Loi d’amnistie des banques sur les emprunts toxiques : c’est toujours non !

Mardi 14 mai, le projet de loi visant à « sécuriser les emprunts toxiques » sera examiné au Sénat après une première invalidation par le Conseil constitutionnel lors de la dernière loi de finances.

« Ce projet de loi continue pourtant d’exonérer les banques de leurs responsabilités et constitue une véritable loi d’amnistie pour les agissements spéculatifs qui se sont avérés désastreux pour les finances de centaines de collectivités locales et d’établissements publics.

Les inquiétudes que j’ai exprimées lors de la première présentation du projet de loi restent donc intactes.

La validation rétroactive prévue dans le texte représenterait rien que pour le Département de la Seine-Saint-Denis une perte de 40 millions d’euros soit l’équivalent de deux collèges. En outre, le projet s’il venait à être adopté en l’état déséquilibrerait gravement les négociations engagées avec les banques à leur profit et en particulier à celui de la SFIL (Société de Financement Local), dont l’État est actionnaire depuis le démembrement de Dexia.

L’argument de la préservation des finances publiques est un peu court, sauf à considérer que ce que paieront les collectivités au final ne constitue pas une dépense publique au même titre que celle de l’État.

Je demande que soit exclus de cette amnistie tous les contrats faisant l’objet d’une procédure judiciaire en cours et particulièrement ceux qui ont fait l’objet d’une décision favorable au Département. (Tribunal de grande instance de Nanterre en février 2013 et Tribunal de grande instance de Paris en mars 2014)

Aussi, j’ai adressé un courrier à Michel Sapin, Ministre de l’économie, pour lui faire part de mes plus vives inquiétudes et de mon souhait de voir le débat parlementaire permettre des améliorations notables du texte. »
Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Courrier au Ministre de l’économie
Monsieur le Ministre,

Le Gouvernement a présenté le 23 avril 2014 un projet de loi visant à « sécuriser » les emprunts structurés, ou toxiques, qui suscite de vives inquiétudes et sur lequel je souhaite appeler votre attention. En effet, ces produits spéculatifs, distribués par les banques dans le cadre d’une politique commerciale particulièrement agressive, mettent aujourd’hui de nombreuses collectivités en danger.

Face à l’inertie de l’État, le Département de la Seine-Saint-Denis s’est engagé depuis 2008 dans des discussions avec les banques, souvent sans résultat, puis dans une phase judiciaire visant à rétablir ses droits les plus élémentaires. Le Département de la Seine-Saint-Denis est ainsi actuellement engagé dans 19 contentieux. Par deux fois déjà, nous avons obtenu en première instance des décisions favorables, devant deux juridictions différentes.

Il est unanimement reconnu que les banques n’ont pas respecté les obligations légales d’information auxquelles elles étaient soumises. Les trois jugements rendus en février 2013 par le Tribunal de Grande Instance de Nanterre sont explicites : « La Banque a donc requis et obtenu l’engagement irrévocable de l’emprunteur sans l’avoir préalablement informé du taux effectif global (TEG) ».

Cette position a été consolidée par un jugement plus récent du TGI de Paris, de mars 2014, concernant cette fois la banque allemande Depfa, dans lequel les juges ont précisé et étendu la jurisprudence sur le TEG aux avenants du contrat-cadre.

Ces jugements s’ajoutent à ceux que d’autres collectivités ont obtenus et reconnaissent notre droit à se défendre face aux comportements bancaires qui les ont placées dans une position budgétaire intenable. Au delà du défaut de conseil, la jurisprudence a désormais établi que les établissements bancaires n’ont pas respecté leurs obligations minimales d’information.

Aussi, je m’inquiète du projet présenté par le Gouvernement, qui propose une nouvelle fois des solutions clairement contraires aux intérêts des collectivités territoriales. Pourtant, pour avoir déjà tenté de valider, de manière rétroactive, ces graves défauts d’information, la loi de finances pour 2014 a subi la censure du Conseil constitutionnel.

Le nouveau projet de loi présenté par le Gouvernement entend tirer les conséquences de cette censure, mais il maintient un dispositif de validation rétroactive des contrats illégaux dont la justification réside de manière assumée dans l’intérêt financier de l’État, actionnaire majoritaire à 75% de la SFIL qui a repris à son compte l’essentiel des emprunts toxiques de Dexia. Cela ne manquera pas de poser la question de la réalité de l’intérêt général qui motive une telle validation législative.

La menace invoquée d’une augmentation du nombre de contentieux est largement infondée : l’absence ou l’erreur de TEG se prescrit sous cinq ans à compter de la signature du contrat d’emprunt ; or, tous les contrats structurés ont été signés avant le déclenchement de la crise financière en 2007-2008 et tombent sous le coup de cette prescription. De manière plus générale, ce texte continue de soulever des questions quant à sa constitutionnalité.

A dessein sans doute, l’étude d’impact de ce projet de loi ne prend pas en compte les conséquences concrètes pour les collectivités territoriales et les hôpitaux, déjà évaluées à 3,4 milliards d’euros mi-2013 pour les seules collectivités et qui ont nécessairement augmenté depuis en raison de la hausse sans limite des taux structurés. Ces sommes restent insupportables malgré l’activation du fonds de soutien. Pour le seul Département que je préside, la validation rétroactive des contrats illégaux coûterait au moins 40 millions d’euros, l’équivalent du coût de deux collèges dont l’utilité sociale est sans commune mesure.

Enfin, la validation rétroactive des contrats illégaux va déséquilibrer de nouveau les négociations que nous menons avec les banques parallèlement aux contentieux, car nous partageons le souhait du gouvernement de sortir de cette situation. Ces discussions ont pourtant permis des avancées importantes, en particulier avec la SFIL. Un protocole pourrait, ou aurait pu, être conclu avec cet établissement dans les mois à venir, portant sur les deux tiers de l’encours toxique de la Seine-Saint-Denis. C’est donc une opération majeure pour le Département comme pour la SFIL, à la fois financièrement et symboliquement, que ce projet de loi met gravement en danger.

Aussi , je vous informe que nous nous mobiliserons pour que la discussion parlementaire qui débute puisse apporter des améliorations qui tiennent mieux compte de l’intérêt des collectivités, notamment sur les affaires déjà jugées en première instance.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Stéphane Troussel
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Drame de Saint-Denis : il y a urgence à faire de la lutte contre l’habitat insalubre une grande cause nationale

Le 24 décembre au soir, le mal-logement et l’insalubrité ont a nouveau frappé notre département avec l’incendie d’un appartement d’un immeuble situé au 77 avenue Wilson à Saint-Denis. Mes pensées vont au 13 personnes blessées, aux services de secours qui ont agit avec célérité et efficacité, mais aussi aux élu.e.s et services municipaux qui luttent sans relâche contre ce fléau que constitue le logement insalubre. Pour que cette litanie mortifère s’arrête enfin, la lutte contre l’habitat indigne et l’accès pour toutes et tous à un logement décent doivent être déclarées « grandes causes nationales » par le gouvernement, afin que des objectifs de résorption soient fixés et des moyens d’actions déployés.


La Seine-Saint-Denis et la SNCF partenaires pour l’égalité

Vendredi 21 décembre, Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis et Stéphane Volant, Secrétaire Général du Groupe SNCF ont renouvelé leur partenariat par la signature de la charte « Seine-Saint-Denis Égalité ».


Pendant que la Seine-Saint-Denis vote et réclame un « budget de l’égalité », le gouvernement et la majorité En Marche s’opposent à une plus grande solidarité en Ile-de-France.

Après avoir mené hier une action « coup de poing » en déversant devant l’Assemblée nationale les 347 millions d’euros que la Seine-Saint-Denis paie chaque année à la place de l’État, le Département a adopté aujourd’hui en séance son budget pour 2019 ainsi qu’un « budget de l’égalité » symbolique. Si l’État nous payait les 347 millions qu’il nous doit, nous pourrions renforcer les solidarités, mieux répondre à l’urgence écologique, investir davantage pour la jeunesse et nous désendetter plus vite.


La Seine Saint-Denis mérite l’égalité

Aujourd’hui, mercredi 19 décembre, des élu.e.s de toute la Seine-Saint-Denis se sont rendu.e.s devant l’Assemblée nationale, pour réclamer une fois encore l’égalité pour leur territoire. Graves, mais déterminé.e.s, nous ne cesserons nos actions que le jour où nous aurons été reçu.e.s à Matignon, et qu’un véritable plan de rattrapage pour la Seine-Saint-Denis nous aura été présenté.


Parc de la Poudrerie : lancement d’un appel à projet pour mettre en valeur son patrimoine et développer de nouvelles activités

Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, en partenariat avec le Ministère des Armées, lance un appel à projet pour le parc de la Poudrerie afin de mettre en valeur son patrimoine naturel et bâti et y développer de nouvelles activités.


La Seine-Saint-Denis mérite l’égalité

A toutes nos interpellations et actions, cris d’alarme du territoire, ni le président de la République ni le Premier ministre n’ont souhaité apporter de réponse à la demande d’égalité pour la Seine-Saint-Denis et ses habitant.e.s. Nous poursuivons donc notre combat, en lançant la campagne "La Seine-Saint-Denis mérite l’égalité". De manière générale, nous multiplierons les actions jusqu’à être entendu.e.s, afin qu’un véritable plan de rattrapage soit engagé pour la Seine-Saint-Denis.


Anne Hidalgo et Stéphane Troussel demandent la suspension des travaux du CDG Express

Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis, demandent la suspension des travaux du CDG Express tant que des garanties n’auront pas été apportées pour améliorer en parallèle la qualité de service des RER et Transilien.


« Nous ne voulons pas supprimer les Départements »

[COMMUNIQUE DE PRESSE ] « Nous ne voulons pas supprimer les Départements ». Avec ces quelques mots, la Ministre chargée de la cohésion des territoires a confirmé l’abandon du projet de suppression des Départements franciliens. Il résulte de la mobilisation des habitant.e.s, maires, agent.e.s départementaux.ales et élu.e.s des sept Départements franciliens. Toutefois, nous restons inquiet.e.s quant aux ressources des collectivités et celles des Départements. Il ne faudrait pas que le poids de ces contraintes vienne compromettre – sous une autre apparence - l’avenir des Départements.


Au nom de l’égalité, la Seine-Saint-Denis présente la facture à l’Etat.

Aujourd’hui, en séance du Conseil départemental, Stéphane Troussel a inscrit en urgence une délibération l’autorisant à émettre des titres de recettes à l’encontre de l’État afin de rétablir la solidarité nationale. Elle a été votée à l’unanimité. Nous enverrons bien une facture à l’État pour réclamer ce qui nous est dû, à savoir près de 347 millions d’euros pour 2018.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 360