Le tourisme ministériel continue en Seine-Saint Denis : et si on arrêtait la com’ ?

le 18 octobre 2018

Après Christophe Castaner avant-hier et avant Jean-Michel Blanquer demain, je viens d’apprendre que Julien Denormandie sera présent cet après-midi dans un collège de Seine-Saint-Denis. Il y là un mépris total du travail engagé avec ce déplacement impréparé, de dernière minute, sans invitation, et sans aucun contact préalable avec le Département ! Le sujet est pourtant extrêmement important : les stages de troisième, une question essentielle dans nos quartiers où la discrimination à l’embauche commence très tôt.

Le Département de Seine-Saint-Denis est très engagé sur le sujet, comme le reconnaissait d’ailleurs le précédent ministre Jacques Mézard : nous avons mis en place une plate-forme de stages de troisième dès 2013 ! L’annonce d’une plateforme de stages nationale m’avait conduit à demander une collaboration pour éviter un doublonnement des dispositifs. Ce travail est d’ailleurs en cours avec les services de l’État.

Ce mépris du travail engagé par les collectivités est insupportable, particulièrement quand il s’agit d’un ministre qui exerce auprès de la ministre en charge des territoires. La "com" ne justifie pas de s’assoir sur les élu-e-s locaux-ales qui n’ont pas attendu les mesurettes du plan Banlieue pour agir. Il y a pourtant de quoi faire après la lecture du rapport parlementaire Cornut-Gentille/Kokouendo sur les manquements de l’État en Seine-Saint-Denis !

Ce défilé de ministres à la recherche d’un peu de lumière, à quinze minutes des ministères mais qui n’annoncent rien de concret, doit cesser.


Contact presse :
Antoine Delangre-Marini
Cabinet de la présidence du Département de Seine-Saint-Denis (01 43 93 93 47)

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380