Le Département se réjouit de la réouverture de la MC93, acteur culturel incontournable du territoire

le 22 mai 2017

La MC93 rouvre ses portes mardi 23 mai à 20h après trois ans de fermeture avec le spectacle Nicht Schalfen ( pas dormir) dernière création d’Alain Platel.

Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et Meriem Derkaoui, vice-présidente chargée de la Culture participeront ce jour à 18h à la pré inauguration de la MC93.

La MC93 rouvre ses portes mardi 23 mai à 20h après trois ans de fermeture avec le spectacle Nicht Schalfen ( pas dormir) dernière création d’Alain Platel.

Le Département soutient activement la MC93, un haut lieu de la création contemporaine et un partenaire culturel qui participe au rayonnement de la Seine-Saint-Denis et de ses habitants avec pour objectifs la diversification et l’élargissement des publics. Le Département a ainsi contribué à hauteur plus de 3 millions d’euros à ce chantier.
Par ailleurs, le Conseil départemental est le 1er partenaire financier de la MC93 avec une subvention de fonctionnement annuelle de près de 3 millions d’euros (53% des financements publics).

Dès 2009, à l’initiative du Département de la Seine-Saint-Denis a été actée la nécessité de rénover ce lieu de culture. Les travaux ont été supervisés par l’agence d’architecture de Brossy et associés et le scénographe Michel Fayet. Ils ont permis de réaliser le réaménagement de la salle Efremov (800 places) et la création d’une deuxième salle modulable de 200 places, d’un studio, d’une salle de lecture et d’une grande salle de répétitions.

Ce projet fortement soutenu par le Département a été mené par la directrice de la MC93 Hortense Archambault de façon très collaborative, en lien permanent avec les habitants de Bobigny, les spectateurs et les acteurs du territoire. Cette démarche a permis notamment de repenser le nouveau hall pour lequel un mobilier original a été crée par le designer Johan Brunel.

Stéphane Troussel : "Formidable levier de lutte contre les inégalités, la culture nous pousse à agir, à créer, à inventer dès lors qu’on porte cet idéal : celui d’une société plus juste mais aussi plus belle, notamment pour sa jeunesse. Certains, à droite, pensent que la culture est un supplément d’âme, une cerise sur le gâteau. La culture, comme l’éducation, doivent être au cœur de notre action publique, pour permettre de penser et faire le monde dans lequel nous voulons vivre"

Contact presse :
Antoine Delangre-Marini : 01 43 93 93 47

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380