Les Président.e.s de groupe du département de différentes sensibilités politiques

Monsieur le président de la République, la Seine-Saint-Denis a besoin du Plan Borloo

Jean-Louis Borloo a remis, au Premier Ministre, le 26 avril dernier un plan d’action de 19 mesures pour les quartiers politique de la ville.

Le plan proposé par Jean-Louis Borloo et construit en concertation avec tous les partenaires de la Politique de la Ville, prend la mesure de la situation dans les quartiers populaires, en proposant un plan d’investissement massif et un vrai coup d’accélérateur tant sur la rénovation urbaine que sur les politiques publiques de droit commun et les transports.

Ce plan d’investissement est un plan réaliste et réalisable, il répond à la fois aux impératifs de rénovation urbaine (bâti, cadre de vie) et l’humain (renforcement des politiques publiques, dotations exceptionnelles).

Nous, élu-e-s de Seine-Saint-Denis, saluons le prisme qui a été pris dans ce rapport et dénonçons le mensonge d’état selon lequel il y aurait trop d’argent déversés dans les quartiers populaires. Les villes ont 30% de moyens en moins quand les besoins sont de 30% supplémentaires.
C’est pour la Seine-Saint-Denis un enjeu déterminant : 600 000 personnes vivent en Quartier Politique de la Ville, soit 40 % de la population du département.

Les habitantes et habitants des quartiers populaires ont le sentiment d’être les grands oubliés de la politique gouvernementale, il est temps d’envoyer un signal fort à destination de celles et ceux qui subissent le plus les inégalités économiques et sociales.
Au-delà de la Seine –Saint-Denis, c’est un enjeu d’avenir pour la France toute entière : 6 Millions d’habitants concernés, 1500 quartiers politique de la ville, 1/3 d’enfants en plus !

Nous, élu-e-s de Seine-Saint-Denis demandons au président de la République une mobilisation nationale à destination des quartiers politiques de la Ville. Le gouvernement a un rapport clé en main, chiffré et élaboré avec les partenaires locaux, nous attendons donc des annonces à la hauteur des enjeux de la part du président de la République.

Les signataires :


Stéphane Troussel
, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Frédérique Denis
, présidente du groupe « Europe écologie Les Verts »
Belaide Bedreddine, co-président du groupe « communiste, citoyen, Front de gauche, pour une transformation sociale et écologique »

Aude Lagarde, présidente du groupe « Udi-Modem » et maire de Drancy
Pascale Labbé, co-présidente du groupe « communiste, citoyen, Front de gauche, pour une transformation sociale et écologique »

Hervé Chevreau, président du groupe « centriste » et maire d’Epinay-sur-Seine
Zainaba Said-Anzum, présidente du groupe « Socialistes, Radicaux et gauche citoyenne »


Contact presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370