoin ! Les projets sont prêts, il ne reste qu’à les concrétiser.
Madame la Ministre, la Seine-Saint-Denis et les Séquano-Dionysiens vous ont entendue et attendent désormais que vous passiez aux actes.

Cabinet présidence du département : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

$
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.


Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis : lancement de l’Atelier des Villes en présence de Stéphane Troussel et de Tony Estanguet

La Fabrique des Jeux a tenu hier son premier Atelier des Villes, réunissant toutes les communes de Seine-Saint-Denis. Ce projet avait été proposé à l’occasion du lancement de la Fabrique, le 13 juin dernier, pour engager l’ensemble des territoires du département dans la dynamique des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.


Débat à l’Assemblée nationale sur le revenu de base : Stéphane Troussel présent pour défendre l’expérimentation

L’Assemblée nationale débattra le 31 janvier prochain d’une proposition de loi d’expérimentation du revenu de base.


Les deux grands oubliés de la stratégie de protection de l’enfance du gouvernement : les moyens et les mineurs étrangers non accompagnés

Ce lundi, le gouvernement a annoncé par la voix du secrétaire d’État fraîchement nommé sa stratégie pour la protection de l’enfance, promise de longue date et repoussée régulièrement. Les axes évoqués dans cette stratégie sont certes louables, pleins de bonnes intentions, mais ils occultent largement la question des moyens et oublient les mineur.e.s non-accompagné.e.s. Nous ne pouvons plus nous contenter de bonnes intentions et de belles paroles, pour protéger les enfants, tous les enfants, il faut aussi des moyens.


Nomination d’Adrien Taquet, secrétaire d’état en charge de la protection de l’enfance - « Monsieur le ministre, il n’y a pas de temps à perdre, je vous invite en Seine Saint Denis pour prendre la mesure de votre nouveau job. »

Après des mois de tergiversations, des alertes de l’ensemble des acteurs.rices de la protection de l’enfance et de la justice, un secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance a enfin été nommé. Il est temps que l’État s’engage et donne les moyens aux collectivités de mettre en œuvre la Loi de 2016 qui instaure le projet de l’enfant. Il est temps aussi qu’il s’appuie sur les acteurs.rices locaux.ales très engagé.e.s, et sorte de l’immobilisme technocratique dans lequel il est plongé. La protection de l’enfance doit être une grande cause nationale.



Drame de Saint-Denis : il y a urgence à faire de la lutte contre l’habitat insalubre une grande cause nationale

Le 24 décembre au soir, le mal-logement et l’insalubrité ont a nouveau frappé notre département avec l’incendie d’un appartement d’un immeuble situé au 77 avenue Wilson à Saint-Denis. Mes pensées vont au 13 personnes blessées, aux services de secours qui ont agit avec célérité et efficacité, mais aussi aux élu.e.s et services municipaux qui luttent sans relâche contre ce fléau que constitue le logement insalubre. Pour que cette litanie mortifère s’arrête enfin, la lutte contre l’habitat indigne et l’accès pour toutes et tous à un logement décent doivent être déclarées « grandes causes nationales » par le gouvernement, afin que des objectifs de résorption soient fixés et des moyens d’actions déployés.


La Seine-Saint-Denis et la SNCF partenaires pour l’égalité

Vendredi 21 décembre, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis et Stéphane Volant, Secrétaire Général du Groupe SNCF ont renouvelé leur partenariat par la signature de la charte « Seine-Saint-Denis Égalité ».


Pendant que la Seine-Saint-Denis vote et réclame un « budget de l’égalité », le gouvernement et la majorité En Marche s’opposent à une plus grande solidarité en Ile-de-France.

Après avoir mené hier une action « coup de poing » en déversant devant l’Assemblée nationale les 347 millions d’euros que la Seine-Saint-Denis paie chaque année à la place de l’État, le Département a adopté aujourd’hui en séance son budget pour 2019 ainsi qu’un « budget de l’égalité » symbolique. Si l’État nous payait les 347 millions qu’il nous doit, nous pourrions renforcer les solidarités, mieux répondre à l’urgence écologique, investir davantage pour la jeunesse et nous désendetter plus vite.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370