Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez les dernières informations à jour en suivant ce lien

Message vidéo de Stéphane Troussel, Président de la Seine-Saint-Denis

le 11 mai 2020

Comme vous le savez, ce lundi 11 mai a été choisi par le Président de la République et le gouvernement pour entamer progressivement un déconfinement. Comme il l’a été pendant les 2 mois écoulés, le Département sera aux avant-postes de cette relance solidaire et écologique.

Bonjour à toutes et à tous,

Comme vous le savez, ce lundi 11 mai a été choisi par le Président de la République et le gouvernement pour entamer progressivement un déconfinement.

Depuis 2 mois, ce confinement a été très largement respecté en Seine-Saint-Denis comme ailleurs, malgré des conditions de vie parfois difficiles, et il a permis de freiner l’épidémie. Pour autant, celle-ci n’est pas terminée, loin s’en faut. Vous savez d’ailleurs que le gouvernement a classé en « rouge » l’ensemble de l’Ile-de-France. Il convient donc de continuer à se protéger, par le respect des gestes barrières, par la limitation des déplacements, par le port du masque dans certaines situations. Dans les jours et les semaines qui viennent, les activités vont reprendre de manière très progressive et accompagnées de mesures sanitaires fortes.

Notre Département paie un lourd tribut à cette crise. Un tribut humain et j’ai une pensée pour toutes celles et ceux qui ont été emportés par la maladie, pour leurs proches, et pour celles et ceux qui luttent encore aujourd’hui. Un tribut économique et social ensuite. Le Covid19 a rappelé brutalement que les inégalités territoriales tuent. Elles ont été à la fois mises en lumière et renforcées.

Depuis 2 mois, le Département et les collectivités se sont mobilisés pour en amortir les effets. La solidarité qui est la marque de fabrique de la Seine-Saint-Denis a été au rendez-vous et de nombreuses initiatives ont fleuri, qu’il s’agisse de l’aide alimentaire, de l’éducation, du suivi des personnes fragiles. Sur tous les fronts, les acteurs locaux, en responsabilités, ont souvent pallié les hésitations du gouvernement qui a trop souvent paru désemparé et dans l’improvisation. Les services publics ont été en première ligne, tout comme de nombreux salariés, et il faut les en remercier. La question des masques n’en est qu’un exemple et si les collectivités ont organisé des premières dotations, il est urgent que le gouvernement prenne des mesures fortes d’encadrement des prix.

Notre objectif commun doit rester de sortir le plus rapidement de cette zone « rouge ». Pour cela, il faut que les moyens sanitaires soient suffisants pour testeret isoler, mais aussi pour soigner. J’ai demandé ainsi qu’en Seine-Saint-Denis, on puisse s’appuyer sur tous les professionnels de santé, comme les pharmaciens. Il faudra pour l’avenir un investissement massif dans les hôpitaux et tout le système de santé.

Dans les semaines et les mois qui viennent, il faudra également répondre à la crise économique et sociale, qui va être particulièrement rude. Le gouvernement doit prendre des mesures plus fortes et plus larges que celles qui ont déjà été prises. Je pense en particulier aux bénéficiaires des minimas sociaux ou du chômage, aux locataires en difficulté, aux jeunes de moins de 25 ans en situation précaire. Au-delà de ces mesures d’urgence, il est temps aussi de repenser notre système social et s’emparer par exemple de la proposition d’un « revenu de base » portée depuis des mois par les départements de gauche. Il est temps aussi d’abandonner clairement et sans délai les réformes de l’assurance chômage et des retraites.

Mais la soupe populaire ne saurait être le seul horizon pour les habitantes et les habitants des quartiers populaires. Les dynamiques qui font de la Seine-Saint-Denis un territoire d’avenir du Grand Paris doivent être soutenues et être autant de points d’appui. Les investissements publics doivent être un des leviers majeurs de la reprise et permettre un tournant écologique.

Comme il l’a été pendant les 2 mois écoulés, le Département sera aux avant-postes de cette relance solidaire et écologique.

Il est urgent que l’Etat prenne la mesure de ce que coûtent au pays les inégalités. Avec les élus du Département, nous avons proposé au Président de la République un grand plan pour la Seine-Saint-Denis, qui devra être plus massif et plus prolongé que tous les précédents. Pour l’hôpital, entre autres mais aussi par exemple dès septembre, pour l’Ecole. La rentrée scolaire doit être mise sous le signe d’un accompagnement éducatif renforcé.
J’ai la conviction que c’est l’occasion de tirer quelques leçons positives de cette crise inédite et d’en sortir plus forts et plus solidaires.

Vous pouvez compter sur moi pour y mettre toute mon énergie.

Restons prudents et prenons soin les uns des autres.

Stéphane Troussel, Président de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Le Président du Conseil départemental


Cabinet de la présidence et Direction de la communication

Composition du cabinet de la présidence et de la direction de la communication.


Biographie

L’histoire de Stéphane Troussel, né le 7 avril 1970 à Saint-Denis, est liée à celle de La Courneuve.