Le Département de Seine-Saint-Denis signe une convention avec le FIPHFP et renforce sa politique emploi-handicap

le 22 novembre 2019

Stéphane Troussel, Président du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, et Marc Desjardins, Directeur du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), ont signé vendredi 22 novembre une nouvelle convention triennale (2019-2021).

Signée à l’occasion de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, cette convention - la quatrième du genre – prolonge l’engagement pris depuis 2009 par le Département de Seine-Saint-Denis avec le FIPHFP. Elle conforte ainsi un peu plus dans la durée la politique handicap du Département, aujourd’hui employeur reconnu en la matière, avec un taux d’emploi direct de personnes en situation de handicap de 9,6% en 2019, significativement au-dessus du taux légal de 6% (sur un total de 8000 agents).

« L’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap est avant tout une question d’égalité. Cette boussole nous guide dans nos politiques publiques mais en tant qu’employeur, pour faire de notre collectivité un lieu où les compétences des personnes handicapées puissent pleinement s’exprimer. C’est en effet de notre devoir de nous montrer exemplaire, et je suis heureux que nous y parvenions depuis plusieurs années grâce au soutien du FIPHFP et de la Banque des territoires. » Stéphane Troussel, Président du Département de Seine-Saint-Denis

Trois priorités soutenues par le FIPHFP et la Banque des Territoires

Cette nouvelle convention va permettre d’appuyer en particulier trois priorités :

  • Favoriser l’accès à l’emploi en poursuivant la dynamique de recrutement engagé et en mettant l’accent sur l’apprentissage ;
  • Maintenir le plus longtemps possible un agent sur son poste de travail en proposant un environnement toujours plus adapté via des solutions ergonomiques et la prise en charge de prothèses auditives et de transports domicile/travail adaptés.
  • Accompagner la reconversion professionnelle avec des dispositifs innovants, à l’image d’une action intégrant une activité sportive dans le parcours de reclassement et qui a reçu en novembre 2019 le prix santé et mieux-être au travail de la fonction publique territoriale décerné Mutuelle Nationale Territoriale.

Pour atteindre ces objectifs, le FIPHFP apportera un financement de 802 350 € et le Département un autofinancement de 1 074 195 €. Au total, ce seront donc 1 876 545 € qui seront consacrés au maintien et à l’inclusion.

Signée par Marc Desjardins, Directeur du FIPHFP, en présence de Françoise Descamps-Crosnier, Présidente du comité national du FIPHFP, et de Marianne Louradour, Directrice régionale Île-de-France de la Caisse des Dépôts-Banque des Territoires, cette convention marque une étape supplémentaire dans le travail mené conjointement entre le Fonds et la collectivité.

« Cette nouvelle convention est le fruit d’un travail de longue date réalisé avec le département de Seine-Saint-Denis, qui illustre que le taux légal de 6 % n’est qu’un seuil plancher et que la mobilisation en faveur du handicap se construit sur le temps long. Ce nouvel engagement va permettre à la collectivité de poursuivre la structuration de sa politique d’emploi des personnes en situation de handicap. » a déclaré Marc Desjardins, Directeur du FIPHFP.

Pour la Banque des Territoires, mandataire du FIPHFP auprès des employeurs publics, ce renouvellement de convention est un révélateur des différents axes de travail avec la commune. Pour Marianne Louradour, Directrice régionale Île-de-France de la Caisse des Dépôts-Banque des Territoires : « L’enjeu de la Banque des territoires est de répondre présent sur tous les territoires et notamment, sur des sujets permettant l’inclusion de tous. La signature de cette convention s’inscrit dans le cadre d’un partenariat renforcé entre la Banque des territoires et le département de Seine-Saint-Denis. Depuis plus de 20 ans, la Banque des Territoires accompagne ainsi avec succès le développement de ce territoire et notamment les interventions dans le domaine économique et du renouvellement urbain. »


Contact presse
Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis
Grégoire LARRIEU / glarrieu@seinesaintdenis.fr / 06 35 84 13 82

À LIRE AUSSI


Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse



Stéphane Troussel, Christian Favier, Marie-Christine Cavecchi et Patrick Septiers demandent de vraies garanties pour les transports du quotidien et leur priorisation avant toute décision sur la poursuite du projet du CDG Express.

L’amélioration de la liaison de Paris à ses aéroports ne peut se faire au détriment des transports du quotidien, et elle ne passe pas uniquement par la construction d’un train express. Or, la ministre des transports semble conditionner l’amélioration des conditions de transports des 900 000 usager.e.s quotidiens du RER B à la réalisation de ce transport qui ne concernera hypothétiquement que 20 000 usager.e.s occasionnel.le.s. Si des garanties ne nous sont pas apportées concernant les transports du quotidien, nous le disons : nos collectivités ne participeront à aucune avancée opérationnelle sur le CDG Express.


Le "grand débat national" arrive en banlieue : Empêcher l’"opération de com", mettre le pied dans la porte

Ce soir, Emmanuel Macron réunissait des élu.e.s de banlieue pour leur parler « grand débat national » dans l’Essonne. De ce déplacement du président en banlieue, nous n’attendons à vrai dire pas grand-chose, et nous craignons que cette « opération de reconquête » soit plus à destination des chaînes d’information que des habitant.e.s. De la mobilisation des élu.e.s et acteur.rice.s de terrain, nous attendons bien plus. Mettons le pied dans la porte entrouverte par le gouvernement, pour aborder les vrais sujets qui intéressent les Français.es : justice sociale, égalité territoriale et redistribution des richesses.


Le Seine-Saint-Denis se mobilise pour la Semaine Olympique et Paralympique à l’école

Inscrite de façon pérenne au programme, de l’Éducation nationale, organisée en lien avec le Comité d’organisation des Jeux (COJO) et le mouvement sportif, la Semaine Olympique et Paralympique est proposée chaque année dans toutes les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur, pour tous les âges de la maternelle à l’université. Pour cette 3e édition, le Département de Seine-Saint-Denis et ses partenaires s’illustreront encore une fois par leur dynamisme et leur engagement.


Application du Logement d’Abord en Seine-Saint-Denis : l’innovation nécessite des moyens et de la cohérence de la part de l’Etat !

Alors que le 24ème rapport de la Fondation Abbé Pierre rappelle les inégalités révoltantes parmi la population française en matière de logement, la question d’un logement abordable pour toutes et pour tous n’a jamais paru aussi urgente.


Fabrique des Jeux en Seine-Saint-Denis : lancement de l’Atelier des Villes en présence de Stéphane Troussel et de Tony Estanguet

La Fabrique des Jeux a tenu hier son premier Atelier des Villes, réunissant toutes les communes de Seine-Saint-Denis. Ce projet avait été proposé à l’occasion du lancement de la Fabrique, le 13 juin dernier, pour engager l’ensemble des territoires du département dans la dynamique des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.


Débat à l’Assemblée nationale sur le revenu de base : Stéphane Troussel présent pour défendre l’expérimentation

L’Assemblée nationale débattra le 31 janvier prochain d’une proposition de loi d’expérimentation du revenu de base.


Les deux grands oubliés de la stratégie de protection de l’enfance du gouvernement : les moyens et les mineurs étrangers non accompagnés

Ce lundi, le gouvernement a annoncé par la voix du secrétaire d’État fraîchement nommé sa stratégie pour la protection de l’enfance, promise de longue date et repoussée régulièrement. Les axes évoqués dans cette stratégie sont certes louables, pleins de bonnes intentions, mais ils occultent largement la question des moyens et oublient les mineur.e.s non-accompagné.e.s. Nous ne pouvons plus nous contenter de bonnes intentions et de belles paroles, pour protéger les enfants, tous les enfants, il faut aussi des moyens.

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 420