Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez les dernières informations à jour en suivant ce lien

Le collège Travail-Langevin de Bagnolet récompensé par la Fondation Seligmann

le 13 janvier 2016

Suite aux attentats de Charlie Hebdo, la Seine-Saint-Denis a lancé, en janvier dernier, dans ses collèges un appel à projet intitulé : « Nous sommes la République ».

La réflexion des collégiens s’est organisée autour de valeurs que le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis souhaite promouvoir autour de la question de la citoyenneté au sein de l’école de la République : la liberté d’expression, la connaissance, le respect de différentes croyances ou cultures, la laïcité.

À l’occasion de la séance plénière du Conseil général des collégiens, ouverte à l’ensemble des collèges, réunie le 11 février 2015, M. Pierre Joxe, parrain, a annoncé le soutien en 2015, à hauteur de 1 000 euros, de la Fondation Seligmann, qu’il préside, à des projets de journaux collégiens qui font vivre, au sein d’un établissement, des débats citoyens au service du « Vivre-ensemble ».

La Fondation Seligmann a pour but de combattre les sources du racisme et du communautarisme : fondamentalismes religieux, relents du colonialisme, peur irrationnelle de l’inconnu, ségrégations fondées sur la condition sociale, le niveau d’instruction, les traditions héritées du passé.

Le collège Travail-Langevin de Bagnolet va recevoir un prix de 1000 euros pour son journal « Parole de … » qui met l’accent sur la vie du collège et traite des sujets de société. Diffusé auprès de l’ensemble des élèves et personnels, le journal participe à créer du lien au sein de la communauté scolaire et améliore le Vivre ensemble.

Cette remise de prix sera l’occasion de rappeler les fondements de notre République. Ces valeurs que nous devons défendre face à des terroristes qui ont remis en cause la liberté d’expression, et qui se sont attaqués à la France libre, jeune, cosmopolite et métissée.

Stéphane Troussel, Président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et Pierre Joxe seront présents
- Quand  : Jeudi 14 janvier à 18h,
-  : Collège Travail-Langevin - Bagnolet

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 460