Le Département choisit d’investir pour la petite enfance et les familles

le 16 octobre 2014

Parce que tous les parents ont été confrontés à l’épineuse question du mode de garde de leur jeune enfant, le Conseil général a choisi de faire de l’accueil des tout-petits et des familles sa priorité en adoptant un Plan Petite Enfance et Parentalité 2015-2020.

Investir dans l’accueil des enfants de moins de 3 ans en Seine-Saint-Denis, c’est répondre à une question d’égalité territoriale — puisque le taux de couverture en Seine-Saint-Denis y est de 30% alors qu’il est de 50% au niveau national — mais c’est également répondre à une question sociale et d’égalité homme-femme — puisque ce sont les femmes, et particulièrement celles des catégories populaires, qui sont le plus souvent contraintes de quitter leur emploi pour garder leur nouveau-né.

Sur les 6 prochaines années, le Département va donc consacrer 80 millions d’euros qui vont permettre la création de 3500 nouvelles places d’accueil individuel ou collectif et d’améliorer considérablement l’accueil des enfants et des parents dans les structures départementales.

Aide à la création de Maisons d’assistantes maternelles (MAM), de crèches municipales, privées ou associatives, augmentation du nombre de berceaux dans les crèches départementales, tous les leviers seront utilisés pour assurer aux jeunes parents de la Seine-Saint-Denis les mêmes droits que partout ailleurs en France.

Cet engagement politique fort est le premier pas vers de la fin du moratoire qui avait interrompu les aides à l’investissement apportées aux communes par le Conseil général depuis trois ans.

Ce retour du Département dans les investissements des villes est rendu possible grâce aux efforts budgétaires conséquents de ces dernières années et à la réussite des mobilisations pour obtenir de l’État des moyens supplémentaires pour assurer l’égalité territoriale.

Chiffres clés :
80 millions : budget total du Plan Petite enfance et parentalité, dont 20 millions pour créer de nouvelles places d’accueil et 60 millions pour améliorer les conditions d’accueil en rénovant les crèches départementales et les lieux d’aide à la parentalité (Protection Maternelle et Infantile, Aide Sociale à l’Enfance, circonscription sociale).
À LIRE AUSSI

Grand Paris : les départements d’Ile-de-France font front commun contre un big bang institutionnel

Mardi 10 octobre, le président de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a dit aux côtés des présidents des 6 autres départements d’Ile-de-France sa ferme résolution de ne pas laisser la réforme du Grand Paris en approche casser l’outil opérant des Départements.

À LA UNE
Dans  Espace presse

Charte « Seine-Saint-Denis Égalité » signée par le Département de la Seine-Saint-Denis et BNP Paribas pour accélérer le développement économique et social du territoire

Le 16 avril 2019, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et Thierry Laborde, Directeur général adjoint de BNP Paribas ont signé une charte « Seine-Saint-Denis égalité » dans les locaux de l’Ecole de la Deuxième Chance 93, à La Courneuve.







Egalité Femmes-Hommes... Actions !

2019 sera plus que jamais l’année de l’égalité femmes-hommes en Seine-Saint-Denis.


Rencontre avec Adrien Taquet, secrétaire d’Etat à la protection de l’enfance : Stéphane Troussel appelle à des Etats généraux de la protection de l’enfance

Parfois caricaturée, souvent ignorée, l’aide sociale à l’enfance est pourtant centrale pour protéger les enfants mais aussi pour les accompagner vers l’autonomie. Cette politique publique majeure appelle maintenant des réponses fortes et concrètes qui ne pourront pas faire l’économie d’un engagement et d’un investissement total de la part de l’Etat, mais aussi d’une élaboration commune avec les départements et les acteur.rice.s les plus investi.e.s. C’est ce message responsable et exigeant que j’adresse aujourd’hui même au secrétaire d’État à la protection de l’enfance au cours de notre rendez-vous de travail.


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380