Les deux grands oubliés de la stratégie de protection de l’enfance du gouvernement : les moyens et les mineurs étrangers non accompagnés

le 28 janvier 2019

Ce lundi, le gouvernement a annoncé par la voix du secrétaire d’État fraîchement nommé sa stratégie pour la protection de l’enfance, promise de longue date et repoussée régulièrement. Les axes évoqués dans cette stratégie sont certes louables, pleins de bonnes intentions, mais ils occultent largement la question des moyens et oublient les mineur.e.s non-accompagné.e.s.

L’État « oublie » ainsi de mentionner les Départements, dont relève pourtant la compétence de la protection de l’enfance. Il distribue des bons points en mentionnant ce qui se fait déjà, mais ne propose jamais de nouvelles actions. Pire, les moyens alloués ne sont pas évoqués.

En Seine-Saint-Denis, le Département consacre chaque année plus de 270 millions d’euros à la protection de l’enfance et innove pour multiplier et renforcer les solutions de prévention et d’alternative au placement, avec un effort sans précédent qui nous place en tête des dépenses par habitant.e. Notre ASE mène un travail qu’il faut saluer, loin de certaines caricatures sensationnalistes.

Nous accompagnons plus de 8 500 enfants, et nous en accueillons plus de 5 400 en famille d’accueil et en établissements.

Nos services départementaux de protection maternelle et infantile font déjà de la prévention, avec 114 centres de PMI répartis sur l’ensemble de la Seine-Saint-Denis et de bons résultats.

Il ne suffit pas de se payer de mots, il faut que la prise en charge de l’État soit aussi au rendez-vous. Il est donc particulièrement inquiétant de constater l’absence de moyens en miroir des annonces faites sur des responsabilités qui pèseront ensuite sur les finances départementales, et pire, de constater que la pédopsychiatrie, sinistrée en Seine-Saint-Denis, ne fait toujours pas l’objet d’une action de la part de l’État pour créer de nouvelles places d’accueil.

Autres grand.e.s oublié.e.s de cette stratégie, les mineur.e.s non-accompagné.e.s (MNA) dont les Départements assurent aussi l’accueil, sans réel soutien de l’État.

En Seine-Saint-Denis, la prise en charge des MNA dont le nombre a triplé depuis 2015 (1200 jeunes accueilli.e.s, plus de 20% du public ASE), c’est 40 millions d’euros en 2018, et seules 10% de nos dépenses pour les accueillir sont compensées par l’État  !

Les Départements sont chefs de file de la protection de l’enfance. C’est un enjeu majeur pour toute la société de leur permettre de mettre à l’abri, d’accompagner vers l’autonomie les jeunes mineur.e.s isolé.e.s.

Nous ne pouvons plus nous contenter de bonnes intentions et de belles paroles, pour protéger les enfants, tous les enfants, il faut aussi des moyens.


Contact presse : Antoine DELANGRE-MARINI , conseiller presse du Président – adelangremarini@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Loi Bourguignon le 6 mai à l’Assemblée nationale : contre les « sorties sèches » de l’aide sociale à l’enfance, les député.es auront-ils le courage d’agir ?

Aujourd’hui, les enfants et les jeunes de l’aide sociale à l’enfance comme leurs familles, au-delà de l’action volontariste de certains Départements comme celui de la Seine-Saint-Denis - qui accompagne déjà près de 1000 jeunes en contrat « Jeunes majeurs » en y consacrant 20 millions d’euros chaque année -, demandent que la République tienne concrètement et partout en France sa promesse d’égalité. Cela passe par un engagement fort de l’État aux côtés des Départements qui ne peuvent assumer seuls les dépenses de solidarité nationale.



Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380