Le Département engagé et mobilisé contre les discriminations au travail

le 4 juillet 2016

La Seine-Saint-Denis est un territoire riche de la diversité de ses habitants, cette diversité le Département veut la promouvoir. C’est une force pour la collectivité, il ne serait pas tolérable que cela soit un handicap pour les individus.

Face aux discriminations, le Département de la Seine-Saint-Denis a une volonté sans faille et souhaite être fidèle aux valeurs du service public et à tous les habitants de Seine-Saint-Denis.

Notre engagement sur les questions de discrimination à l’embauche notamment et sur l’égalité au travail en général est ambitieux. Le travail déjà effectué a été reconnu, puisque nous sommes le 1er département à avoir obtenu le Label Diversité de l’AFNOR Certification. Ce label d’Etat est un encouragement pour nous améliorer.

Afin de renforcer et de développer les actions de lutte contre les discriminations qui ont fait leur preuve, nous organisons le mercredi 6 juillet à la préfecture de Bobigny, une table ronde consacrée à « Comment peut-on agir en tant qu’employeur contre les discriminations ? ». Cette rencontre est ouverte aux partenaires politiques et économiques du territoire, afin d’engager une dynamique dans notre Département.

Ce débat sera suivi de la remise du Label Diversité par la Ministre de la Fonction publique Annick Girardin, en présence des agents de la collectivité pleinement engagés dans cette démarche.

Programme :

15h30 : Table ronde « Comment peut-on agir en tant qu’employeur contre les discriminations ? »

Mme Silvia Capanema, vice-présidente du Conseil départemental
M. Franck Lebeugle, directeur général d’AFNOR Certification
Mme Hélène Bouvet Dierzwa, Cheffe de projet développement RH au sein d’ADP
M. Franck Seurin, directeur Cap emploi 93

17h00 : Conclusion de la table ronde par Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental et Annick Girardin, ministre de la Fonction publique- Introduction de la remise du label diversité

17h30 : Signature de la convention FIPHfPet présentation du dispositif du Conseil départemental en matière d’accueil et d’accompagnement des personnes en situation de handicap.

Magalie Thibault, vice-présidente du département en charge de l’autonomie des personnes.

André Montané, président du Comité national du FIPHP et de Régis Pelissier, directeur CDC IDF.

À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse


Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.







Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380