COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public. Cliquez ici pour accéder aux informations disponibles

Le Président a laissé les quartiers en « plan »

le 22 mai 2018

Après "les beaux discours" de Clichy et de Tourcoing de novembre 2017 du Président, après le rapport Borloo, après le rapport parlementaire dévoilé il y quelques jours, les attentes étaient fortes sur l’urbain comme sur l’humain pour les quartiers populaires. Mais sous couvert de changer de méthode, le président de la République a posé un lapin aux banlieues.

Le rapport parlementaire sur l’action de l’État en Seine Saint Denis a confirmé ce que nous disons depuis des années : il y a un mensonge d’État qui consiste à dire que l’on déverse des millions dans les quartiers populaires. Il venait confirmer le rapport Borloo sur le diagnostic. Les quartiers ont besoin d’un rattrapage sans précédent pour simplement bénéficier du droit commun.

Du financement des projets ANRU aujourd’hui en attente à la priorité donnée à l’éducation et à la petite enfance, le rapport Borloo prenait la mesure de la situation, au-delà des mesures que nous pouvions discuter ici ou là.

Mais les annonces d’Emmanuel Macron sont très décevantes car « la mobilisation » annoncée sur tous les thèmes, les annonces reportées à l’été ou à l’automne cachent l’absence d’engagements concrets et massifs de l’État. Pour les acteurs de terrain, la mobilisation c’est 365 jours sur 365 et pas seulement pour les « premiers de cordées ». Glorifier lors d’une journée la banlieue ne suffit plus, il faut des actes.

Ce que nous attendons, c’est une mise à niveau sur l’humain et sur l’urbain.

- Les droits réels, oui par un rattrapage des moyens pour l’école, la police et la justice. Le rapport parlementaire des députés François Cornut-Gentille et Rodrigue Kokouendo décrit les inégalités, nul besoin d’une cour de l’équité territoriale pour le savoir. Ce n’est pas les moyens de la police municipale qui sont décriés mais ceux de la police nationale. Les acteurs locaux et les collectivités locales font déjà beaucoup, l’État ne peut encore se défausser sur eux.

- L’exemple de la petite enfance est révélateur : une place en crèche, c’est entre 11 000 et 15 000 euros par an, les 1000 euros proposées sont dérisoires.

- Remettre de la République dans les quartiers, cela ne peut pas être un slogan, c’est remettre du service public de qualité qui fonctionne et qui recrée de la confiance. Nous n’avons pas besoin d’une société de la vigilance mais de la confiance !

- L’ANRU a dans ses tiroirs tous les projets locaux de rénovation déjà travaillés, ils sont déjà jugées prioritaires et ont fait l’objet d’une sélection parmi d’autres. Faudra-t-il encore choisir les plus prioritaires parmi les prioritaires pour voir les financements assurés ?

- Le développement des transports est le grand oublié du discours alors qu’on sait qu’ils sont un moteur de développement économique, d’accès aux loisirs et à l’emploi. On nous parle de financer des permis de conduire quand les métros et les tramways sont reportés !

Le discours du 22 mai du président de la République sur la politique de la ville est un formidable hors sujet avec son lot de déceptions et de caricatures, mais sans aucun acte fort.


Contacts presse :
Cabinet présidence du département de Seine-Saint-Denis : Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Le Département de la Seine-Saint-Denis, se mobilise pour la protection des professionnel.le.s effectuant des missions de solidarité relevant de sa compétence

Dans un contexte de pénurie nationale et de priorité donnée aux personnels soignants, ces équipements, qui pourront être utilisés en cas de suspicion de risque, ont pu être mobilisés grâce au soutien de la Ville de Paris.


Confiné.e.s mais pas isolé.e.s : le Département de la Seine-Saint-Denis maintient le lien avec ses habitant.e.s

Le Département développe une série d’initiatives pour aider ses habitant.e.s à mieux vivre le confinement. Au programme : appel à films pour raconter et partager son quotidien et relai d’actions solidaires à destination des publics les plus fragiles.


COVID 19 : Le Département de la Seine-Saint-Denis fait un don massif aux associations suite à la fermeture des cantines scolaires

Depuis l’annonce de la fermeture de tous les collèges (hormis huit collèges qui assurent l’accueil des enfants du personnel soignant), le Département s’est organisé pour que les denrées alimentaires, contenues dans les cantines et initialement prévues pour les élèves demi-pensionnaires, soient offertes à des associations.


COVID 19 - le Département de la Seine-Saint-Denis active son plan de continuité de l’activité (PCA) des services départementaux

Suite aux annonces de renforcement des mesures nationales pour faire face la crise sanitaire actuelle, le Président du Département, Stéphane Troussel, a décidé de mettre en œuvre le plan de continuité de l’activité (PCA) des services départementaux à partir du mardi 17 mars 2020.


COVID 19 : le Département de la Seine-Saint-Denis mobilise ses crèches pour les personnels soignants

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie mondiale de Coronavirus – Covid 19, et suite à la parution d’une circulaire gouvernementale, le Département de la Seine-Saint-Denis prend des dispositions pour accueillir les enfants des personnels soignants afin de permettre à ces derniers d’assurer leurs missions en temps de crise. Le Département de la Seine-Saint-Denis, fort de son réseau de crèches, dont il assure directement la gestion, concourt ainsi à l’effort national contre le Covid 19.


CP - COVID-19 : La Seine-Saint-Denis prend des dispositions suite à la déclaration du Président de la République

Le président de la République Emmanuel Macron, est intervenu hier soir pour prendre des décisions importantes suite à l’épidémie mondiale de Coronavirus. Le Département de la Seine-Saint-Denis met en place des mesures sur son territoire afin de maintenir une continuité du service public pour les habitant·e·s tout en protégeant les populations les plus fragiles.


Santé bucco-dentaire : le Département de la Seine-Saint-Denis lance un bus itinérant pour des soins gratuits

Stéphane Troussel et Pierre Laporte ont lancé lundi 9 mars un bus bucco-dentaire, en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France, l’Education nationale, la CPAM et l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Itinérant, ce bus sillonnera le territoire pour réaliser des dépistages et effectuer des soins dentaires principalement auprès des écoliers mais aussi des populations les plus fragiles.


Précarité menstruelle : le Département de la Seine-Saint-Denis et des entreprises du territoire réalisent une collecte inédite

Alors que le sujet de la précarité menstruelle commence à poindre dans le débat public, le Département de la Seine-Saint-Denis, soutenu par des partenaires privés Showroomprivé, BETC/Magasins Généraux, la Réserve des Arts et Le 6b, a organisé une collecte d’ampleur de produits hygiéniques pour femmes. Les dons bénéficieront à plusieurs structures, dont le Lieu d’accueil ouvert (LAO) à Bagnolet accueillant depuis septembre dernier des jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de violences.


Jeux de Paris 2024 : le Département de Seine-Saint-Denis soutient ses champion.ne.s

Le Département de Seine-Saint-Denis a dévoilé vendredi 28 février à Noisy-le-Grand les noms des 30 jeunes athlètes qu’il soutient cette année dans le cadre de son dispositif « Génération Jeux ». A cette occasion a également été annoncée la signature à venir de 4 athlètes de haut-niveau en contrat d’insertion au sein du Conseil Départemental.


Le Département de Seine-Saint-Denis lance la carte de transport « Améthyste + »

Le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a voté jeudi 27 février la création de la carte « Améthyste + ». Cette carte permettra aux personnes âgées ou handicapées de plus de 60 ans bénéficiaires de la carte Améthyste de voyager gratuitement sur le réseau francilien de transports en commun, à raison de 120 déplacements par an.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 440