Le Plan Borloo : de grandes ambitions qui attendent d’urgence des engagements forts du président de la République

le 26 avril 2018

Jean-Louis Borloo a remis ce matin son rapport au Premier ministre sur la politique de la ville. C’est pour la Seine-Saint-Denis un enjeu déterminant : 600 000 personnes vivent en Quartier Politique de la Ville, soit 40 % de la population du département.

Depuis un an, les habitants des quartiers populaires ont le sentiment d’être les grands oubliés de la politique gouvernementale.

Ce rapport confirme le « mensonge d’état » que j’ai dénoncé il y a quelques semaines. Non, il n’y a pas trop d’argent donné aux quartiers populaires ; les villes ont 30% de moyens en moins quand les besoins sont de 30% supplémentaires. Nous ne pouvons plus continuer à regarder la politique de la ville agoniser sous nos yeux.

Il faut une mobilisation nationale à destination des quartiers politiques de la ville, et ce rapport en prend la mesure, en proposant un vrai coup d’accélérateur tant sur la rénovation urbaine que sur les politiques publiques de droit commun et les transports.

Je salue le travail réalisé par Jean-Louis Borloo, d’avoir recensé les bonnes idées et les bonnes pratiques, et d’avoir écouté et associé les élus locaux que nous sommes.

Dans ce rapport, le choix de programmes par actions permet d’aborder tous les champs des politiques publiques. Les propositions qui sont faites sur la petite enfance, sur la scolarisation des moins de 3 ans, sur les collèges, sur la reconnaissance des travailleurs sociaux, sont autant de sujets que je porte au quotidien en Seine-Saint-Denis et qui n’attendent que des engagements de l’exécutif.

Le contenu de ce rapport est donc positif bien sûr, mais il est aussi malheureusement en totale contradiction avec toutes les décisions prises depuis un an par le président de la République et son gouvernement : baisse du nombre d’emplois aidés, baisse des subventions politiques de la ville, suppression des APL, affaiblissement des offices HLM, reports des calendriers. Le rapport pointe ainsi à raison l’indispensable développement des transports franciliens au moment où le gouvernement ne cesse de reporter les grands projets pourtant prévus et attendus.

Aujourd’hui, le gouvernement a un rapport clé en main, chiffré et élaboré avec les élus locaux et des associations, nous attendons donc des annonces à la hauteur des enjeux de la part du président de la République.

S’il n’est pas suivi de décisions fortes du président de la République, il ne s’agirait alors que d’un énième rapport qui finira dans les tiroirs de la République.


Contact presse :
Antoine Delangre-Marini – adelangremarini@seinesaintdenis.fr

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380