Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne siègeront plus à la Société du Grand Paris jusqu’à nouvel ordre

le 15 novembre 2019

Les 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat et annoncent qu’ils ne siègeront plus au conseil de surveillance de la SGP jusqu’à nouvel ordre !

Hier, le Gouvernement a déposé un amendement de dernière minute dans le cadre du PLF 2020, adopté dans la précipitation par 37 voix contre 22. Il vise à ponctionner une partie des DMTO des Départements franciliens pour un montant de 75M€, pour « financer la Société du Grand Paris ».

Cet acte de racket organisé par l’Etat s’appuie sur un triple mensonge

Pour convaincre les parlementaires, le gouvernement a menti. Il a menti car ce prélèvement a été décidé unilatéralement sans aucune concertation des Départements concernés contrairement aux propos du Ministre devant les députés. Il a menti, pour tenter d’opposer artificiellement l’Ile-de-France et la province, en affirmant que les DMTO avaient augmenté d’un milliard d’euros en 2018, alors que la hausse est de 75 millions d’euros et qu’elle a déjà été entièrement retournée aux départements de province dans le cadre de la solidarité. Il a menti car cela ne servira pas à financer la SGP mais la part Etat du Contrat de plan Etat-Région prorogé jusqu’en 2022 !

Outre la méthode indigne et insupportable, qui s’apparente à du vol, cette ponction interroge sur la capacité de l’Etat à tenir ses engagements sur les projets de transports pourtant indispensables pour l’ensemble des Franciliennes et Franciliens.

Une triple peine pour les Départements qui n’ont pas la compétence des transports !

Il faut rappeler que le CPER est un contrat entre l’État et la Région, pour lequel les Départements n’ont pas leur mot à dire et pour lequel ils participent pourtant déjà au financement via le bloc local. Par ailleurs, les Départements ont été ponctionnés de la dynamique de la CVAE en 2015 au bénéfice de la Région dont c’est la compétence pour contribuer davantage au financement des transports.

Les Départements franciliens et la Ville de Paris ne peuvent plus compenser un énième désengagement de l’État de ses prérogatives, alors que les transports en commun sont une des priorités majeures des Franciliennes et Franciliens.

Ils demandent l’abandon exprès de cette mesure. En l’absence de ce dernier, ils ont décidé d’un commun accord de ne plus siéger au conseil de surveillance de la SGP.

Par ailleurs, les 7 Départements d’Île-de-France détermineront aussi les modalités de leur retrait financier, dans les mêmes proportions que les ponctions réalisées, sur les actions et projets qu’ils cofinancent avec l’Etat ou financent déjà à sa place.

Les Départements franciliens et la Ville de Paris invitent enfin le gouvernement à se ressaisir et à engager une véritable concertation permettant d’aboutir à des solutions au bénéfice de la mobilité des Franciliennes et Franciliens.


Contact presse
Grégoire LARRIEU
06 35 84 13 82 / glarrieu@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Pour la reprise du dialogue social, PSA doit donner aux salariés des garanties solides sur leur avenir

« Alors qu’un mouvement social dure depuis plus de dix jours à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, je mesure l’inquiétude qui peut être celle des salariés du site quant à leur avenir, qu’ils participent ou non à la grève. »


Le Département aux côtés des maliens de Seine-Saint-Denis

Le 18 janvier, Stéphane Troussel a reçu des représentants de la communauté malienne de Seine-Saint-Denis pour leur réaffirmer le soutien du Département


Création du Pôle Sup 93

« Les arts et la culture sont un puissant moteur de développement économique et urbain de la Seine-Saint-Denis »


« La Seine-Saint-Denis utile au pays »

À l’occasion des Rencontres Femmes du Monde en Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel s’est félicité que l’action menée par l’Observatoire des violences envers les femmes ait inspiré les projets du gouvernement


Stéphane Troussel place l’État face à ses responsabilités

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre, Stéphane Troussel déplore que le gouvernement ait choisi de repousser l’adoption de mesures d’égalité et de justice territoriale


Discours d’investiture de Stéphane Troussel

Faire de la politique, c’est d’abord choisir de s’engager. Les convictions et l’engagement politique ne sont jamais le fruit du hasard, ils se forgent au contact des lieux que l’on fréquente, des gens que l’on rencontre.

0 | ... | 330 | 340 | 350 | 360 | 370 | 380 | 390 | 400 | 410 | 420