Le gouvernement répond à notre mobilisation par un plan exceptionnel pour l’Ecole

le 19 novembre 2014

Pour Stéphane Troussel, il s’agit d’une une vraie bonne nouvelle pour la Seine-Saint Denis.

Depuis maintenant plusieurs mois, je n’ai cessé d’alerter le gouvernement sur la nécessité de mettre en place des dispositifs exceptionnels et dérogatoires en faveur de l’éducation dans le département le plus jeune et le plus pauvre de France métropolitaine. Car j’ai la conviction que c’est bien par l’éducation que doit commencer la reconquête de l’égalité territoriale que je ne cesse d’exiger pour la Seine-Saint-Denis.

Si les créations de poste depuis 2012 ont marqué une vraie rupture avec la politique de casse de l’école publique menée par la droite pendant 10 ans, l’immensité des besoins et certaines difficultés propres au département rendent les progrès encore trop peu perceptibles sur le terrain : trop d’absences non remplacées, des difficultés de recrutement de nouveaux enseignants, des problèmes de formation, qui amoindrissent les chances des élèves.

Avec les élus, les parents, les acteurs de l’éducation, je plaide depuis plusieurs mois pour un véritable choc éducatif pour la Seine-Saint-Denis, qui passe bien sûr par plus de moyens mais aussi par de nouvelles méthodes. L’égalité que doit offrir à chaque enfant l’école de la République est à ce prix.

Aussi, je me réjouis de l’annonce faite ce matin par la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem d’un plan triennal pour la Seine-Saint-Denis, qui prouve que le gouvernement nous a entendus et met enfin en place des mesures fortes et spécifiques pour prendre les difficultés à bras-le-corps.

Que ce soit sur la création de 500 nouveaux postes d’ici 2017, sur la formation renforcée des enseignants, sur l’organisation d’un deuxième concours pour que les postes soient réellement tous pourvus, toutes ces mesures ont dans le bon sens. Je souhaite que l’éducation prioritaire soit également un levier important de ce plan.

Le Conseil général accompagnera évidemment ce plan pour l’école en Seine-Saint-Denis, comme nous l’avons déjà fait en inaugurant 12 collèges neufs à cette seule rentrée grâce à un plan exceptionnel de 700 millions d’euros. Je proposerai ainsi le 27 novembre prochain à l’assemblée départementale de poursuivre notre effort prioritaire pour l’éducation en adoptant un nouveau plan Ambition Collèges 2020 qui représentera 600 millions d’investissement pour 90 collèges.

Désormais, je souhaite que tous ceux, parents, membres de la communauté éducative, collectivités, qui comme moi sont attachés aux valeurs essentielles de progrès et d’égalité, fassent en sorte que l’école, en Seine-Saint-Denis plus que partout ailleurs, redevienne pour tous les enfants un lieu d’avenir et de promotion sociale.

Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380